Un de mes combats

combat

Jusque la j’ai perdu 4 rounds avec la Mort…ou la Vie c’est comme on veut…4 fois au tapis, je mets un genoux à terre, encore, me relève, encore, secoue la tête pour reprendre mes esprits, elle est en fasse de moi, il faut juste trouver son talon d’Achille pour triompher.
Un uppercut ! Me revoilà dans le combat, à cette heure j’ai perdu mes gants, plus aucune protection, tant pis on savait que ça se finirait comme ça, c’est elle ou moi maintenant. Elle joue le chrono pour me mettre K.O. Moi sur l’espoir… Les os craquent à chaque assaut, les phalanges en sang je tape, je tape, je tape, je hurle qu’elle doit aller ailleurs maintenant, me laisser en paix. Je pleure aux douleurs infligées, j’ai du mal à tenir ma garde. L’entraineur essuie les larmes, je ne l’entend plus, il me fait signe d’arrêter le combat, dans ses yeux je lis la peur, la peur que mes blessures soient trop graves… Combien de temps vais-je encore pouvoir tenir sur ce ring? Ma mâchoire se serre, la rage m’enivre. La cloche vient de tinter au loin, dissout dans le vacarme de la foule en liesse, les deux mains sur la corde je me hisse sur mes jambes, le tabouret retiré, je retourne au combat…

« 1,2,3,…10 !!! The winner is….. »

Prenez vos paris ! La côté est de 10 contre 1, ce sera un suicide ou un exploit, mais si la vie décide de m’habiter enfin et me sourire une fois dans mes bras, vous pourriez bien devenir un homme riche…

Des explications plus claires :

Ce combat c’est celui que je mène pour devenir mère.

4 fausses couches en 1 an et demi à 24ans. Maladie de Crohn diagnostiquée à 20 ans et syndrome des anti phospholipides trouvé par un bilan fausse couche.
Ces mois et ces pertes ont été atroces à vivre, je ressens depuis ma plus tendre enfance le désir non seulement d’être mère mais d’enfanter avec mon corps. Et puis mon corps qui pourtant projette une image de bonne santé fait défaut, je tombe enceinte facilement, rapidement mais je ne conserve pas la vie. Aujourd’hui, après avoir écumé plusieurs médecins pour enfin en trouver un qui veuille bien me proposer un traitement digne de ce nom, j’ai décidé, avec la prescription en main, de donner à mon corps du répit.

J’ai eu envie de me freiner pour ne pas davantage l’abîmer, entre les hormones, les piqûre d’anti coagulant, les fausses couches spontanées, les IVG médicamenteuses et chirurgicales pour « nettoyer », le surpoids, la fatigue… J’ai voulu donner plus de chances de réussite à mon corps qui me trahissait jusque là, qui ne m’offrait pas mon rêve : un enfant. Longtemps vécu comme un ennemi, j’essaye au fil des mois de le considérer comme un ami en difficulté et mon devoir et de l’aider. Alors en surpoids depuis toujours jusqu’à atteindre l’obésité, me voilà avec 20kg de moins en mangeant équilibré atteignant la limite du poids de l’IMC « normal », à faire du sport, à arrêter de fumer, bref à faire de mon corps un partenaire qui mérite plus d’égards de ma part.

Il n’est pas parfait, loin de là, mais j’essaye de l’améliorer le plus possible avec les possibilités que j’ai. J’espère qu’il ira mieux au point de réussir le miracle de la vie. J’ai peur…mais j’y crois. Un jour…peut être.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Un de mes combats »

  1. Continues à y croire, ne perds pas espoir… Un miracle arrive lorsque l’on s’y attends le moins, ma fille en est la preuve; Je te souhaite ce bonheur.

    J'aime

  2. « Belle » image et belle tournure pour ton premier paragraphe… Tu as décidé de t’occuper de ton corps donc de toi et je pense que c’est une bonne chose. Quand on lâche prise sur une obsession, parfois les choses arrivent plus naturellement. Abandonne donc la peur pour nourrir l’espoir, tu as tout à y gagner. Souvent il existe aussi des raisons psys sous-jacentes aux symptômes médicaux. Il peut se révéler intéressant de creuser un peu de ce côté. Je parle en connaissance de cause. Après mon premier enfant, j’ai fait 2 fausses couches en 6 mois, j’avais des cycles de 60 jours… avant de comprendre grâce à un tiers que mon blocage provenait du fait que j’associais le fait d’avoir un 2nd enfant avec du malheur dans la famille eu égard à ce que j’ai vécu dans ma propre enfance. Un mois après, j’étais enceinte… Je te souhaite de connaître le même sort. Une chose qui est importante également peut être de faire des enterrements symboliques pour les petits êtres que tu as portés. Ils ne comptent pas pour du beurre et tu es déjà maman ! Prend soin de toi. Bon courage et bonne chance avec ce « qu’on bat »… et tiens nous au courant ;-).

    J'aime

    1. Merci pour ces messages d’encouragements les filles, cela me touche réellement.

      Espérer oui, il n’y a que ça à faire et avoir de la force, beaucoup de force, pour reprendre le combat après ces K.O. Ce n’est pas encore le moment… Les blessures n’ont pas fini de cicatriser, elles seront longues à se refermer…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s