Privé de tout

privé

Bon et bien voilà j’ai 30 ans bientôt 31 ans ma vie est vide de sens, je pensais qu’à cet âge j’aurai déjà un paquet d’enfants à choyer mais non rien pas un ne désir de nouveau se greffer dans mon ventre pour débarquer neuf moi plus tard … la gynéco que j’ai vue il y a déjà plus de deux ans m’avait prévenue  » çà sera difficile avec votre ovaire gauche qui présente des micros-kystes et pas mieux pour l’ovaire droit qui lui a un kyste de bien 3 cm de diamètre » alors elle m’a laissé comme çà, avec ce verdict qui est devenue une réalité, avec cette peur du « bébé-jamais » alors il n’y a même pas de traitement? En tout cas elle ne m’a rien proposé comme solution … M’a juste toisé un bon coup avec l’air de dire « une obèse qui veut des enfants on aura tout vu! » parce que bien sûr ce qu’elle ne savait pas c’est que je pesais il n’y a que deux ans en arrière un poids tout à fait normal et que ces putains de kystes étaint déjà là! En fait, à l’âge de 15ans on m’avait dit : çà sera difficile d’avoir des enfants sans d’autres explications car à cet âge on y songe pas. Mais 25 ans plus tard si, çà nous ronge le pourquoi les autres et pas moi….

Pourtant à l’âge de 26 ans, le miracle s’est produit « j’étais enceinte » oui mais voilà coup du sort, pas du « bon » garçon, un mec qui m’a juste dit : qu’il ne voulait pas d’enfant avec moi, ok çà faisait que 4 mois nous deux mais, il connaissait les risques de faire l’amour sans capote et ce « problème » avait été conçut par nous deux, enfin comme je l’aimai la solution a été vite trouvée l’IVG, rien que ce therme me gave interuption volontaire de grossesse, ma volonté étais de le garder je pensai que mon ex changerai d’avis si il savait combien célà tenait du miracle … mais non j’ai dû confondre le rêve et la réalité. Un ivg ce n’est pas rien mais je l’ai subi çà fait mal au corps , au coeur et à la tête. Rien n’a plus été pareil depuis, j’ai perdu le goût de la romance, çà m’a endurcie.

Pas un jour ne se passe sans que je ne vis pas dans le regret ma vie aurait été bien différente depuis, cet enfant aurait un peu plus de 3 ans, l’âge des « Ze t’aime maman ». Peu le savent, peut-être que les autres comprendraient mieux ma colère, mes coups de gueules… J’ai vécu tout çà en silence, j’ai gardé çà pour moi car j’ai honte de ne pas avoir claquée la porte et imposé mon désir d’enfant. Car celui qui m’avait fait cet enfant à finit par partir, le comble c’est pour une autre qui en avait un enfant, chacun sa route comme il m’a dit. Moi je vis avec cette souffrance, lui n’en avait jamais reparlé comme si ce n’était rien !! Mais ce n’est pas rien, j’ai ressenti des petits papillons dans le ventre, qui le jour où j’ai pris le dernier cachet je n’ai plus rien senti, mon ventre était vide, vide, vide.

L’avortement fait mal très mal, j’ai accouché dans la douleur d’un amas rouge vif et dans le sang qui n’arrêtait pas de coulé, je me vidais dans l’indifférence du géniteur… Puis la douleur cesse mais pas le manque. J’ai depuis des douleurs atroces tout au long de mon cycle, alors qu’auparavant j’avais jamais mal au ventre. Rien n’est plus comme avant, rien ne sera plus. J’ai juste mis un mouchoir dessus. Mais chaque mois je me dis çà y est cette fois-ci c’est la bonne, un nouveau papillon est là dédans. Et chaque mois je pleure car non il n’y a personne mon ventre est vide !

Donc faut bien s’y faire je ne serai que la tata , la fille sympa qui rend service pour garder les gosses des autres … Mais moi je les aime les mômes, j’en veux un à moi! Jules n’a pas l’air très décidé pour trouver une solution, pour lui ce n’est pas son problème mais le mien, après tout s’il voulait un enfant il n’aurait que juste à changer de femme… Et puis c’est surtout mon désir pas le sien. C’est pas le moment, je ne bosse plus, lui n’a pas beaucoup de boulot, bref l’argent manque mais si on ne faisait des enfants que quand on a de l’argent il n’y aurait pas beaucoup de naissance. C’est encore une fausse excuse pour me faire comprendre que non, il ne veut pas d’un enfant tout de suite.

Mais le temps passe mes ovaires fatigue, 30ans c’est le bon âge pour fonder une famille non? Autour de nous les couples font comme par hasard des tonnes d’enfant, rien que l’année dernière je connais une dixaine de femmes qui ont eu un enfant. Alors je patiente mais ces « nouvelles mères » me gavent me font bien comprendre que je ne fait pas partie de leurs clans, combien de fois j’ai pu entendre « tu ne peux pas comprendre, tu n’as pas d’enfant … » j’ai juste envie de hurler mais putain si tu savais connasse combien j’aimerai être à ta place quand tu te plaind de tes gosses , donne-les-moi et crois-moi que je ne leurs gueulerai pas dessus toute la journée comme toi !

C’est simple dès qu’une femme est enceinte, elle se sent supérieure à celles qui galère pour l’être.Elles ne comprennent pas combien c’est dur d’être toujours celle qui regarde son ventre en pleurant.

Et puis j’en ai marre des « mères » qui me disent : « si t’y pense trop çà ne marchera pas » ce sont les mêmes qui sont tombées enceintes le premier mois d’arrêt de pilule ! Çà c’est sûr elles n’ont pas eu le temps de faire mûrir l’idée du : « et si je n’avais jamais d’enfants. Celles qui me saoulent le plus sont celles qui t’affichent leurs gros ventres pendant neuf mois et qui te disent : « la prochaine se sera toi ! » Faux-culs oui, elles en ont rien à fouttre, elles l’ont le fruit de leurs désirs ! Il y a aussi les filles qui te donnent des conseils, j’ai juste envie de leur dirent : c’est bon j’ai compris depuis longtemps comment on fait les bébés, je n’ai pas besoin que tu me dises : tu sais faut faire l’amour le jour de ton ovulation ! Prends-moi pour une conne aussi, je t’ai dis moi qu’il faut faire le poirier après chaque rapport, non alors tes conseils tu peux te les mettre où je pense … Puis il y a celles qui te prennes en pitié « Ma pauvre je sais que çà fait 2 ans que tu galères pour avoir un enfant … Moi à ta place je déprimerai en plus de çà tu serais une super maman », merci on a compris ! Enfin je ne leur en veux pas car la plupart se disent : elle y arrivera un jour, le problème ce n’est pas elles mais moi.

Publicités

16 réflexions au sujet de « Privé de tout »

  1. Je me revois il y a quelques années. Cette rage de voir toutes les autres y arriver, vouloir cet enfant plus que tout et ne pas réussir…
    J’ai pris un rendez vous a la PMA, 6 mois et une fiv après j’étais enceinte de ma princesse.
    Aujourd’hui je me souviens encore de cette rage, cette haine, la jalousie ….
    Avez vous vu un gynécologue spécialisé dans les problèmes de procréations ? Des traitements existent. Courage a vous.

    J'aime

  2. je comprend ce que tu ressens, et puis surtout ecoutes plus les gens , des que tu vois qu’on commence a te dire un conseil a la noix, te faches pas change de conversation, tu sais moi j’etais enceinte en meme temps qu’une copine , et donc j’ai eu un gros probleme, bref, elle est venue vers moi ma dit oh j’ai peur , raconte, tu crois que cela peut m’arriver , et ca fait comment ? et pis ceci et pis cela, et pis c’est pas grave tu recommencera ! bah oui, forcemment ! on croit que c’est un jeu, qu’on a pas de peine, pffff
    bref, ecoutes plus cela, moi du coup j’ose rien dire que te lire, je compatis, je comprend, bon faut effacer ce passé avec ce mec , ca changera pas les regrets, ca fait souffrir mais j’avoue que c’est dur a oublier, faut essayer,
    idem j’ai une amie, elle a trimé pour avoir un bébé, car elle avait des blems santé, enfin elle a eu un bébé et en fait elle pouvait plus apres, et les gens disaient, oh , mais quand va tu en faire un deuxieme, et gnagna, et ensuite si elle repondait on lui disait, mais c’est pas grave tu en as un deja !!!!
    tu sais ma mere, mon frere est mort il avait 21 ans , des gens lui ont dit mais vous avez d’autres enfant ,
    pfff, c’set des conneries, donc oui c’est des piques qui font mal, mais toi ,seul ton espoir et ta perseverance est importante, et vois les bons specialistes bon chose que tu fait, mais surtout faut faire la sourde oreille aux gens parceque cela peut te gacher ton moral et il faut pas, faut que tu sois bien zen pour que le bébé il arrive, et ca veut pas dire de te facher avec elles, car elles font pas expres elles veulent trouver des mots, tiens si cela se trouve je dis des trucs pas bien aussi,
    ne perd pas espoir

    J'aime

  3. Je ne peux que te comprendre car je vis moi aussi la même chose.
    J’ai 28 ans, je suis aussi en surpoids, en couple depuis 7 ans et mariée depuis 5 ans et moi aussi je n’arrive pas à tomber enceinte.
    Autours de moi les grossesses se multiplies, et moi je reste désespérément VIDE !
    Je suis tombée enceinte sous pilule il y a 6 ans, ça c’est fini par une fausse couche que j’ai très très mal vécue!
    J’ai moi aussi posté un petit mot sur ce blog, ça m’a fait du bien.
    Malheureusement depuis rien n’a avancé, les gynéco refuse toujours de me donner un traitement en me disant que le problème c’est mon poids, j’ai donc pris la décision de me faire faire une sleeve car la perte de poids demandé est bien trop importante pr y arriver toute seule.
    En attendant chaque mois j’espère que le miracle se produise seul car les démarches pour l’opération sont longues et que ça me laisse un peu de chance devant moi mais tjs rien…
    Je suis de tout cœur avec toi et tu devrais tout de même en parler avec un ou une autre gynéco.
    Bon courage

    J'aime

  4. J’ai connu ce manque après une fausse couche… des mois à attendre que mon ventre veuille bien accueillir un nouvel être. J’ai détesté les femmes enceintes autour de moi, les pauvres, elles n’y étaient pour rien, mais je ne pouvais pas les voir.
    C’est venu un jour, pourquoi, on ne saura jamais.

    J'aime

  5. Je suis hallucinée de lire comment ta gynécologue t’as traitée. Il existe des solutions à ton problème de fertilité. Beaucoup de femmes sont dans le même cas que toi. J’ai moi-même eu des soucis de fertilité liés à l’endométriose. « Grâce » à cela, j’ai rencontré sur un forum, des femmes formidables qui, comme moi, avaient cette envie d’enfant contrariée par un problème mécanique. Certaines comme toi avaient des ovaires polikystiques et sont aujourd’hui maman. Si tu ressens ce désir, prends un rdv avec un gynécologue spécialisé en PMA. Et vous trouverez la solution.
    A 30 ans, rien n’est fini. Tout commence encore :-)
    La route sera peut être longue et semée d’embûches, mais l’arrivée est sensationnelle.
    Je t’envoie du courage et de la force pour aller de l’avant .

    J'aime

  6. Ahhhhhh tous ce que tu décris je l’est vécu aussi la différence c’est que moi j’avais un gyneco qui ma réellement suivi et que j’etais en PMA….

    Va voir un autre gyneco …. Dans un centre de PMA ce serai bien qu’on puisse te donné un petit coup de pouce car mere nature se laisse souvent désiré….

    Des tonnes de calins en espérant que bientôt la roue tourne.

    J'aime

  7. J’aime beaucoup le commentaire de Fred, « à 30 ans rien n’est fini, tout commence ». Et elle a entièrement raison :)
    Le comportement de ta gynéco est froid, déplacé. Et je trouve l’excuse du surpoids bien trop facile. « hop tout vient de vous, affaire classée ! ». N’hésites surtout pas à changer de gynéco, celle-ci ou celui-ci doit être à ton écoute et non pas là pour t’enfoncer.
    Je n’aurai pas l’audace de dire que je connais ce que tu ressens car je n’ai pas traversé les mêmes épreuves mais je l’imagine et j’en suis touchée.
    Toutes les femmes enceintes ou mères ne ressentent pas forcément de la pitié pour celles qui ont du mal à enfanter, il y en a aussi comme moi qui ressentent sincèrement de la peine pour cette attente interminable que tu traverses…
    Quant aux remarques à la con, laisse-les les glisser, cela n’en vaut pas la peine…
    Je t’envoie tout mon courage et toute mon amitié.

    J'aime

  8. moi aussi j’ai vécu ça, pendant trois ans, j’avais mal à chaque fois que je croisais une femme enceinte, et c’est fou ce que ça grouille dans les rues, les femmes enceintes. quand tu ne veux pas en voir tu ne vois que ça. et je ressentais ça, la douleur, la jalousie, la haine pour ces innocentes si contentes d’elles. mais peu à peu, je me suis rendue compte, en parlant de mes problèmes, qu’il y a énormément, beaucoup plus qu’on ne croit, de femmes qui ont ou ont eu des problèmes. tu me croiserais aujourd’hui dans la rue, avec mes deux enfants, à engueuler peut être mon aîné, tu te dirais « quelle connasse qui ne connait pas sa chance ». mais en fait si, je la connais ma chance (mais ça ne m’empêche pas de perdre parfois patience avec mon garçon, parce que la vie continue). et d’après mon expérience, les gens avec qui j’en ai parlé, beaucoup de femmes ont traversé des épreuves douloureuses pour devenir maman. on ne s’en doute pas, parce que ce n’est pas le genre de chose dont on se vante, mais ces gros ventres arrogants qu’on croise dans la rue, ils en ont peut être bavé pour en arriver là.
    et parmi ces femmes avec qui j’en ai parlé, il y en a beaucoup pour qui ça s’est bien fini, et qui sont aujourd’hui maman. donc courage à toi.

    J'aime

  9. Je rejoins tout à fait Elise dans son commentaire. Je te souhaite de tout coeur d’être bientôt la femme enceinte que l’on regardera avec jalousie. Donc ne lâche rien !

    J'aime

  10. Déjà, un conseil : change de gynéco !! Trouve un médecin qui sauré t’écouter et t’informer sur tes possibilités.
    Ensuite, s’il faut un traitement, sache que c’est long et difficile, il faut du courage et de la patience pour se lancer dans ce « parcours du combattant ». Je ne l’ai pas vécu moi-même mais certaines de mes amies ont fait FIV ou autre et c’est dur, physiquement et moralement.
    Tu sais, nous sommes nombreuses à avoir un manque, ce manque que personne ne connaît, ne reconnaît, parce que c’est aussi notre intimité et que c’est difficile d’en parler.
    J’ai perdu mon 1er enfant à 6 mois de grossesse, alors que ma soeur avait accouché une semaine plus tôt de sa deuxième fille… c’est dur, faut pas « gâcher la fête »…
    J’ai eu une fille depuis, moi qui voulais 3 ou 4 enfants, je n’ai pas pu en avoir d’autres, et je pense toujours, 18 ans plus tard, à mon fils qui n’est pas là, à l’autre vie que j’aurais dû vivre, à l’injustice de cette vie…
    Ne désespère pas, tu as 31 ans, si tu prends les choses en main avec un bon soutien médical, tu peux réaliser ton rêve d’enfant…

    J'aime

  11. Je fais partie de ces femmes qui regarderont toujours les ventres ronds des autres avec tellement d’envie. Après des années de combats, de prise de poids,phlébites et autres joyeusetés, d’espoirs toujours avortés, de larmes cachées, le verdict est tombés je n’aurais jamais d’enfant à tenir dans mes bras. Même si je fais semblant de dire que tant pis, c’est le sort , le destin etc… je ne m’en consolerais jamais, je fais semblant juste pour l’homme de ma vie pour qu’il n’ait pas lui non plus trop de peine.Je me retiens de hurler quand j’entends ces femmes qui maltraitent ou tuent leurs enfants. Alors tu n’as que 30 ans, bats toi ! Change de gyneco ! Inscris toi dans tous les centre de PMA , vas en Espagne, en Belgique ou en Crête mais ne laisse pas quelqu’un te priver de ce bonheur. J’aurais tellement aimé que la GPA soit autorisée en France.

    J'aime

    1. et l’adoption ? avec mon mari, on s’était posés la question quand on était au fond du trou. mais, en plus du problème financier, c’est quand même difficile. c’est pas pareil. et puis, je me dis, à l’adolescence, quand les gosses pètent un plomb, on doit incriminer l’adoption, à tort ou à raison. c’est déjà difficile d’être juste parent, l’adoption, ça rajoute une complexité supplémentaire. t’en penses quoi ? tu l’avais envisagé ou pas ? trop compliqué, trop d’attente ?

      J'aime

  12. 4 ans d’essai , des dizaines de tests de grossesse à chaque retard, puis 3 FIV + 2 TEC. Des dizaines & des dizaines de piqures, des dizaines d’ heures d’attente pour les prises de sang & les échos… plein de copines qui enchainent les grossesses
    et maintenant
    31 ans , 2 petits garcons de 2 ans et demi & 8 mois.

    Même si c’est abrupt… j’ai envie de dire bouge toi… ca ne viendra pas par magie.

    http://fiv-en-france.bbfr.net/ => Plein de filles dans ton cas devenues maman, re-maman et plus encore.

    Renseigne toi sur des centres experts en PMA, il y en a, oui c’est l’usine à bébé… et alors ? à l’usine il y a du rendement.
    Maintenant… pour se lancer dans ce parcours… faut un papa motivé et surtout impliqué.

    (désolée pour celles que j’ai choqué, je sais que dans certains cas la PMA ne peut rien malheureusement :o/
    mais c’est pas des ovaires poli-kystiques qui empêchent les FIV de fonctionner)

    A noter que malgré mon parcours, mes fils me font souvent perdre patience !! c pas pour ca que je ne mesure pas ma chance.

    J'aime

  13. Il s’est passé 6 ans entre le moment où on s’est dit « on fait un bébé », et le moment où j’ai su que j’étais enceinte. Six inséminations, des hospitalisations pour des examens, une première FIV pour rien, la deuxième un an après. Ma fille a aujourd’hui 6 mois. Aucun médecin n’a su me dire d’où venait le problème, et peu m’importe à présent. J’avais 30 ans au début de ce parcours, 37 maintenant, donc ça peut marcher à un âge aussi avancé ! Je rejoins les autres commentaires, cette gynécologue me semble incompétente, heureusement il en existe d’autres qui savent prendre en charge les problèmes de fertilité. Il n’y a pas de centre de PMA dans tous les départements, j’en ai fait l’expérience, mais il est possible d’être suivie par un gynéco de ville et de se déplacer uniquement pour les dernières étapes. C’est long, c’est fastidieux, parfois décourageant. Je n’ai pas fait tout ça pour rien, donc je me dis que j’ai bien fait, évidemment c’est facile de dire ça maintenant. Avant, je n’étais pas réconfortée par les histoires des autres femmes qui avaient enfin la chance d’enfanter après un parcours comme le mien, donc je ne vais pas insister. Mais je me souviens de quelques paroles qui m’ont fait du bien, et qui venaient d’ailleurs de deux amies qui avaient eu leurs enfants sans problème. La première a eu le courage de me dire que malgré tout ses efforts, elle ne pourrait jamais savoir à quel point c’était dur pour moi. C’est bizarre, mais je me suis sentie moins seule après ça. La deuxième m’a dit « Si tu veux des enfants, tu en auras. D’une manière ou d’une autre ». C’était aussi simple que ça, j’avais juste besoin qu’on me le rappelle.
    Pour finir, les mamans qui s’énervent contre leurs enfants, même après des années de PMA, sont juste des mères comme les autres. C’est ce qu’on veut toutes être.
    Je vous souhaite beaucoup de courage, et autant de bonheur.

    J'aime

  14. Je te souhaite de tomber enceinte, de tout mon cœur. Courage. Ma sœur, stérile, est tombée enceinte à sa 2 eme FIV. Mon autre sœur, polykystique, est tombée enceinte a 32 ans après avoir perdu tout espoir, suite à 3 ou4 ans d essais infruçtueux. Je suis tombée enceinte après 1 mois sans pilule et je remercie dieu çar j’ai subi un IVG aussi.

    Courage. Faus confiance à ton corps, et à la science.

    J'aime

  15. Par contre je trouve ça aberrant le comportement de ton mari… Ne te soutient-il pas ? Il faut qu’il te soutienne, tu as besoin de lui, il faut lâcher prise et te reposer sur l’épaule de ton amoureux !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s