L’anorexie

Et je suis toujours en guerre avec la nourriture. L’anorexie.
Cette saloperie de maladie qui t’oblige à te détruire.
J’ai commencé à l’age de 3 ans. Quand mon petit frère a commencé à se déplacer dans la maison. J’ai eu peur qu’il envahisse mon espace? Je suppose, j’en sais rien. Il se passe quoi dans la tête d’une gosse de 3 ans qui veut déjà disparaître?
Puis au décès de mon père.
Puis chaque fois que je ne suis pas bien, stressée, triste.
La nourriture est mon ennemie. Chaque bouchée est une corvée, une source de culpabilité. Les kilos m’ennuient. Plus il disparaissent, mieux je me sent. Quel cercle viscieux!
L’anorexie mentale est l’expression d’un combat intérieur entre l’être réel que la personne souffrante a anandonné, avec l’image personnelle qu’elle s’en fait, et l’image qu’elle désire que les autres se fassent d’elle.
Je sais au fond de moi que je dois manger et me répéter à longueur de journée « mange » ne m’aide pas!
Quand on me demande de manger, on me juge.
Aujourd’hui, je me sent enfermée dans un corps qui est trop grand pour moi, un corps qui n’a pas sa place.
« Le cerveau est impuissant à modifier l’image déformée que le patient a de lui-même. »
Aujourd’hui j’ai 30 ans, je suis maman, femme.
Le peu de nourriture que j’ingurgite me sert a avoir de l’énergie pour ma fille.
Je n’arrive tellement pas a exprimer mon mal que je fais tout pour le montrer: tu ne m’écoute pas? Alors tu vas me regarder dépérir.

Texte gentiment confié à nos soins par Extravalante

Publicités

10 réflexions au sujet de « L’anorexie »

      1. Merci à vous de me répondre, j’ai été tellement touchée par votre témoignage, surtout que j’ai approché cette maladie et je sais la dose de souffrance qu’elle implique. J’en ai été vraiment émue.
        Vous êtes si courageuse de venir le partager et tellement lucide sur les causes de votre mal-être.
        Car cette « mal a dit » exprime, comme vous le dites, un mal-être très profond et les personnes qui ne sont pas passées par là, viendront vous donner des conseils, que vous êtes capable de vous dire mentalement, sans que cela déracine la cause profonde. Cause qui vient probablement des blessures de votre enfance, vous l’avez aussi bien compris.
        C’est comme avoir la clef et être incapable de l’introduire dans la serrure par peur de ce qui se cache derrière la porte.
        Loin de moi l’idée de vous donner des conseils, juste mon empathie la plus profonde.
        Et un livre de Jacqueline Kelen : « La faim de l’Âme », à cause de ce bel Ange sur votre logo.
        Je me permets de vous embrasser de tout cœur.

        J'aime

  1. Difficile pour moi de comprendre cette maladie dramatique. J’aime beaucoup trop manger. Ne trouves-tu vraiment aucun plaisir dans la cuisine, les saveurs et la richesse de la gastronomie?

    Manger c’est une chose mais avoir du plaisir est plus important, prends des cours de cuisine, apprends à apprécier la gastronomie. Ne serait-ce que pour transmettre à ta fille le gout de la nourriture.

    Puis, peut-être, tu apprendras à avoir faim en sentant les bonnes odeurs de ce que tu cuisines, et peut-être meme que tu appréciera la convivialité d’un repas entre amis et « pire » le délice d’une patisserie.

    J'aime

    1. Ma thérapeute m’a proposer son aide pour l’anorexie, je l’ai refusée car je sais qu’au fond, le problème est plus lourd que ça.
      Heureusement, j’ai des phases où je suis bien et où je ne ressend pas le besoin de m’autodétruire. C’est une manière de diparaître, de demander aussi de l’aide.
      Il m’arrive heureusement d’avoir du plaisir en mangeant, je fais beaucoup d’efforts pour ma fille :-)
      Merci d’avoir prit la peine de me lire.

      J'aime

      1. Je viens de parcourir ton blog. Quels témoignages! Continue de t’exprimer pour faire le point sur ta vie. Peut-être qu’elle est là, la solution!

        Ton article sur la schizo Valérie me touche, je suis gémeaux également et je ressens la même chose. Rassure-toi, il n’y a pas besoin d’être « folle » pour ressentir des sentiments extrêmement forts surtout quand on est Maman.

        Une phrase qui m’aide beaucoup quand j’ai le blues:  » On reconnait le bonheur au bruit qu’il fait en claquant la porte… » Être à l’écoute de chaque petit bonheur et savoir trouver chaque jour une raison de se réjouir est un exercice difficile mais tellement bénéfique. Quand les enfants sont merveilleux, rempli ton cœur de bonheur et utilise ces souvenirs heureux pour les jours difficiles.

        Je te souhaite une petite fille merveilleuse qui saura te faire oublier tes propres soucis…

        J'aime

  2. Merci beaucoup Amandine. C’est vrai que mon blog, c’est une forme de thérapie.
    Je tiens bon, pour ma fille. Je sais que la vie est faite de vague et que pour l’instant, je suis dans un creu, mais c’est pour mieux apprécier la suite, une nouvelle vague qui sera je l’espère régénératrice.
    Merci beaucoup d’avoir prit la pène de me lire.
    Beaucoup de bonheur à toi également. :-)

    J'aime

  3. oui… les gens qui n’ont pas de problème avec la nourriture ne peuvent pas comprendre une seconde ce qu’on vit quand la nourriture ne se vit pas naturellement … moi je suis à l’opposée de toi, je fais de la boulimie… et pour beaucoup c’est juste une question de volonté, ou du moins de manque de volonté… « si t’as pas faim, ne manges pas, voyons ! »… un coup de stress et je me jette sur la nourriture… j’ai l’impression qu’on est chacune sur un côté d’une balance étrange… je te souhaite de trouver ta voie pour que ton corps, ta bouche et ton ventre ne soient plus tes ennemis, même si je reste convaincue que si un jour je parviens à trouver la solution à ma boulimie tant haie, la nourriture sera toujours galère à gérer, comme un ancien alcoolique, drogué ou autre…

    plein de courage pour toi…

    J'aime

    1. Merci pour ton commentaire. J’ai l’impression malheureusement qu’on ne guérit jamais vraiment tout à fait…
      Un alcoolique restera alcoolique toute sa vie…
      Je sais que toute ma vie, dans mes périodes difficiles, la nourriture sera mon ennemie.
      Prend bien soin de toi, courage également..

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s