Mon IVG


Je suis tombé enceinte une première fois l’été 2011, à 21 ans, sans emploi, dépressive, loin de ma famille, mes amis et en reprise d’études j’ai paniqué et avorté…du début à la fin je savais que ce n’était pas ce que je voulais, cette vie en moi je l’aimais autant que je me détestais de mon acte.
Après ce que j’appelais mon homicide volontaire, j’ai voulu nier, faire comme si rien ne c’était passé et pousser le vice au point de n’en parler à personne, pas même à mon compagnon et plonger dans un mutisme qui me couperai de toute vie sociale pendant 3 mois.
Trois mois pour réussir à en parler à mon copain qui lui ne comprenait plus ce qui m’arrivait.
Un mois plus tard nous décidons de faire un enfant, un enfant qui certes n’effacerait pas l’IVG mais un enfant voulu, désiré.
Début février 2012, tous les symptômes sont là, les seins douloureux, les tiraillements de l’utérus, les vomissements, etc.
Le lendemain prise de sang, résultat positif, je revis et mon homme rayonne à l’idée de devenir père.
Pendant deux semaines, on parle de cet enfant à venir pour octobre, on parle déménagement, nouvelle vie, fille ou garçon ?
Puis au bout de deux semaine, un dimanche matin après une nuit blanche car les tiraillements se sont localisé du côté gauche de l’utérus et sont vraiment très douloureux, je réalise que je perds un peu de sang, pas assez pour s’inquiéter mais entre les douleurs et les gouttes de sang il ne m’en fallait pas plus pour tirer mon copain du lit et filer aux urgences.
Après douze heures d’attentes et de souffrance intense pendant lesquelles tous les médecins me rassuraient me disant « ne vous en faîtes pas, arrêtez de stresser vous aurez moins mal » on m’annonce que la grossesse est extra-utérine et on me donne enfin un lit afin que je puisse m’allonger ailleurs que sur le sol, 15min plus tard une infirmière me dégage de mon lit avec l’argument « les lits sont pour les femmes enceintes »….on m’a avorté dans la nuit, une seconde fois.
J’ai eu de la chance, j’ai réagi vite et n’ai pas perdu ma trompe mais ma dépression et mon dégoût de moi-même on retrouvé leur chemin de suite.

Alors ce corps maintenant, je le regarde, je le vois mais il ne m’appartient plus, il me dégoûte, j’ai vécu cette grossesse extra utérine comme une punition pour l’IVG de septembre.
Retomber enceinte est devenu phobique, alors pour le moment j’essais de sortir de ma solitude, d’en parler et de ne pas le faire payer à mon amoureux par mes crises de larmes et de nerfs.

Merci.

Sh.

Publicités

16 réflexions au sujet de “Mon IVG”

  1. Je te souhaite pleins de courage pour affronter tout cela. Ne prends pas comme punition le fait d’avoir dû avorter une 2ème fois :(
    Je suis une jeune maman et tout ce que je peux te souhaiter c’est qu’un jour un petit ange puisse de redonner le sourire, que tu puisses voir ses grands yeux qui te regardent avec amour et ce sentiment indescriptible qui vient du coeur d’une femme qui est l’amour d’une maman. Il faudra certainement faire un travail sur toi, avec l’aide d’une ou plusieurs personnes pour t’aider à tourner cette douloureuse page.
    Je suis passée par la « case » dépression et c’est assez difficile de s’en sortir seule.
    Bon courage à toi :)

    J'aime

  2. Je passe te dire qu’apres une geu, une belle grossesse est possible. MAis jai eu ce meme sentiment que toi bien que je nai pas subi d’ivg, mais jai pensé aux nombreuses pilules du lendemain … et puis 1 an et demi plus tard je suis tombée enceinte, avec cette trouille de rafaire ( comme si nous faisions expres tiens! ) une geu… le corps qui merde! et puis aujourd »hui j’attaque ma 27 eme semaine damenhorree . Je te souhaite le meme bonheur, ressaisi toi, releve toi, et cest juste pas de chance comme mont répété les docs! pas de chance, pas de ta faute !!

    J'aime

  3. j’ai avorté à 20ans pour les mêmes raison que toi (dépression, solitude etc…) j’en ai parlé autour de moi et sauf mon copain de l’époque qui était bien content que j’avorte tout le monde m’a confirmé mon meurtre. à l’hôpital j’avais très mal étais accueillis et c’est vraiment le pire moment de ma vie. suite à ça pendant plusieurs année je n’ai pas supporté la vision d’enfants. pour vivre avec je détestais les gamins et m’enfermais dans un monde de fêtes, d’alcool et de drogue. aujourd’hui je suis maman, sept ans après et malgré le temps j’ai pensé à mon petit qui n’était pas là toute ma grossesse. et chaque moi de mars (qui aurait été mon terme) je rajoute une année à ce qui aurait été son age…

    tout ça pour dire que je te comprend tout à fait !! si je peux te donner un conseil c’est vie ton deuil comme il se doit ! avec le recul je me dit que le fait d’avoir aimer cet enfant malgré le fait que je ne lui ai pas permis de vivre c’est exprimer mon amour maternelle !

    courage à toi !

    J'aime

  4. Je t’envoie tout mon soutien, l’IVG peut causer de sacrés dégâts! Je suis passée par là, par deux fois. La première fois à l’âge de 17 ans, j’ai été reçue comme une moins que rien à l’hôpital, une gamine écervelée qui n’a pas été foutue de faire le nécessaire pour ne pas tomber enceinte…la seconde fois, l’année dernière, alors que j’étais déjà maman.
    Tu vis une période difficile mais il ne faut pas te sentir coupable. Concernant ta GEU, c’est juste la faute à pas de chance, ne te met pas ça en plus sur le dos. Essaye d’en parler autour de toi et de trouver un peu de soutien. Ne te bloque pas à l’idée de retomber enceinte, tu vas y arriver, tu as déjà montré que tu étais forte et courageuse, continues sur cette voie là. Bon courage!!

    J'aime

  5. Ne te punis pas, aime toi et n’oublie pas que tu es une femme libre de tes propres choix que tu n’as pas à culpabiliser du passé, l’avenir est devant toi, ouvre lui grand les bras…
    Tout mon soutien et plein de courage…

    J'aime

  6. c’est difficile de ne pas s’en vouloir quand notre vie et notre corps semblent parfois nous trahir… du coup, se dire que la vie nous punie dans la foulée sur ce pourquoi on pense avoir été coupable… peut être qu’écrire à ces bébés qui ne naitront jamais pourrait t’aider à te pardonner tout cela ? je t’embrasse…

    J'aime

  7. jtu es en train de culpabiliser, sois aller je vais faire la fille qui te secoue et j’ai horreur de cela, bon , on ote tous les bons sentiments, ok, et on regarde, la premiere fois tu pouvais pas le garder, et ce n’etait pas encore un bébé, c’etait une cellule ou un debut d’embryon c’est pour cela que ya des dates de limite a l’avortement, bon, ok c’est psychologiqument eprouvant, et tu as choisi de te taire, et voila pourquoi ca remonte, car tu as pas assez sorti les mots a l’epoque, et pis peut etre le contexte de l’epoque je sais pas, peut etre que tu aurais au fond aimé qu’on t’aide a le garder, mais tout cela c’est apres coup, bon maintenant, la grossesse extra uterine, n’a pas de rapport, et cela arrive, et les fausses couches aussi, tout le monde pense oh j ai envie d’un enfant on va le faire, ba non ya des tas de choses qui arrive, c’est pas une punition,
    je connais une femme, je t’assure elle attendait son premier enfant, elle l’a perdu malformation, bref fausse couche provoqué et a quatre mois ! et plus tard elle recommence, en plus son mari et elle son medecin ! re belotte enceinte super la joie, et non a nouveau une autre malformation cette fois a cause du placenta, et vlan elle perd le bébé, affreux, et son mari meurt dans l’année d’un cancer !!! ce nest pas un sort, ce n’est pas une vengeance de Dieu ou je ne sais, c’est comme cela, est c’est moche oui, bon elle a eu un bébé apres tout beau et s’est remarié a un homme charmant, elle a meme une belle maison et avec piscine et tennis !!!!!!
    bref une vie en fait pas l’autre,
    maintenant, faut bien penser a toi, parle de l’ivg a l’hopital a une psy de l’hopital, parle de la perte de cette seconde grossesse, met des mots sur ces evenements, ce sont des deuils a preparer et a faire,
    occupes toi de toi au lieu de te juger, bon ca y est tu t’es culpabilisé té puni assez, maintenant, vas vers le nouveau bébé, que tu aimera, tout se passera bien, et sois heureuse avec ton namoureux, lis bien les temoignages de ces femmes qui t’ont ecrit,
    je t’embrasse, bon j’espere que je suis pas trop bete dans mon com, et que tu comprend ce que je veux dire, je v oudrai pas sous estimer ta douleur qui est bien réelle,
    bisous a toi, soit tout bonheur,

    J'aime

  8. bonjour,
    je suis passée par la GEU, qui est vraiment un drôle de truc. il est difficile de comprendre, d’accepter, de mettre fin à une grossesse parce qu’elle s’est installée au mauvais endroit. et le corps médical ne sait pas gérer l’aspect psychologique.
    un forum a été crée autour de la GEU, par des femmes qui sont passées par là, parfois plusieurs fois… n’hésite pas à aller un faire un tour… ça fait plus de 7 ans que j’y participe.
    http://soutiengeu.bbfr.net/
    la peur de retomber enceinte est normale, moi j’avais fait une croix dessus tellement je l’avais mal vécue. et quand je suis tombée enceinte (ce fut une grosse surprise pas de tout prévue) j’ai d’abord eu très très peur. et depuis j’ai 3 petites filles (et 3 FCs aussi)
    sur le forum tu pourra en parler, échanger…

    J'aime

  9. Ne reste pas comme ça, va voir quelqu’un pour qu’on t’aide à te sortir de la dépression ! Ce que tu vis est très difficile et il ne faut pas hésiter à se faire aider, crois-moi. Je te souhaite bon courage et aussi d’avoir un bébé bientôt. Ne culpabilise pas, rien de tout ça n’est de ta faute. Bisous.

    J'aime

  10. coucou,

    j’espère que tu arriveras à te pardonner, et que tu auras une nouvelle belle grossesse. Des erreurs tout le monde en fait ( si tu estimes que ton avortement était une erreur, par rapport à toi) bises.

    J'aime

  11. Très touchée par votre article. Je n’ai jamais subi de IVG mais j’ai vu les dégâts que cela a provoqué chez mes amies. Le pire est cette culpabilité, un véritable poisson, qui continue à vous empêcher de vivre véritablement et en plus vous plonge dans la dépression. J’ignore quelle éducation vous avez reçue mais souvent, c’est notre culture judéo-chrétienne qui nous influence. Et personne ne vous punit, si ce n’est vous-même…
    Vous savez bien que garder le premier bébé n’était pas possible mais croire que votre grossesse a été une punition c’est vous flageller.
    Effectivement, il serai peut-être judicieux de vous faire aider par un professionnel ou un groupe de soutien car tant que vous ne sortirez pas vos maux avec les mots, vous vous empêcherez de vivre et retomber enceinte.
    De tout cœur avec vous, comme tous ceux qui sont venu apporter leur soutien.

    J'aime

  12. je pense que la solution serait peut-être de comprendre en profondeur pourquoi tu as avorté la première fois, afin de te pardonner. je pense qu’en surface tu as des éléments plutôt objectifs qui l’expliquent, mais je pense qu’il y a autre chose qui va plus loin que ça. les éléments concrets environnementaux ne sont pas les seuls éléments qui interviennent dans nos choix.
    c’est un sacré chemin d’apprendre à se pardonner, je te souhaite d’y parvenir afin de vivre une nouvelle grossesse, toute neuve et non venant remplacer la précédente; et je te souhaite d’y être heureuse..

    J'aime

  13. Il faudrait peut-être sortir de cette logique de « pardon » après une ivg ou même une fausse couche… Tu n’as pas à te faire pardonner une décision que tu as prise en toute connaissance de cause, et je ne pense pas qu’il y ait besoin de motivations plus profondes que « j’ai 21 ans et pas de boulot » pour ne pas vouloir en plus se charger d’un autre être humain dépendant… Peut-être qu’il faut faire le chemin inverse, et accepter de reconnaître que c’était la meilleure décision à l’instant t en question !

    Une ivg n’est pas un homicide ! un embryon n’est pas un être humain et cela, beaucoup de religions le reconnaissent dans leurs textes anciens(avant 40 jours pour le Talmud par exemple).

    Plutôt que de chercher notre faute, reconnaissons notre chance de pouvoir bénéficier du droit à l’avortement et donc du droit de nous épargner un avenir compliqué…

    Dans ces moments là, il faut accepter aussi de se faire suivre, en parler à un professionnel (un psy, il n’y a pas de honte à aller en rencontrer un, au contraire!). Cela permet d’avoir un regard extérieur d’un professionnel de santé.

    J'aime

  14. J ai vécu ça aussi à 21 ans et 10ans après, j ai angoissé toute ma grossesse de perdre ma fille… Les pensées liées à la culpabilité sont tenaces hein! Je sais une chose maintenant, c’est qu’il y a des bébés qui nous montre le chemin mais qui ne naîtront jamais. Je te souhaite plein de bonheur.

    J'aime

  15. Je te souhaite de très vite retrouver la sérénité. Je prends pas ta GEU pour une punition. je suis passée par la case GEU aussi et je sais que c’est dur… Ta phrase « avorter une seconde fois » est révélatrice. Comme moi tu semble penser que ce n’est pas un « tant pis il n’était pas viable » mais plus un « mon bébé était là, au mauvais endroit certes, mais là et on me l’a arraché ». Plein de courage !

    J'aime

  16. C est horrible çe qu’il t’arrive. C.est triste,tu as fait une énorme bêtise avec le premier IVG. Tu as agit sans réfléchira puisque ton mari l’aurait accepté. Oui c est une connerie que tu as fait, MAIS il faut te pardonner !
    Pardonner, c est avancer.
    Tu as fait de ton mieux. Tu as pris une décision. Peut être que c était la bonne après tout.
    Et oui, et si ce premier embryon était malade ? Alors, tu ne sais pas.
    Mais même si tu ne sais pas, pardonne toi.
    Tu y arriveras à avoir ce bébé, courage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s