Lui ou moi… Moi et lui !

corps des femmes
Mon corps et moi c’est toute une histoire.
J’ai 5 ans, et jusque-là je n’y avais pas fait attention. Il était là je jouais, je dansais, je sautais mais sans vraiment m’en préoccuper.
Et puis il y a eu ÇA… Cet épisode qui a marqué le début d’une relation compliquée. Mon cousin, une caravane stockée dans une grange, une cave chez une grand-mère. Des jeux d’un autre âge, de celui de mon cousin pas le mien. Il a 10 ans de plus que moi. Ses jeux ne sont pas les miens, pas ceux de mon corps. A cause de lui j’ai senti ce corps. Mais je n’aurai pas dû le remarquer si tôt, pas de cette façon…
Et puis pendant longtemps j’ai « oublié ». Moi oui, mais pas mon corps.
Enfant, très sage, très comme il faut. Mais quand les adultes ne sont pas là, je plonge dans le placard à gâteaux. Mon père me l’interdit, pour que je ne sois pas trop grosse, mais en achète plein. Il est malade dans sa tête mais à cet âge-là je ne remarque rien. Je ne suis qu’une ENFANT.
L’adolescence, comme dans une drôle de bulle, hors de la réalité. Mes copines ont des petits copains. On leur a demandé : « est-ce que tu veux sortir avec moi » ? C’est tout bête cette petite phrase, mais personne ne me l’a jamais dite. Et la seule fois où j’ai OSE demander par l’intermédiaire d’une copine, elle est revenue en me disant « non il ne veut pas, il dit que t’es trop grosse… » BAM !
Je mange trop, sans vraiment m’en rendre compte. J’espère maigrir à chaque fois que je suis loin de la maison. Mais ça ne dure pas assez longtemps et je replonge dans le placard à gâteaux.
Premier vrai petit copain.
Après coup je me dis que j’ai fait n’importe quoi avec lui. Premier baiser, premier rapport, première « expérience »… Tout allait trop vite, comme si je voulais rattraper mon « retard ». Je ne respecte pas mon corps, je ne sentais même pas ce qui se passais, mais je le faisais quand même.
Je fini par rencontrer quelqu’un de bien, qui m’aime et m’apprend à m’aimer. C’est long. Je pensais y être arrivée, mais ce n’était qu’une ILLUSION.
Au fond rien n’allait bien. Je veux maigrir une fois de plus, mais là ça va trop loin. Je n’habite plus chez mes parents, je gère mes « repas » toute seule. En fait je ne mange pas ou très peu. Je me déteste toujours, mais je suis enfin mince. Je m’insulte toujours, mais je suis enfin MINCE. Mais lui ne sais plus comment gérer ça. Sa détresse m’incite à aller voir une psy. Ça va mieux, ça m’aide, mais ce n’est toujours pas ça.
Mon corps visuel n’est pas satisfaisant, mon corps sensuel inexistant.
Les années passent. Je ne me déteste plus, mais je me tolère. Et ça, ça ne suffit pas.
Je tombe enceinte sans prendre de poids. Ma vie bascule. Entre bonheurs et incertitudes je deviens ADULTE petit à petit. Un deuxième bébé, toujours pas de kilos et cette fois, ça se passe plus facilement. Ça m’aide mais le problème n’est pas réglé…
Après m’être mise au sport, je suis de plus en plus mince. Plus mince que je ne l’ai jamais été. Mais je n’ai toujours pas de VRAIE VIE SEXUELLE. Ça me dépasse, moi qui pensais que le problème venais de là…
La peur est quand même là, peut-être même un peu plus maintenant que la graisse s’est littéralement envolée. Mais je ne sais toujours pas quoi faire de lui. On n’est pas complices, on ne se connait pas. Alors quand j’ai trop peur, je mange. Un peu trop. Alors je l’oblige à bouger, bouger encore et encore pour que rien ne s’accroche. Je l’oblige tellement qu’il finit par craquer. On finit tous les deux à l’hôpital. Rien de très très grave, mais assez pour que je puisse plus faire de sport. AÏE ! J’ai peur, de nouveau… Alors je mange.
Et là, cette fois je décide que C’EST FINI !!! Je décide que ÇA SUFFIT !!!
J’aurais voulu retrouver ce corps plus mince, mais on me trouvait maigre. Alors je décide que je vais essayer de L’AIMER VRAIMENT. De vivre avec lui, en LUI.
Nous avons vécu l’un à côté de l’autre pendant 35 ans.
Nous vivrons ensemble les 50 prochaines autres.
Fini les frustrations.
Fini les obligations.
Fini les observations.
Maintenant place à la vie, une vie d’équilibre avec ses hauts et ses bas. Mais pas ses peurs qui font faire n’importe quoi. J’espère pouvoir continuer sur cette voie qui semble bien apaisante. J’espère que je ne suis pas une fois de plus dans cette ILLUSION qui m’a souvent fait croire que tout allait bien.
Nous sommes là, tous les deux, chair dans la chair, liés à jamais.
2016 sera notre année de retrouvailles.

Publicités

Je ne pourrais jamais vivre dans ton corps

bide
J’ai toujours détesté mes seins. Il faut dire qu’avoir un 90C à l’entrée en 6e, et faire une tête de plus que tout le monde, c’est pas forcément simple pour s’insérer dans la société. Alors j’ai fait du basket, et j’ai trouvé pour un temps ma place…
Mon corps a continué à s’épanouir, encore et encore… Ma tête n’était pas prête du tout! Le regard des hommes… Terrible! Le regard pervers des hommes sur la « petite fille » que j’étais, et que je voulais rester… Certains sont allés plus loin que le regard. A 15 ans, un inconnu m’a fichu la trouille de ma vie en me collant une magistrale main aux fesses… je revis encore cet instant avec stupéfaction 20 ans plus tard… Et mon cœur s’arrête de battre une minute. Et je veux fuir. Et me cacher.
A 16 ans, mon entraineur de basket m’a fait du chantage: soit je couchais avec lui, soit il n’entrainait plus l’équipe l’année suivante… Je crois que je n’ai vraiment pas compris sa proposition. Mon père est mort très tôt, et j’ai vraiment grandi dans l’innocence absolue de ce qu’était un sexe masculin et « le sexe » tout court… j’ai du tilter quelques mois ou années plus tard, quand une des filles de l’équipe m’a rappelé qu’un jour nous avions eu un autre entraineur… Ah oui tiens, il ne m’avait pas dit un truc avant de partir? ‘Tilt’
Je me demande aujourd’hui si ma prise de poids à cette époque n’était pas (aussi) un moyen de me cacher de tous ces regards. « Ne me voyez plus, je suis cachée sous la graisse, je ne suis plus désirable ».
Bref… rien de dramatique au final! J’ai lu des histoires tellement plus graves ici, des viols, des incestes, des femmes battues, des enfants réprimés… Rien de tout cela dans ma petite vie.
Le titre de mon témoignage est une phrase très spontanée lancée par ma mère, me croisant nue dans un couloir de notre appartement, quand j’avais 17 ans… Ma mère-belle-mince-parfaite. Cette phrase résonne encore profondément en moi… surtout depuis que j’ai des enfants. Comment peut-on dire cela à son enfant? Une adolescente de 17 ans pourrait presque entendre  » à ta place, je me suiciderais » Ca ne m’a pas vraiment traversé l’esprit, mais j’ai souffert, ca oui.
Ma mère n’a pas été une mauvaise mère, et je pense qu’elle a voulu déclencher en moi un déclic… La seule chose que je pourrais lui reprocher aujourd’hui, c’est de n’avoir pas envisagé autre chose qu’un manque de volonté. Et aussi d’avoir cru qu’être mince était la seule option possible pour être heureuse dans ce monde.
Et si je n’y pouvais vraiment rien? Et si ca ne me dérangeait pas vraiment, de faire 1m, 74 et 75 kilos? Je ne me trouvais pas si mal. Bien en chair, mais bien proportionnée. Musclée. Et ma paire de seins à elle seule comptait déjà pour 3 kilos dans la balance… si j’avais pu l’enlever…
Malheureusement, cette phrase (et surement d’autres éléments) a déclenché le cercle infernal: honte, régime, perte de poids, reprise rapide, régimes, yoyo, remords, haine de mon corps, haine de moi-même de ne pas être fichue de me maitriser, régime etc..
Encore du très classique. Rien de nouveau sous le soleil
Bilan? Aujourd’hui 20 kilos de plus, deux enfants et une jolie bavette.
Etonnamment, depuis que j’ai eu des enfants, je ne suis plus complexée par mes seins. Je pense que l’allaitement y est pour beaucoup. Mes seins, mes énormes seins, ont nourri mes filles pendant leur première année. Ils ont trouvé là leur fonction, leur essence. Je les ai acceptés. Alors que l’allaitement ne leur a pas rendu service… Et pourtant, ils ne me dérangent plus. Ils font partie de moi.
Mon ventre, ma bavette, c’est une autre histoire… Pourtant, ventre nourricier, ventre-maison de mes deux amours pendant 9 mois… mais non. Ce n’est pas toujours si simple.
J’ai beaucoup lu vos témoignages avant de me décider à poster ici. Vous m’avez beaucoup appris sur nous, les femmes, sur moi-même, en tant que femme. J’ai appris, en vous lisant, et parfois avec stupéfaction, que grosses-grandes-maigres ou menues, nous étions toutes névrosées… à différents degrés bien sûr, et sans forcément de connotation malsaine ou maladive. C’est juste un constat. Et une interrogation: qu’est ce qui dans notre éducation commune à toutes, nous femmes de ce monde, si différentes, a engendré ce même rapport au corps, cette horrible besoin de perfection? Ces désordres mentaux, qui nous font nous voir affreuses, d’où viennent-ils? Suis-je inconsciemment entrain de les reproduire chez mes filles? Angoisse…
Une amie m’a décomplexée un jour en quelques secondes: « certaines femmes pèsent un jour 180 kilos, et quand elles arrivent à ton poids après des mois ou des années d’effort, elles se sentent BELLES » wais, dingue… des femmes vivent dans mon corps et se trouvent belle? Intéressant comme concept.
J’ai compris beaucoup de choses sur moi-même depuis que j’ai des filles. Deux filles. Totalement différentes. Et en particulier, dans leur approche avec la nourriture. La première, toujours affamée, très gourmande, même à la naissance, elle buvait systématiquement plus que de raison, pour régurgiter ensuite le trop plein. Elle hurlait sa faim souvent. Ce besoin n’était jamais mitigé, toujours volume au max. Aujourd’hui à 6 ans, on lui met 10 gâteaux devant elle, elle va les engloutir, et en réclamer deux de plus, et me demander ce qu’on mange au diner, inquiète. Ma seconde, sur 10 gâteaux, elle en mangera deux, croquera dans le troisième, avant de le reposer et d’aller faire autre chose. Bilan: 15 mois d’écart, une fait 17 kilos, l’autre 27… J’ai compris grâce à ma deuxième fille que les réactions de ma première face à la nourriture n’étaient pas des réactions normales. Je ne pouvais m’en rendre compte avant puisque ce que vivait ma grande n’était autre que ma propre expérience.
Mon ainée est mon « clone de bouffe »! Mais? Mais? Dans la mesure où j’ai fait tout mon possible pour ne rien reproduire des erreurs qu’auraient pu faire mes parents… Dans la mesure où j’ai consciemment, sciemment, élevé mes deux enfants de la même façon… Mais? Serait-il possible que ce désordre soit autre que psychologique?
Et si? Et si c’était… génétique?
Soulagement: Et si ce n’était pas ma faute? Ce n’est pas ma faute? Le corps que j’habite est celui que m’a légué la nature, pas celui que j’ai monstrueusement créé?
Libération!
A ce jour, j’ai entamé une psychothérapie. J’ai ouvert la porte du cabinet pour une toute autre raison. Mais fort est de constater que si je veux un jour être bien -heureuse!- dans quelque domaine que ce soit, j’ai une montagne à gravir: m’accepter. Accepter ce corps que j’habite. Plus que cela, apprendre à l’aimer! Moi qui ait passé ma vie à me faire une opinion de moi-même en la cherchant dans le regard des autres, aujourd’hui, je dois me voir avec mes yeux, et m’approprier ce que je suis.
Je n’y suis pas encore. Je grimpe le sentier tout doucement. J’ai appris à ne plus dire « la chose monstrueuse » en parlant de mon corps. J’ai appris à ne plus insulter intérieurement les « grosses », les encourageant à cacher leur gras sous de larges vêtements (comme ceux que m’offraient ma mère?) J’ai appris que même les maigres avaient du ventre. J’ai appris qu’en fait, il est anormal de ne pas avoir de ventre.
Et un tilt: ma mère n’avait réellement pas de ventre. Non, pas un trou béant à cet emplacement, mais un ventre creux, jamais proéminent… Ah! Découverte! C’est donc après cela que je cours depuis des années? Mais quelle absurdité!
J’ai appris à toucher ce ventre. Non non, pas en étalant rapidement du gel douche, par obligation d’hygiène, en le frolant à peine, cerveau en mode déconnecté, pour vite le rincer ensuite, ce ventre, et l’oublier jusqu’à la prochaine douche.
Non, le toucher. Poser mes mains dessus. Ressentir. Palper. Pincer. Caresser.
Je réprime le dégout. Je réprime la honte. C’est à moi. Je n’ai pas honte d’avoir 5 doigts à chaque main, je ne devrais pas avoir honte d’avoir un ventre… Compliqué.
Demain je l’accepterai. Peut-être. Surement. J’espère. Je n’ai pas d’autre choix. Je veux être heureuse et épanouie, et mon ventre est ma montagne à gravir pour y arriver. J’y arriverai. Ensuite on passera aux bras, aux cuisses, au double menton. Mais ce sera plus facile. Et ensuite j’irai mieux.
Je sais aussi pourquoi je l’ai tant fait grossir, ce ventre. Ce ventre vide. Vide d’un 3e enfant que je désire tant. Moi qui suis tellement épanouie enceinte. Moi dont la faim insatiable et permanente disparait enceinte. Ne lisez pas ici que je désire un enfant pour les 9 mois de plénitude qui m’attendent. Ce n’est pas ce que j’ai dit. Mes deux merveilles sont la plus grande réussite de ma vie. Mon cœur brule du désir de voir grandir et d’accompagner un jour un 3e merveilleux petit être conçu dans mes entrailles.
Mais enceinte, c’est le seul moment de ma vie ou j’ai une relation saine avec la bouffe. Pas d’envies de sucré ou de salé. Pas de frustration devant un plat de légume. Parfois même, je m’arrête de manger avant d’avoir fini mon assiette. Relisez bien la dernière phrase: oui c’est dingue: je n’ai PLUS faim! Enceinte seulement. Et quelques jours après l’accouchement, je pèse moins qu’avant la conception. Mes démons me rattrapent bien vite ensuite. Mais encore une preuve, si il en faut, que mes « désordres » ne sont pas uniquement psychologiques. Quand la physiologie de mon corps est différente, ma relation avec la bouffe change. En mode « normal » j’ai faim. Tout le temps. Et j’ai peur d’avoir faim. Et je mange pour ne pas avoir faim…
Peut-être bien que je n’y peux rien.
Je ne suis pas coupable!
Et merde, j’y vivais plutôt bien dans ce corps, avant que tu le détestes, maman.

Je ne veux pas grandir

grandir

pas grandir

Il est 3h55 quand je commence à écrire ce texte. Je ne sais pas où je vais. Je ne sais pas de quoi je veux parler. Mais après avoir lu tout ces témoignages, tout ces morceaux de vies, je ressens le besoin, la nécessité de parler de cette douleur qui me transperce. Si tant de gens le font, c’est forcément que ça fait du bien.

Alors par où commencer, quand on ne sait pas ce qu’on veut raconter ?
J’ai 20 ans. Presque 21. Pourtant ma vie me pèse. Mon quotidien me pèse. Je ne sais pas qui je suis. Je ne suis plus une petite fille. Je refuse de devenir une femme.
45kg pour 1m75. Je refuse de devenir une femme.

J’ai envie de maigrir, quitte à en crever. Je veux maigrir, jusqu’à ce qu’il ne me touche plus. Jusqu’à ce que mon corps l’effraie suffisamment pour qu’il arrête de me toucher. Pourtant je l’aime, ce garçon. Et je si le lui disait, il ne me toucherait plus. Il attendrait ma permission. Mais je ne lui dit rien. Je le laisse me toucher, me désirer. Et je prend du plaisir, au fond. Parce qu’il est tendre, et que si je voulais, si j’osais, il s’arrêterait. Il me suffirait d’un mot, d’un geste, ou même d’un regard pour qu’il s’arrête.
Mais je ne dis jamais rien. J’essaye d’arrêter de penser, d’arrêter de me souvenir, et de me concentrer sur lui. Son visage, quand il me fait l’amour. Son regard. Sa main qui caresse ma joue, ses bras qui me serrent contre lui. Je ne ferme jamais les yeux longtemps. J’ai besoin d’être sûre que c’est lui, que c’est bien lui, à l’intérieur.
Mais quelques fois, ça ne suffit pas. Alors j’enfouis mon visage dans son cou, faites qu’il ne me voie pas pleurer, pitié, et j’attends. J’attends qu’il termine, alors que d’un seul mot, je pourrais mettre fin à ce carnage.
Ce mot, je ne le prononce pas. Jamais. Si je le prononçai, il s’inquiéterait. Il me poserait des questions. Et même s’il ne les posait pas, ça ne changerait rien. Parce qu’un silence, après ces mots, « arrête, je ne peux pas », ce n’est pas un vrai silence. Ce sont que des questions, qui remplissent sa tête, mais qu’il n’ose pas poser. Des questions sans réponses qui encombrent, et viennent tout bousiller.

Mais qu’est-ce qu’il t’es arrivé ?
Qu’est-ce qu’il t’a fait ?
Pourquoi tu n’oses pas en parler ?
Pourquoi tu ne me parles pas ?
Pourquoi tu es comme ça ?
Pourquoi tu es névrosée ?
De quoi as-tu peur ?

Mais je ne sais pas ce qu’Il m’a fait. Il y a quelques années, je ne me souvenais de rien. Ça fait deux ans que je me souviens. Presque trois. Au début ce n’était qu’un étrange sentiment, quelque chose d’indéfinissable. Aujourd’hui, c’est de plus en plus concret. Je vois des images. Je me vois toute petite, trop petite pour ces choses là. Mais comment être sûre ? J’aimerais que mon esprit ait inventé ça. Mais est-ce qu’on peut vraiment inventer ça ? Ce malaise, cette appréhension, à chaque rapport sexuel ? J’aimerais qu’on me dise que tout ça, c’est faux. Que ce n’est que mon esprit, qu’il me joue des tours. Mais pourquoi est-ce que je n’arrive pas à m’en persuader ? Et pourquoi, pourquoi, est-ce que je suis dans l’incapacité de dire « non » ?

Je refuse de devenir une femme. Je veux retourner à mon enfance. Avant que tout ça se produise. Au temps de l’insouciance, du bonheur simple, naturel. Je voudrais que ma maman me prenne dans ses bras. Qu’elle me console, comme elle le faisait quand je me blessais. Qu’elle fasse des crêpes, pour quand je rentre de l’école. Cette bonne odeur de crêpes, mêlé à une autre odeur, plus maternelle. La dernière fois que je l’ai sentie, je rentrais de l’école. J’étais heureuse de sentir cette odeur avant même d’entrer dans la cuisine. Pourtant, la cuisine était vide. C’est ce jour là, que je me suis rendue compte que j’avais perdue ma mère. Pour toujours. Cela faisait deux mois qu’elle nous avait quittés. Un accident. Un suicide. Peu importe. Pour moi, à 13 ans, c’était un abandon. Qu’elle l’ait voulue ou non, qu’elle l’ait prémédité ou non, c’était un abandon. Et je n’ai plus jamais réussi à retrouver cette bonne odeur de crêpes.

Alors non, je ne veux pas grandir. Je ne veux pas connaître le sexe, consenti ou non. Je veux juste rentrer de l’école. Faire un câlin à ma mère. Et manger une crêpe.

C’est une maladie

20140801_104840

C’est pas que je me trouve laide… enfin si, un peu. Je me trouve énorme, je suis obèse. Je n’ai pas de dégoût pour mon corps, je trouve qu’il est doux, moelleux. Quand on a les yeux fermés, la mollesse et la douceur sont très sensuelles. Mais je ne peux plus supporter la prison dans laquelle il m’enferme depuis si longtemps!

Il y a certaines parties de mon corps que je n’atteint qu’avec difficulté, et encore : le soir, pas le matin. En raison d’un manque de souplesse dû à l’arthrose. Le soir tout est plus facile… alors je prends ma douche le soir. Je me tortille pour tout laver, dans tous les plis. Une chance que j’ai le bras long!

M’occuper de mon corps est une corvée. Je ne vois plus l’intérieur de mes cuisses et mon sexe que par un miroir, et encore : avec maintes contorsions. Une chance que je suis souple!

J’aimerais tellement courir, sans que toute ma graisse valdingue à droite et à gauche! Sans avoir l’impression que mes articulations vont exploser sous le poids. J’aimerais tellement me rouler en boule dans mon lit les jours de pluie! J’aimerais tellement faire d’autres positions que le missionnaire et la levrette!

J’aimerais pouvoir me lever sans marcher comme une personne âgée en raison de douleurs aux pieds dûes à mon poids.

J’aimerais faire de la danse, du swing.

J’aimerais faire de la randonnée en forêt, les plus belles et plus difficiles pistes, sans devoir traîner 330 lbs de graisse.

Mon obésité m’empêche de me réaliser complètement.

Malgré cela, je n’arrive pas à maigrir, à contrôler ce que je mange.

Qui dira que c’est une question de volonté?
Qui dira qu’il ne s’agit que de se prendre en main?
Qui dira que c’est de la paresse, de la vacuité, de l’inertie?
C’est une maladie

Zuitzikalie

Mon enfer quotidien

photo
Obèse, 115kg pour 1m61, je suis obèse, difficile a dire, difficile a accepter, difficile a s’aimer…. Je me hais, je hais tout en moi, mes bras, mes jambes, mes énormes cuisses, mes hanches et ce ventre mon dieu ce ventre… Je me hais…. lors de ma quête du corps parfait j’ai testé tous ces régimes prometteurs de kilo en moins, ces médicaments qui vous filent la diarrhée et vous rendent malade….. 10kg de perdu 15 de repris….. La pilule aussi chaque changement ou reprise + 10 kg…….
Puis j’ai eu un entretient psy, je n’ai pas réussi à continuer, trop de choses sont remonté, trop de choses ont était remuer…. J’ai eu mes 2 enfants, 2 grossesses merveilleuses et qui plus et avec une énormes perte de poids 15kg pour le premier et 25kg pour mon second…. Malheureusement tous repris ou en tout cas en grande partie ! Je me hais…..

Je me sens être un «poids » et une honte pour ma famille, pour mes enfants.
Et LUI quand est ce qu’il se rendra compte du monstre que je suis devenue, quand est ce qu’il va ouvrir les yeux et se demander qu’est ce qu’il fou avec une erreur de la nature comme moi…. Quand ?
Ce regard de pitié aussi de ma mère qui se demande toujours ce qu’elle a pu louper alors que sa 2e est fine et magnifique et sportive et……..etc. Mes beaux parents qui me regardent et se demandent aussi pourquoi ? Leur fils vaut mieux que CA non ?!

Toutes ces copines qui se marrent de tout ce que je peux leurs raconter concernant mes soucis, grâces a « l’autodérision » … Oui oui faut pas croire qu’une grosse qui se fou du fait qu’elle soit grosse est une grosse bien dans sa peau…. non loin de la ! C’est une grosse meurtrie, qui en as tellement pris dans la tronche…. des boudins, ta vu ta gueule, grosse vache, tu fais des éclipses…Etc.
Les crachats que l’ont subit enfants, les insultes, les insinuations plus que douteuses sur notre existence….
bref je me hais…..

J’aimerais disparaitre et cette envie de disparaitre et accentué lorsque vient aussi le moment fatal de devoir s’habiller, s’acheter des vêtements, mettre des chaussures…. une paire de botte ? NON pas pour les grosses… Les vitrines de magasins qui affichent : « rassurez vous on va jusqu’au 42 » youhouuu je fais du 52 !
Ou celles qui n’affichent rien mais dont les vendeuses vous regardent d’un air mitiger entre la pitié, la moquerie et le dégoût ! Et quand de temps en temps y en as une qui se croit forte et qui vous balance « si c’est pour vous vous trouverez rien chez nous désolé ! »

Je me hais… Je LE hais……

Le langage de mon corps, et moi

IMG_20140429_144013[1]

 Mon corps et moi c’est l’histoire de deux choses qui ne parlent pas le même langage et qui doivent cohabiter.
Ce que je vais dire est banal …

J’ai 20 ans, plutôt musclée. l’année dernière je faisais 40Kg après un été à travailler en accrobranche … et à compter chaque calorie. Pourtant ce que je retient de cet été c’est la sensation de bien être qui m’habitais. Le matin je me regardais dans un grand miroir et pour la première fois je sentais que mon corps et mon esprit était d’accord. J’étais belle. Et les mains des hommes sur moi ne faisait que le confirmer. Volage cet été et léger … si léger.
Puis voilà la rentrée, les cours, la ville, le stress … Le poids, la cellulite qui reviens alors qu’avant même en serrant les fesses ma peau restait obstinément lisse. Mon ventre … petit ventre alors que mes abdos étaient saillants.
Je me regarde chaque jours en détail et pince tous le gras en trop pour me rappeler que je ne suis pas tel que je devrais être.
J’aimerais tant revenir en arrière … pendant ces deux moi ou mon corps et moi on parlais un peu la même langue.

Cette carapace que je hais tant

carapace

 

Avant il n’y avait pas de question, tout était fluide, avant c’était l’enfance il y avait de l’amour dans les yeux de mon père, dans les yeux de ma mère, avant c’était l’insouciance et l’inconscience.
Puis il a grandi, au premier abandon paternel il a grossi, à chaque regard d’homme son embonpoint il a poursuivi, sans questionnement, le sucre, dans cette vie, hum c’est la seule chose de bon.
Un jour il y a eu les réflexions, ce corps si lourd prenait trop de place aux yeux des autres : un sentiment de honte et de culpabilité, une incapacité à prendre du plaisir, chaque main posée me rappelle qu’il est la, qu’il est gros, trop de graisse….
La descente aux enfers, des paquets de gâteaux, des pots de glace et puis tout ce qui passe, suivi de cette envie de mourir tellement la honte est grande.
A certain moment l’incapacité de te sortir par angoisse profonde de te montrer, toi qui me fait si honte.
Puis vient cette période sans alimentation, où tu fonds comme neige au soleil, mais ne crois pas que je me sens mieux, je te vois toujours si gros, si laid, et je suis si honteuse. Et ces hommes qui me font croire qu’ils m’aiment pour mieux abuser de moi, non tu ne m’y prendras pas, je retourne à mon chocolat. Mais je ne te supporte plus à te sentir plein de graisse alors je me vide à chaque prise alimentaire, un peu plus violente chaque jour, gros que tu es, je te déteste.
Parfois j’ai envie de te tuer, parce que tu as pris 500grammes, mais le pire c’est que je sais que c’est stupide et que la vie c’est tout sauf ça, et pourtant je suis vouée à l’autodestruction, de toi, de moi, de nous.
Je sais que la vie ce n’es pas ça, j’envie les gens qui vivent pleinement, même avec 150 kg qui les enveloppe, j’ai conscience que toi c’est aussi moi et que je devrais t’aimer et pas te détester, mais c’est trop dur.
Je sais encaisser les coups, je suis une adepte de l’empathie, mais c’est simple, la honte que j’ai de vivre, cette culpabilité constante c’est mon quotidien.
Ne me parlez pas de me laisse aimer, c’est une illusion, m’aimer moi ? Mais pourquoi vu que tout ce que je suis est laid. Profitez des petits bonheurs, impossible, je suis trop utile aux autres, pas le temps pour les plaisirs de la vie,
Je continue à garder espoir qu’un jour je me sentirai libérée de ce poids, et dans tous les sens du terme….
En attendant ma vie est un combat contre moi même.