Quoi mon corps

Du plus loin, que me revienne….

Du plus loin, que me revienne,
L’ombre de mes amours anciennes,
Du plus loin, du premier rendez-vous,
Du temps des premières peines,
Lors, j’avais quinze ans, à peine,

Corps tout blanc et maigre des genoux

 

J’ai toujours eu un physique maladif : des grands yeux sombres, un teint pâle et un IMC ras des pâquerettes.

Les premières réflexions désagréables ont commencé à l’adolescence « c’est sûr tu n’as pas besoin de faire de régime toi, t’es maigre », « tu devrais prendre du poids, tu fais peur là ».

Et oui c’est bien connu si tu es maigre c’est que tu l’as choisi, t’avais qu’à manger de la mayo avec tes frites à midi.

Et tu as beau expliquer aux gens que « Le maigre » ne se contente pas forcément d’une feuille de salade et d’un verre d’eau à chaque repas, qu’il ne court pas un marathon tous les jours, que certaines réflexions peuvent êtres blessantes, tu te sens parfois bien seul(e) avec tes os.

 

A la vingtaine les réflexions désagréables sur ma maigreur (et dire que médicalement je n’ai même jamais été réellement « maigre ») étaient extrêmement nombreuses.

 

Puis il y a eu ma grossesse pour laquelle j’ai pris un peu de poids (normal quoi) et surtout après laquelle j’ai gardé une petite bouée autour de la taille. Et là les réflexions ont pour ainsi dire cessé.

Cinq kilos en plus (uniquement sur le ventre parce que c’est quand même plus rigolo que cinq kilos bien répartis) et d’un coup je gagnais en respectabilité corporelle.

Sauf que je ne m’aimais pas avec cette bouée qui se transformait en pâte à pizza dès que je regardais mes pompes, j’ai donc pour la première fois en 30 ans fait attention à mon alimentation et je nage à nouveau sans bouée.

 

Je suis à nouveau très mince et ma foi ça me convient. Et je pense que si désormais je n’ai que rarement des réflexions désagréables c’est aussi parce que j’ai fini par m’excepter comme je suis.

En revanche en tant que FMAAC (fausse maigre anonyme anciennement complexée) je suis très en colère quand j’entends ou lis (notamment sur internet) les amalgames entre maigreur/minceur et anorexie et les commentaires du genre « y a pas à dire une fille maigre c’est quand même trop moche horrible quoi». Je sais que ces commentaires se font aussi en réaction à certains diktats extrêmes de la minceur-maigreur mais j’ai envie de dire (non plutôt d’hurler) que si le corps humain est à la fois si beau et si troublant c’est parce qu’il est diverse et qu’aucune discrimination sur le physique n’est légitime.

 

Elle fut longue la route,
Mais je l’ai faite, la route,
Celle-là, qui menait jusqu’à
moi
Et je ne suis pas parjure,
Si ce soir, je vous jure,

Que je me sens bien mieux comme ça

 

Olympe la courge

Publicités

9 réflexions au sujet de “Quoi mon corps”

  1. bonjour Olympe..
    merci pour ton temoignage.. jai aussi été très très mince..et j’en ai entendu aussi des « ben faut manger !!!!!!! » grr
    finalement on s’accepte bcp mieux avec l’age, et heureusement..
    à 20 ans je faisais 45kg et petit à petit jai pris.. moi maintenant c’est le contraire lol.. jai tellement été habitué a etre hyper mince, qu’avec mes 52kg aujourdhui, dès que je dis que oups jai pris 1 kilo, je me fais lynché car forcément, ben je suis « normale » quoi..mais dans ma tete, presqaue 10kg de plus qu’à 20 ans..c’est suffisant..je pourrai pas plus!!lol

    bon courage miss

    J'aime

  2. Dans la catégorie des « maigres », j’ai aussi droit régulièrement à des réflexions…
    Les gens ont vraiment toujours quelque chose à dire, « maigre, grosse », ça veut dire quoi finalement? Les critères de beauté varie d’une personne à l’autre et son tellement subjectifs! Le plus important c’est toujours de se plaire d’abord à soi-même.
    Beau témoignage, merci

    J'aime

  3. « Si le corps humain est à la fois si beau et si troublant c’est parce qu’il est diverse et qu’aucune discrimination sur le physique n’est légitime. »

    Ta phrase est juste parfaite… Pour ma part ça à toujours été linverse, mes bouées, ma poitrine assez volumineuse, mes bonnes fesses. Les gens trouvent toujours des choses à redire. Je ne sais pas vraiment ce qui se passe dans leurs têtes, pourquoi ce besoin de juger autrui, ce besoin de blesser ?

    Le tout c’est d’être ami avec sois même.
    Joli témoignage ! :)

    J'aime

  4. quand quelqu’un a des kilos « en trop » il n’est pas bien vu d’en parler, par contre des kilos « en moins » et on se permet des phrases blessantes ! J’ai connu ça toute mon enfance et adolescence, et ai surtout vu ma sœur (un peu plus « mince » que moi) en souffrir d’avantage, ça fait mal au cœur de n’être vu que comme un chiffre sur une balance, et non comme quelqu’un de normal qui peut aussi être complexé, se sentir fragile, une personne sensible, un être humain en somme !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s