Rester en vie…

rester en vie

Mon ventre, mon sexe, mes seins, tout fragiles, tout froids. J’ai mal. A chaque instant, tous les jours, toutes les heures. J’avais 7 ans, dans mon souvenir (peut-être 5 ans selon un psychiatre) quand tout a commencé. Mon propre père qui me conduit dans le lit conjugal lorsque ma mère est en déplacement pour ses études. Il me touche tout le corps, s’empare de mon âme, de mon cœur…je me laisse faire, j’ai peur, peur de lui, peur de mourir. Il essaie de me pénétrer, mon pauvre sexe se ferme, il me dit « détend toi, je t’aime » mais je suis forte, il ne m’a jamais pénétrée.
Et çà recommence encore et encore, jusqu’à mes 11 ans. Il m’a fait des attouchements sexuels durant peut être 6 ans. Il a massacré mon enfance, il m’a rendue « adulte », renfermée, étrangement mature pour mon âge. A l’école primaire je suis seule dans un coin, je noue très peu de contacts avec mes camarades de classe. Les institutrices ne m’apprécie guère, je ne suis pas jolie, je suis introvertie, je ne montre pas mes sentiments, mon cœur est une ruine, à seulement 9 ans. Je m’enferme dans ma bulle, je développe une myopie, réconfortante, je ne peux plus voir loin, mon avenir est détruit, flou, angoissant comme mon présent.
Aujourd’hui j’ai 27 ans, j’ai eu plusieurs thérapies avec 7 psychiatres et psychologues différents. A chaque fois j’ai stoppé les thérapies avant la fin. Typique des personnalités névrosées paraît-il. Je suis border line. Mon corps maigrit, grossit sans cesse. J’ai de la chance car je monte au maximum à 57kg et je descends à 53kg (pour 1m66), pour le moment çà va plutôt bien. Mais mon ventre sans cesse est tout rond comme un ballon, triste, il revendique une maternité que je ne peux lui apporter. Mon compagnon actuel ne veut pas d‘enfants pour le moment. J’ai subi un avortement à 23 ans, que je regrette chaque jour. Et mon ventre se gonfle tant…un jour ma mère m’a demandé si j’étais enceinte, une amie m’a dit « c’est étonnant ton ventre comme il est rond ». Oui mon ventre est rond,balloné,bruyant, et vide, je suis bouffée par le vide.
Je souffre de dyspareunie, douleur durant les rapports, et cela embête mon compagnon. Il en a assez de m’entendre me plaindre de douleurs. Je n’aime pas le sexe…actuellement je n’ai plus aucune libido. Je me réfugie dans mon monde, je pense aux oiseaux, je les adore, je les trouve magnifiques. Comme eux je rêve d’être libre, ici ou ailleurs. Je rêve que mon âme s’envole enfin, loin d’ici. J’ai mal au corps.

Publicités