Ces traces sur mon corps

bleus bras
Tu es en moi, tu m’appartiens autant que je t’appartiens. Je n’arrive pas à me détacher de toi, à te quitter, à te dire que tout est fini, que maintenant tu dois partir, me laisser. Tu es plus fort que moi. Tu m’étouffes, m’oppresses, me fais mal. Je ne te supporte plus, et pourtant, je te garde en moi. Je veux te jeter hors de moi une bonne fois pour toute. Tu es mon fardeau, mon poids, mes douleurs, mes tremblements, mon angoisse. Mais rien ne sort de ma bouche, pas un mot. J’emprisonne mon propre bourreau et deviens moi aussi, autant que lui, mon tortionnaire. Je suis ma pire ennemie.

Il m’emprisonne, me détruit. Il est mes larmes, ma souffrance, ma haine, mon humiliation, ma peur, ma colère, ma honte, il est tout ça, et je le garde en moi, comme un secret précieux, comme un secret honteux.
Il parvient parfois à s’échapper ; négligence involontaire ou non de la gardienne que je suis. Juste quelques signes, quelques traces, quelques marques. Dès que je m’en aperçois je les camoufle, les renferme en moi, les dissimule. Ils font partis de moi. Ils sont en moi. Je les cache derrière une bonne humeur, un sourire, un peu d’humour, je les maquille aussi, quand des yeux autres que les miens peuvent les voir. Je suis devenue douée à ce jeu de cache cache. Tellement douée que j’aimerai bien y perdre une fois, rien qu’une fois, que quelqu’un me dise « tu as perdue, je t’ai trouvé ! » , pour me décharger de ce fardeau qui devient trop lourd, qui fait trop mal, qui me pèse, m’étouffe.
Juste parce que ça ne se voit pas, ça ne s’entend pas, ça ne se dit pas. Je le crie dans ma tête, en espérant que quelqu’un l’entende. J’espère que ça puisse se voir dans mes yeux, s’évaporer par ma peau, s’échapper de mes gestes. Un non-dit qui ne peut se dire, qui ne peut que se taire et qui hurle pourtant en moi.
Quand ils transpercent ma peau en passant du rouge au violet et du violet au vert je me dis « allez ! Vas-y ! tu as des preuves ! » et je ne fais rien. Je mets des manches longues, un col un peu plus haut, du fond de teint, et ça y est ! J’efface moi-mêmes les preuves de ma non culpabilité, de la vérité, et ouvre grand la porte à la sienne. Sa vérité. Celle qui me bafoue, me dénigre, me trahie. Celle qui me fait passer pour responsable, pour folle, pour menteuse.
Sa vérité est plus forte que la mienne. Elle fait moins peur, elle est plus heureuse, elle redonne espoir. Elle me dit qu’effectivement je l’ai bien cherché ; je n’avais pas à parler comme ça, je n’avais pas à faire ça. Elle me dit que j’en fait des tonnes pour rien, que tout le monde aurait réagit de la même manière face à ce que j’ai fait, ou pas fait, elle me dit que j’exagère, encore, toujours…elle me dit que je l’ai bien méritée ; elle me dit que la coupable c’est moi.

Mon corps l’engloutit cette culpabilité, comme tout ce qui va avec. La douleur, la peur, les larmes, je ravale tout. Je les garde en moi, comme un trésor. Mon corps enfle. Je veux qu’il explose. Que tout s’en échappe. Je le veux vraiment mais je n’y parviens pas. Dès qu’une bribe se faufile hors de moi, dès que quelqu’un commence à tirer sur le fil, je m’échappe et remporte le tout avec moi. Des médecins, mon kiné ont eu des doutes que j’ai très rapidement balayés d’un revers de manche. Je m’invente des chutes dans les escaliers, des chocs contre les portes, en priant pour que malgré toute l’assurance que j’y mets, mes mensonges ne soient pas crus. Mais je mens trop bien, il faut croire.

J’ai honte. J’ai mal. Je grossis. Je suis devenue obèse. Pourtant, mon alimentation n’a pas changée. Je gonfle. Pour qu’on me voit. Mais aussi pour qu’on ne m’aime plus, qu’on ne me désire plus. Et ça marche. Même moi je me déteste.
Je ne supporte plus qu’on me touche, qu’on touche ma peau; un simple effleurement est insupportable. Me déshabiller devant quelqu’un, même un médecin est devenu impossible. Mon corps est comme un témoin, un témoin que je dois faire taire, que je dois empêcher de parler à tout prix.
Il est le témoin et la victime de mon silence.

Celui que j’ai aimé me bat. Lui dit que non, que déjà, il ne me tape pas tous les jours. Et que ce n’est pas de sa faute si je marque vite. Que je n’avais pas à lui parler comme ça. Que n’importe qui aurait réagit comme lui. Il me bat. Lui. Celui que j’ai aimé. Celui qui était mon confident, mon meilleur ami, celui que je pensais être mon âme sœur. Il me cogne, me pousse contre les murs, me tord les bras. Il me frappe. Mais je marque vite. Les bleus se font sur mon corps au moindre effleurement. Il m’a assommé. Une fois. Rien qu’une fois. Donc ça ne compte pas. C’était un accident. Puis j’ai dû faire semblant, sûrement, de voir tous ces petits points brillants devant mes yeux, de me sentir partir, de manquer d’air, de force. Son coude avait juste effleuré ma nuque. Ça ne peut pas suffire à assommer quelqu’un. J’ai dû faire semblant. Et de toute façon, je l’avais bien cherché. Les fois précédentes ne comptaient pas. J’étais enceinte ; il se défendait juste. Je les avais bien méritées ces baffes qui m’ont mises à terres et m’ont fait perdre connaissance.
Il m’a violée. Trois fois. Mais c’est de ma faute. Après avoir mis au monde notre deuxième enfant, je ne voulais pas de lui. En plus mon vagin était tellement distendu qu’il ne sentait rien. Il m’a sodomisé, trois fois, sans mon accord. Il avait plus de sensation. On est un couple, et puis on a des enfants, ce n’est pas comme si nous n’avions jamais eu de relations sexuelles. Ce n’étaient pas des viols. Je n’ai pas pleuré assez fort. Je ne l’ai pas repoussé assez fort. D’ailleurs, il ne s’en souvient même pas.
Il me crie dessus, m’insulte, me traite comme la dernière des merdes. Mais je ne me rends pas compte à quel point je le maltraite en répondant à ses insultes, en ne l’aimant plus, en refusant qu’il partage mon lit, en lui demandant de partir. Je devrais l’aimer, le respecter. Un homme se respecte. Je l’ai bien cherché. C’est de ma faute. Tout est de ma faute. Je suis mauvaise. Je suis une mauvaise femme, une mauvaise mère. Une grosse feignasse qui ne fout rien de ses dix doigts. Qui doit tellement s’ennuyer qu’elle s’invente une vie.
Ça n’arrive pas tous les jours. Pas suffisamment donc pour dire que je suis une femme battue. Je suis juste une femme qui a ce qu’elle mérite. je ne suis plus rien.

Eliaitat

Publicités

Ca nous ronge de l’intérieur jusqu’au point de non retour

10152795_538010699647249_1928142712_n

Quand je repense à tout ce qu’il s’est passé depuis ma naissance, je me dis que j’ai quand même eu beaucoup de force pour tout garder pour moi et de courage surtout pour continuer à avancer.

Mon enfance a été assez douloureuse. Je n’ai quasiment aucun souvenir de ces périodes, mis à part les choses qui me hantent depuis enfant.
Je suis née d’une grossesse non désirée. Mon père était alcoolique, droguée et avait fait de la prison. Ma mère était une jeune fille de 19 ans un peu paumée.
Lorsqu’elle a appris sa grossesse il était trop tard pour elle d’avorter, elle a alors caché pendant un moment sa grossesse à la famille, car ça aurait été assez mal vu selon elle.
Quelques mois après ma naissance, mon père nous a mise à la porte toute les deux. Ma mère c’est réfugié chez son père. J’ai grandi en étant trimbalé un coup chez ma mgrand-mère, un coup chez mon grand-père, mon père me gardait de temps en temps les weekends.
Ma mère a toujours reporté sur moi la colère qu’elle avait envers mon père de l’avoir traité ainsi (elle avait été battue, rabaissée…). Elle voyait mon père en moi.
Elle s’occupait rarement de moi, c’était mes grand-parent qui jouaient son rôle, pendant qu’elle sortait faire la fête avec ses copines. J’ai grandi sans avoir vraiment de mère, puisque nous n’avions jamais tissé de lien et sans père puisqu’après nous avoir mis à la porte, ma mère a tout fait pour l’éloigner de moi.

A mes 2 ans, nous sommes allé vivre dans une autre région, car elle avait rencontré un autre homme (avec qui elle a eu ma belle-soeur).
Cet homme a eu du mal à m’accepter et me l’a fait ressentir pendant des années: il m’injuriait, me rabaissait, disait que je n’étais qu’une mois que rien, que j’étais idiote, sans cerveau, il m’a maltraité (il me donnait des douches glacées, m’enfermé dans le garage dans le noir à genoux sur le paillasson le doigt en l’air pendant des heures, me donnait des claques plus que forte cul nue à répétition, il a même été jusqu’à me donner des coups dans le dos une nuit…). C’était juste horrible.
Ma propre identité en à souffert.

Mon adolescence a été elle aussi difficile. Ma mère et moi on ne faisait que s’engueuler. Cris, larmes, claquements de porte, injures étaient notre quotidien.
Tout ce qu’elle m’interdisait, je le faisais. Elle était beaucoup plus complice avec ma petite soeur, qu’avec moi. J’étais comme invisible. J’ai essayé à plusieurs reprises de tenter des gestes de tendresse (l’enlacer), mais cela la gênée.
J’ai été violé par un garçon à mes 12 ans, trop naïve…je pensais que c’était mon ami, je l’ai invité chez moi quand ma mère n’était pas là. Il a demandé à voir ma collection de CD alors nous sommes montés dans ma chambre et là j’ai vécu un enfer…(je n’expliquerait pas en détail car ça fait trop mal).
Je pense que ce garçon a du raconter des choses sur moi au collège, car une fois en rentrant chez moi (c’était un petit chemin au bord d’un canal) deux garçons m’ont suivis, j’ai marché plus vite mais ils m’ont couru après. Un m’a attrapé et plaqué contre le mur, mis la main sur la bouche et à commencé à me faire des attouchements. L’autre garçon rigolait à côté. J’avais très peur les jours suivant de faire la route à pied seule. J’ai commencé a être mal dans ma peau ensuite. Je restais enfermée dans ma chambre et n’en sortait que pour l’heure du repas ou pour aller en cours (lorsque je ne les séchait pas).

A mes 19 ans, ayant signé un contrat d’un an, j’ai profité de l’occasion pour quitter la maison. J’ai alors pris mon appartement car la vie sous le même toit que ma mère était devenue impossible. Moins on se voyait, mieux c’était.

Entre temps, j’ai fait des recherches et j’ai retrouvé mon père, j’ai repris contact avec lui. Malgré que je lui en voulais de ne pas avoir été présent, je l’avais toujours porté dans mon coeur et souhaitais le rencontrer pour apprendre à le connaître et pourquoi pas rattraper un peu le temps. J’avais besoin de savoir qui était mon géniteur et connaître un peu plus ma famille (de son côté).
Nous avons échangé des mails et des coups de téléphones pendant quasiment 3 ans (il habitait une autre région, était sous tutelle). Nous avions décidé de nous rencontrer. Il était convenu qu’il viendrait dans ma région et prendrais un hôtel pendant quelques temps pour que l’on puisse passer du temps ensemble. Il faisait son possible avec sa tutrice pour faire des économies pour réaliser ce projet. Il y était presque…
Malheureusement, le 2 décembre 2012, il est décédé sur son lit d’hôpital. L’infirmière l’a trouvé tout bleu et crispé. Il était rentré à l’hôpital pour un sevrage alcoolique, il avait décidé de s’en sortir avant de venir me rencontrer. Il voulait me prouver qu’il pouvait y arriver, car il voulait retrouver sa fille qu’il aimait tant.
J’ai très mal vécue cette période. Je suis partie en train pour les funérailles mais arrivé là bas ceux ci ont été repoussé pendant 15jours (autopsie, enquête étaient en cours car il était décédé dans un hôpital). J’ai du repartir entre temps chez moi et n’ai pas pu assister aux funérailles de mon père, car je devais être présente au travail et mes jours de congés exceptionnels étaient épuisés.
Pendant mon séjour là bas, j’ai demandé à voir le corps. Je voulais lui dire « bonjour et au revoir », au moins voir son visage en vrai une fois…ça n’a pas était possible, la dame m’a répondu : « son corps est trop endommagé, il ne vaut mieux pas que tu le vois comme ça. »

Je n’ai pas eu le temps de me remettre du décès de mon père qu’en mars 2014, j’apprends que je suis enceinte. Ma 1ère grossesse, mon 1er enfant, vous n’imaginez pas mon bonheur dans ma tête. Le jour de la 1ère échographie, elle m’annonce que je suis à 8 semaine 1/2, qu’il mesure presque 5cm mais… qu’il est situé dans ma trompe droite. Je fais une grossesse extra utérine. Il faut m’opérer de toute urgence.
L’opération a eu lieu le samedi 27 avril 2013, ils m’ont enlevé mon enfant et ma trompe droite. Le père de l’enfant a préféré fuir que de me soutenir. Je suis passée à deux doigts de la mort, ma trompe avait éclatée et l’hémorragie interne commencée à être importante. Par la suite, il n’a pas été plus présent, j’ai du me débrouiller toute seule pour tout, malgré qu’il fallait que je reste coucher pour mes douleurs et cicatrices. Il m’a également rabaissée, injuriée. Peut être m’en voulait-il, je ne sais pas. En tout cas, moi oui j’avais une bonne raison de lui en vouloir, car il m’avait laissé seule.
Depuis ce jour là, mes journées sont devenues un enfer. Je voulais tant cet enfant…je l’aimais déjà tant…

Ensuite je me suis complètement renfermée sur moi-même. J’ai fait comme si tout allez bien, alors que rien n’allait, c’était dans ma tête un tourbillon d’horreur.
Jusqu’à il y a quelques semaines, où la couple pleine à céder par ces années de souffrance et d’accumulation. Me taire m’a tué à petit feu…
J’ai commencé à me mutiler le 16 mars et c’est fou mais ça me fait du bien. Je me sens tellement vide. Je ne ressens plus rien à part la douleur de tout ce qui c’est passé et la tristesse. Je ne sais pas qui je suis. Je n’ai aucune confiance en moi.
J’ai été voir le médecin le 17 mars dernier et j’ai craqué devant lui. Je n’ai pas tout raconté, je lui ai dit qu’il fallait que je vide mon sac parce que je n’en pouvait plus de vivre avec tout ce poids sur mes épaules.
Il m’a donné un traitement contre mes angoisses et me voit chaque semaine en psychothérapie maintenant.

Tout ça pour dire que, même si c’est difficile de parler des choses qui nous font mal, ça l’est encore plus si on les garde pour nous, car tôt ou tard ça nous ronge de l’intérieur jusqu’au point de non retour.

La mort à fleur de peau…

S

J’ai toujours été une fille très sage, belle, très souriante, une fille sur qui on pouvais compter dessus… même si personne ne m’as jamais réellement accordé son amitié ou simplement un peu d’attention :(
Jusqu’à mes 16 ans 1/2…
Je tombe littéralement amoureuse d’un beau Grec qui est en première année de Science Po, celui à qui j’offre ma première fois au bout de 6 mois. Je trouves en lui mon âme soeur. Quand il m’embrasse, il me fait voir des étoiles. Je jouis de ses simples baiser, je passe des journées entière serrée dans ses bras, les heures passent d’une vitesse affolante !
Mais ma mère est une véritable mère poule et me prive de liberté car elle a peur que je la délaisse un peu, du coup elle enchaîne les punitions : « Range ta chambre et tu pourra sortir » et quand je fini, elle me redonne une autre punition… sans raisons…
Du coup mon amoureux se lasse de m’attendre. Il me demande d’être plus cool avec ma mère, alors que je fais déjà TOUT ce qu’elle me demande de faire.
Je suis punie 1 semaine… puis 2… puis 3 … Le jour de la St Valentin je décide de fuguer, passer la journée avec mon amoureux que je n’ai pas vu depuis si longtemps !!! Il me fait rentrer en cachette dans sa chambre pour ne pas que sa mère alerte la mienne. Il me joue de la guitare… je lui offre son petit cadeau… On fait l’amour pour la 3 ième fois. Magique…
Il me ramène au bus fin de journée. Ma mère apprend que j’étais avec, du coup… sanction !
Je ne peux plus le voir ! Elle est devenue jalouse ! Il décide donc de me quitter… et moi, j’ai qu’une envie, c’est de crever !
J’erre comme un fantôme pendant des mois, ma mère à peur car je perd du poids, je deviens blanche, je ne fais plus attention à moi, je ne parles même plus. Je me sent mentalement morte.

Un soir je craque, j’ai tellement de haine, de rage en moi que je veux me faire mal physiquement. Aussi mal que j’ai intérieurement. Je me frappe le visage, je tombe sur un rasoir de coiffeuse avec une lame aussi grande qu’un index. Et la je me coupe une fois… deux fois… 25 fois… et au bout d’une heure je me sent plus calme. Comme si j’étais apaisée par cette douleur physique.
Forcément, vu l’état de mon poignet… ma mère le remarque. Elle commence alors ses discours qui ne servent à rien face à la rage que j’ai envers elle. « tu as besoin d’aide… tu devrais prendre des médicaments… tu te mutile pour te rendre intéressante » J’ai qu’une envie, c’est de lui crever le coeur pour qu’elle ressente comment je vie depuis 7 mois !
Elle pense que je fume du cannabis et que je prend de la cokaine, elle me menace chaque jours de m’amener à l’hôpital pour faire des testes et moi je ne demande que sa pour qu’elle puisse me lâcher la grappe étant donné que je n’ai jamais rien pris !

Mon père m’inscrit au Viet vodao afin de canaliser mon énergie et à me changer les idées. Et sa marche !
Je rencontre un autre homme et j’oublie ma peine de coeur, ma peine de tout les jours :)

Mais… Ma mère recommence les punitions ^^
Et cette homme me propose de vivre avec lui. Je fais ni une, ni deux, j’prépare mes valises à 18 ans et 5 mois. Je me caaaaasssse !
Ma mère me fait la gueule car elle déteste mon nouvel homme et elle ne me parles plus. je ne peux plus voir mes 2 frères et mes deux soeurs… Du coup sa me fait énormément souffrir… En plus sa ne se passe pas très bien avec cette homme, et j’peux pas retourner chez maman, ni vivre des mes propres moyens vu que je suis toujours étudiante. Je n’ai pas de copines car mon hommes les dragues… il as 6 ans de plus et le décalage d’age se fait bcp ressentir.

19 ans (Novembre) je me sent patraque, j’ai vomis dans la voiture… je suis malade avec les odeurs… Je suis enceinte !
J’apprend que je fais un déni de grossesse, je suis à presque 5 mois de grossesse et en 10 min mon ventre a gonflé tellement que je ne peux plus attacher mon pantalon. Cette grossesse imprévue va bouleverser toute ma vie.
Il ne veux pas d’enfant, et moi je me sent déjà mère et j’aime mon bébé… il me dit « Tu avorte ou je te quitte » Je n’ai personne à qui parler, et si je le garde, je me retrouve à la rue. Je subi une IVG en hollande à 5 mois 3/4, il paye 900 euros pour ruiner ma vie…
Il passe les teste psychologique à ma place car je suis tellement sous le choc, que je n’arrive même pas a réaliser, à parler, j’suis tétanisée.

En rentrant le soir même à la maison, je vide une demi bouteille de vodka cul sec (Lui il est trop occuper à jouer sur son ordi, et à faire des rencontre « coquine » car il me trompe)
Je me déteste, je veux ENCORE CREVER… Donc j’y vais franco, j’enfonce la lame dans mon avant bras, dans mon bras et dans ma gorge le sang coule à flot, je suis fière car je me sent mourir et c’est ce que je veux plus que tout ! Je vois mes tendons bouger, trop dégeu.
Malheureusement, ou heureusement, il descend au frigo et me trouves à moitié morte et appelle l’ambulance.
On me réinjecte du sang et on me fait 42 points de suture. J’explique mon histoire aux urgentistes (ils étaient bien 15 dans la sale) y en as qui se mettent à pleurer quand je raconte que je veux mourir… Le jour après je signe une dérogation pour sortir de l’hôpital car je veux pas passer devant le psy qui vas me bourrer des médoc et je retourne chez cette homme, que je salifie de MONSTRE à présent. Il avait fait mes valises… et le soir même, j’étais à la porte !

Je me suis retrouvée au sans abris à 19 ans…

j’ai repris vie grace l’arrivée de mon fils que j’élève seule, il est toute ma vie. C’est lui qui me fait oublier ce passé monstrueux. Et chaque jour qui passent à présent, nous les mordons à pleines dents :D Et nous sommes très heureux, lui du haut de ses 3 ans et moi du haut de mes 25 ans :))

Plus jamais aucun homme ne me brisera !

Auto-mutilée

Cette photo c’est mon bras gauche. Vous allez dire que vous ne voyez rien de spécial. Moi si. Ce bras est un rappel à l’ordre. Un appel quotidien de mon passé, de ce que j’ai été, de ce que je peux redevenir un jour.

 

L’été particulièrement, j’y prête énormément attention. Avec le soleil, le bronzage, de fines lignes ressurgissent. Ces petites lignes si fines peuvent me trahir à tout moment. Ces petites lignes si fines sont un gouffre béant vers le côté le plus sombre de ma vie.

 

Lorsque j’avais environ 12 ans, mes parents ont divorcé. Je l’ai très mal vécu. D’autant plus mal vécu que je savais que mon père trompait ma mère, que je savais que ma mère était fragile, qu’elle avait déjà fait des tentatives de suicides. Je l’ai vue du haut de mes 12 ans totalement défoncée aux anti-dépresseurs, une ambulance du SAMU garée devant la maison, une voiture explosée.

 

J’ai grandi dans cette violence.

Puis mon père s’est installé avec une autre femme que je haïssait, et qui me le rendait bien. Il ne m’a rien expliqué sur ce qui allait se passer, ni sur le fait que désormais on vivrait tous ensemble, avec de nouveaux frères et soeurs. Je ne savais pas que je ne rentrerais jamais « chez moi ».

Un jour, tout cela a été trop dur pour moi. Je suis allée m’isoler aux toilettes pour pleurer. Je devais avoir 13 ans. Sans savoir pourquoi, j’ai pris la barrette que j’avais dans les cheveux et je l’ai frottée très fort sur mon bras. Ca me brulait. Ca me faisait mal. Mais ça me faisait aussi beaucoup de bien. J’avais détourné la douleur. Tout à coup, j’avais moins mal dans ma tête, parce que j’avais mal dans mon bras.

 

Et ça a continué. La barrette ne suffisait plus. Quand je sentais la colère et la douleur monter en moi, j’attrapais un couteau, je le posais sur mon bras, et tout doucement je faisais aller la lame. Ca griffait. Ca déchirait la peau. Un couteau à dents ça n’était pas l’idéal. Alors, je cherchais d’autres moyens. J’ai tout essayé : les couteaux avec ou sans dent, les ciseaux, les rasoirs, les cutters, …

 

Assez rapidement c’est devenu quelque chose d’habituel pour moi. J’étais devenue complètement dépendante. J’avais tellement mal dedans, que je me faisais mal dehors. Quand je voyais le sang perler, je sentais un gros poids quitter mon estomac. Je voyais littéralement la douleur quitter mon corps. Dans ces moments là, je ne contrôlais plus rien. C’était ma douleur du dedans qui contrôlais tous mes gestes. Une fois que c’était fait, j’avais le sentiment de reprendre conscience, comme en sortant d’un rêve. Je savais ce que j’avais fait, mais j’avais l’impression de ne pas l’avoir dirigé.

 

Quelques années plus tard, je m’étais améliorée. J’avais à côté de mon lit une trousse, contenant mon cutter. Il y avait aussi un nécessaire de camouflage. J’allais au lycée et il ne fallait pas que ça se voit, surtout pas que ça se sache.

J’avais donc un peu de tout dans cette trousse : du désinfectant, des compresses, de quoi faire un pansement et un bandage pour camoufler le tout.

 

Il m’a fallu longtemps et énormément de volonté pour réussir à arrêter ça. Un jour au lycée j’avais comme devoir d’écrire un poème et je crois que c’est ce qui m’a libérée. J’ai découvert l’écriture, et quand je voyais les mots s’enchainer sans que je les contrôle, j’avais la même sensation qu’en voyant le sang. Alors j’ai pu arrêter.

 

 

Aujourd’hui, j’ai 32 ans. Tout ça ne sera jamais complètement derrière moi. Je sais que je suis toujours sur le fil. Borderline.

J’ai recommencé une fois, il y a 2 ans. une crise d’hystérie à cause de mon ex. Mais je n’ai recommencé qu’une seule fois depuis 15 ans. Et je trouve que c’est assez prometteur.

 

Je sais très bien ce que comportement fait peur à énormément de monde. C’est pourquoi peu de personnes savent que je l’ai fait. Dans les émissions, quand on en parle, on passe pour des fous, des psychopathes.

 

Non, on est juste en grande souffrance. Alors on se bat tous les jours, et on fini par y arriver.

 

J’ai 32 ans, et pendant des années, je me suis auto-mutilée.