In utero

Les boites aux lettres ne contiennent pas que de mauvaises nouvelles
sous la forme d’éternelles factures.
L’enveloppe était là avec son verdict implacable, les mots dansant
sous mes yeux. Le choc. Banal examen. Le retour, inattendu, un mois
après. Les mots. LE mot.
Dysplasie. Entre grade 2 et 3.
L’autre mot. Biopsie.
Confrontée au choix: soit on enlève le col immédiatement, soit on
attend que tout dégénère pour le faire, mois entiers à égrener par de
réguliers contrôles et rythmés par une attente que je devine
inconfortable, pour au final aboutir au même résultat.
MAIS. Si on enlève, c’est claquer la porte à tout désir d’enfant.
C’est pas que c’était encore prévu, ni même envisagé. Cependant,
fermer à tout jamais cette porte, à un âge tout de même pas si avancé,
ne pas choisir mais subir la décision, ça ne se gère pas pareil. Ça se
gère mal.
Sans parler de ce corps incomplet. Ridicule, personne ne le voit,
aucune cicatrice apparente, la mutilation n’est qu’interne.
Et puis l’angoisse. Bien sûr ce n’est pas une leucémie foudroyante.
Bien sûr ça ne touche pas le foie. Mais quand le mot « cancer » est
lâché, tout tangue.
Et puis les vieilles idées judéo-chrétiennes. On pense avoir tout tué,
mais visiblement survivent des réminiscences « On est toujours puni par
où on a péché », aussi idiotes qu’incontrôlables. Parce que forcément.
Papillomavirus. Partenaires multiples, et ô combien. Sexualité
précoce.
Ma féminité, à fleur de peau, est inchangée. Mais à l’intérieur, c’est
l’open bar, c’est le trou des cellules qui m’ont trahi.
Oui, ça pourrait être bien pire. Je le sais, intellectuellement, mais
j’ai mal à mon dedans.

Publicités

8 réflexions au sujet de « In utero »

  1. Bonjour, je me permet de te répondre car on m’a aussi diagnostiquer une dysplasie de grade 3 il y a maintenant 3 ans. L’hystérectomie étant inenvisageable, j’ai consulter un gynécologue-oncologue qui a pratiquer une conisation (ablation d’une partie du col de l’utérus) Depuis, je fais des frottis tous les 6 mois et de temps en temps ce cher papilloma virus refait surface mais sans dysplasie, ce qui est plutôt bon signe. Et tu sais, avoir un HPV (papilloma virus) n’est pas une fatalité, nous sommes tous porteurs et les souches de ce virus sont multiples. Lorsque nous serrons la main à quelqu’un nous réalisons un échange de papilloma virus. (dixit le gynéco oncologue lorsque j’étais sur la table d’opération) J’espère sincèrement qu’une autre alternative te sera proposée et que tu pourras éviter de subir cette chirurgie.

    J'aime

  2. Comme Chrystelle j’ai aussi eu ce soucis. Il en fallait trois opérations mais l’affaire s’est arrêté là. Depuis, les frottis sont impeccables.
    Nous sommes souvent porteuse de ce virus, sans qu’il se manifeste et la morale judéo-chrétienne qui te poursuit et que je comprends, au combien n’a rien à voir dedans car j’ai toujours été fidèle à mon partenaire depuis 20 ans.
    Moi aussi j’espère une autre alternative, as tu pris l’avis de plusieurs gynécologues avant de te lancer dans une intervention si lourde ?
    Courage, j’ai aussi eu très peur mais cela s’est très bien terminé.
    Voudras tu nous tenir au courant ?

    J'aime

  3. Bonjour,

    Je vous remercie beaucoup de ces messages (ainsi que ceux postés via la page FB auxquels je ne peux malheureusement pas répondre pour garder mon « anonymat », mais sachez qu’ils m’ont énormément touchée)

    Ce texte date en fait de plusieurs semaines, lors de mon dernier rendez-vous, c’était un peu la catastrophe (résultats de l’avant dernière biopsie, donc), l’intervention devait être programmée sans trop tarder.
    J’ai voulu patienter l’été, parce que j’avais déjà beaucoup de choses programmées et que cela pouvait attendre septembre, la condition étant de refaire une biopsie pour voir si ce n’était pas plus urgent.
    Et les résultats de celle-ci sont un peu moins décourageants: une nouvelle bio est donc programmée dans deux mois.
    Ceci dit, je pense tout de même passer par l’intervention, parce que c’est un peu épuisant nerveusement ces montagnes russes perpétuelles du on opère-on attend.
    Dans mon cas, tout le col devra être enlevé, la dysplasie est très étendue.

    Voilà où j’en suis actuellement, je ne manquerai pas de vous tenir au courant de l’évolution si vous le souhaitez.

    Merci de vos mots. Du fond du coeur.
    .

    J'aime

  4. Quelques nouvelles, pour celles qui suivraient encore…
    Frottis de décembre très mauvais. Par un coup du sort, je n’ai jamais reçu la lettre m’en avertissant. Mon gynécologue, interpellé par le fait que je ne reprenne pas rendez-vous m’a donc relancée début du mois. Six mois de surveillance perdus.
    Bref…. je suis à présent entre le CIN III et le CIS. La biopsie réalisée hier tranchera (haha).
    J’attends donc ces résultats et la date de mon intervention.

    Bises à toutes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s