Le jour où je me suis dévoilée

Être une femme, juste pour soi, pas pour l’autre, voilà qui fut difficile pour moi pendant longtemps. J’ai embrassé une religion par choix, à peine adulte et peut être un peu par amour. Amour ou adoration? D’un dieu ou d’un homme? Je l’ignore encore aujourd’hui. Mon bourreau, cet anges tombé du ciel devenu démon me détruira. Ce corps que je n’aimais pas je vais le détester, le haïr, peu à peu. Des insultes, du mépris, des brimades. « Tu es grosse, regarde-toi tu es obèse ». Ou encore « Tes jambes on dirait de la gelée, ça fait des étages ». Sauf que je faisais du 40, que j’étais plutôt mignonne et que mon estime de moi, je l’avais dans les chaussettes.
Cela s’est fait en quelques années. Je me suis enfermée dans un système de pensée qui ne m’a pas épanouie, loin s’en faut. J’étais une femme pour mon mari, un fantôme pour les autres. J’étais éteinte à l’intérieur, morte. J’avais tellement le désir de lui plaire que je me déguisais en femme lorsqu’il rentrait du travail. Pour sortir en revanche, je portais de longues robes, très larges, censées cacher ma beauté mais qui en réalité cachaient ces formes qui n’étaient pas les miennes. J’ai commencé donc à me ronger de l’intérieur, à développer des maladies auto-immunes. Un sourire affiché qui masquait ma déchéance. Plus il me rejetait, plus je grossissais. Mon corps je l’ai maltraité, pour qu’il m’aime. Je me suis infligé des régimes draconiens. J’ai maigri, beaucoup. Ce n’était jamais assez. J’ai forcément repris par la suite et là c’était encore pire.

J’ai caché ma chevelure. J’ai perdu mes cheveux. J’ai milité pour le respect des femmes voilées mais lorsqu’on me demandait pourquoi je le portais, ce voile, j’avais beau dire que c’était pour respecter ma croyance, cela sonnait faux. J’avais le sentiment de me mentir à moi-même car en réalité je n’avais qu’une envie: celle de disparaître.

Il m’a fallu une thérapie, beaucoup d’amour de la part d’amis, de mes proches pour sortir de ce système sectaire. Car dans mon cas, si au début de ma conversion j’étais bien entourée, cela a tourné au cauchemar les années suivantes. C’était trop, loin de ce qui nourrit le coeur et l’esprit. C’était plutôt ce qui entrave et ce qui enferme. Ce n’est pas ma conception de la religion aujourd’hui et d’ailleurs, cela ne l’a jamais été. Mais je l’aimais tellement cet homme que j’ai fait ce qu’il attendait de moi. Une femme « d’intérieur », une femme qui sache se tenir. Pute pour son homme, sainte pour le reste de la société.

Un jour donc, j’ai réussi à ouvrir mon coeur à nouveau. Et là, je l’ai senti vibrer. Chaque moment de bonheur m’a permis de sortir de ce marécage boueux dans lequel je m’étais empêtrée. Je l’ai quitté. J’ai mis des années à le faire mais je l’ai fait. J’ai repris possession de mon corps et de mon esprit. Ce corps détesté a été apprivoisé. J’ai perdu une trentaine de kilos, juste après avoir décidé de vivre ma vie. Une carapace qui éclate et une liberté retrouvée. Petit à petit je l’ai aimé et mis en valeur. J’ai quitté ce qui me cachait pour me révéler.

J’ai encore du mal à cicatriser. Inutile de dire que je me suis fait lyncher par ces femmes autour de moi qui m’ont vue changer et m’éloigner d’elle. Mais j’assume. Je m’aime suffisamment pour me révéler. Je ne suis pas totalement réconciliée avec moi-même et le chemin sera encore long. Mais la guérison est là, pas très loin. Mes cheveux ont repoussé, pas encore totalement mais ça vient. Je me sens jolie parfois, et juste pour moi. Pas pour plaire à qui que ce soit. Je n’ai rien à prouver à personne. Juste à être. Et c’est déjà bien.

Publicités

8 réflexions au sujet de “Le jour où je me suis dévoilée”

  1. je suis heureuse toujours de voir une naissance, naissance la vie, mais une renaissance est encore une autre émotion, bravo à vous, et bienvenue alors dans votre nouvelle vie petit à petit comme un bébé puis un enfant vous réaprenez, pour devenir j’en suis certaine la plus belle personne que vous souhaitez, déjà par le coeur et ensuite par le corps, continuez votre chemin vers la guerison de vous, aimez vous prenez soin de vous!

    J'aime

  2. Vous etes une femme etonnante.. aimer à ce point deja.. puis ensuite avoir une telle lucidité et une telle force pour aller vers ce qui est le meilleur pour vous..assumer pleinement le changement.. admiration..

    J'aime

  3. je te souhaite beaucoup de bonheur car ta vie m’a l’air de n’en être qu’à ses débuts de liberté .
    Courage ! le pire est derrière toi , le meilleur reste à venir!

    J'aime

  4. Je comprends parfaitement ce que vous exprimez, je suis en train de vivre une expérience comparable même si le contexte est différent.
    Je voudrais vous féliciter pour le courage de votre témoignage, et celui de vos actes, et vous dire que je suis de tout coeur avec vous, et que je vous souhaite le plus grand bonheur pour votre nouvelle vie. Vous le méritez, soyez-en sûre!

    J'aime

  5. Slm. comme je suis triste, je vois tres bien a quoi tu fais allusion et je suis triste pour les personnes qui t ont tourné le dos au moment ou tu en avais le plus besoin. erk. y a trop d extremismes meme dans le comportement, c est pathetique. Je te souhaite de te retrouver et de ne pas oublier ce pourquoi un jour tu t etais penché dans cette voie.

    J'aime

  6. Slt, merci pour ton temoignage et ton courage.
    Je sais que mon histoire ne ressemble pas a la tiens mais je voudrai quand même vous en parler.
    J’ai une maman super chretienne et lorsque j’etais petite je devais m’habiller convenablement! Beaucoup de pantalons larges, des jupes longues notamment pour aller a l’eglise en même temps elle me demandait pourquoi je n’etais pas aussi jolis que les enfants de ses amies, aussi mince mais le souci etait que plus elle me disait que j’etais moche et plus je mangeais! De plus son discourt soi disant tire de la bible etait « cache toi et etouffe ta feminite et tous se qui va avec… » J’ai donc grandis en me camoufflant avec la honte d’etre femme simplement! J’etais ronde, la bonne copine, ouverte, simpas mais qui ne peux pas avoir de copain puis que je suis moche! Je suis donc devenu naturellement un garcon manquee.j’ai donc fais de la boxe et tous les sports de mec. Je vous laisse imaginer! Après cela vers mes 16 ans elle me disait que j’avais de gros mollets a cause de tous ses sports de garcons! Je me detestait encore plus je suis donc devenu anorexique a 18 ans jusque 23 ans voilà! Et la je n’etais toujours pas jolis trop maigre! A 23 ans j’ai pris un appart et je me suis rencontree au detour d’un miroir betement, avec l’aide d’amies qui m’ont aimees pour se que j’etais moi et moi seule j’ai appris a m’aimee et j’ai compris que j’etais joli. Aujourd’hui a 30 ans je me sens tellement bien dans ma peau je fais 1M60 pour 64 kilos et quand je me regarde dans la glace je me trouve joli je n’ose toujours pas montrer mes mollets mais je suis femme enfin. Pas top model mais moi tous simplement et j’aime ca! J’ai mis ma premiere robe il y a 2 mois et je me trouvais tres craquante mdr! Lorsque je vois ma mere elle a toujours un commentaire a me faire sur ma tenu ou mes cheveux mais peux importe je m’aime! Et pourquoi pas un jour avoir assez confiance pour me dire qu’un homme pourrais vraiment m’aimer parcequ’il me trouverai joli! C’est le prochain defi mais toute est possible….. Ton histoire en tous cas me fait chaud au coeur alors courage ne lache rien! Je trouve que tu as de tres jolis courbes alors mets une joli tenue et fais toi plaisir marche fierement et la banane en prime.
    COURAGE!! Et bravo encore!!!!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s