Mes marques que j’aime

marques
[Enfance. Ronde c’est sûre, je ne le vis pas si mal que ça en y repensant. A l’école, les garçons me crient que je suis grosse, je pleure, puis me relève.
Adolescence. Tout se complique. Gros problème familiaux, je prend du poids, j’ai beaucoup de crises de boulimie. Dépression. Phobie scolaire. 3 années loupées. Ma période noire, de la souffrance, de la souffrance partout, tout le temps.
Placement pour m ‘éloigner des problèmes de ma famille. Là, un renouveau. Plus de crise de boulimie, je mange bien, perds du poids, me sens belle. Je remonte la pente. Je vais bien, ma vie est belle. Je retourne chez moi.
Et paf. Par hasard plus qu’autre chose, je me découvre un masochiste physique. Première, et dernière jouissance masochiste. Je pensais pouvoir le gérer, après tout, cela me met dans un état d’euphorie intense. Et puis sont venues les pulsions. Les pulsions masochistes, le besoin de souffrir. Le besoin de jouir de cette douleur choisie. Mais je n’en veux pas. Trop jeune, avec trop de casseroles pour me faire du mal consciemment. Est-ce parce que la douleur a rythmé ma vie pendant si longtemps que j’ai besoin de souffrir ?
Le besoin est là. Je regarde les couteaux, les rasoirs d’un autre œil. Besoin.
Aujourd’hui, mon corps me trahi de la pire des manières. Il me demande, me supplie de lui faire du mal.

Besoin…]

J’avais écrit ce texte il y a exactement 6 jours. Mais aujourd’hui, je sais que ça ira, et que je pourrait vivre sans me laisser manger par mon masochisme. Parce qu’hier, j’ai fait l’amour avec mon ami, qui savait tout cela, qui a accepté de me faire mal, et accepté que je jouisse uniquement de mon masochisme. J’ai pu le laisser prendre en charge mon masochisme à ma place, et je l’en remercie. Parce que maintenant, je sais que ça ira.

Photo de mes marques, dont je suis tellement fière…

Publicités

2 réflexions au sujet de « Mes marques que j’aime »

  1. Je comprends ce que tu ressens car je suis pareil. Je ne peux pas voir un objet tranchant sans être tentée. Je me frappe, je me mords… Bref, je te comprends. Mais je suis suivie par un psychiatre. Je suis bipolaire. J’ai un nom sur mes pulsions et une bride (certes chimique) pour les retenir.
    Pense à toi, car aujourd’hui je ne peux même pas emmener mes enfants à la piscine parce mes cuisses et bras ont plus d’une soixantaine de cicatrices :(
    Je me punie, mais je punie mes enfants…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s