Peu importe mon poids, je me vois grosse

Il paraît qu’on regrette toute notre vie le corps de nos vingt ans. Et bien, si c’est le cas, je me demande à quoi va ressembler mon corps dans quelques années … Oui, j’ai vingt ans et je déteste mon corps. Pourquoi ? Oh, et bien, le classique « je suis trop grosse ». Oui, mais… C’est beaucoup plus compliqué que ça.

Il faut fuir les miroirs, les appareils photos lors des soirées … Si je croise mon regard dans un miroir lors d’une sortie, c’est fini, les larmes me montent aux yeux et je ne peux plus penser à autre chose… Se détester de la sorte, c’est aussi, quand vous voyez sur Facebook la notification « Machine vous a identifiée sur une photo », cliquer avec appréhension, mettre sa main sur l’écran pour cacher l’image, écarter tout doucement les doigts pour voir et vite se désidentifier, et pleurer, toute la soirée … Mes réactions paraissent sans doute exagérées mais c’est une telle souffrance, c’est plus fort que moi.

J’ai toujours été plus grande et plus grosse que la moyenne. De petite fille rondelette, je suis passée à carrément obèse. Puis j’ai fait mon premier régime, à 12 ans. Je tenais un carnet où je notais scrupuleusement tout ce que je mangeais, tout en comptant les calories. Je m’en autorisais 1000 par jour. Ah ça, pour maigrir, j’ai maigri. Mais j’étais pâle, faible, je m’évanouissais et comble du comble, me voyais encore énorme. Et j’ai regrossi. Et refait un régime. Et regrossi. J’avais réussi à stabiliser un peu mon poids, bon certes, je n’étais pas mince, mais pas vraiment grosse non plus, et à vrai dire je n’y pensais plus trop, j’étais heureuse, certes pas très bien dans ma peau mais je me disais que ça viendrait avec le temps.

C’était il y a deux ans, j’avais donc 18 ans, et à ce moment-là, j’ai décidé de prendre la pilule. Histoire de faire d’une pierre deux coups, j’ai demandé à mon docteur une pilule qui atténuait l’acné car j’avais quelques boutons qui m’agaçaient fortement. Grand mal m’en a pris. Il m’a donné une nouvelle pilule, une de ces fameuses pilules 3ème génération. Pendant deux ans, je ne me suis doutée de rien, mais pendant ces deux ans, j’ai senti ma confiance en moi s’amenuiser de plus en plus, mon stress augmentait, mon poids avec, j’ai même eu la joie de voir apparaître des vergetures sur mon ventre (qui ont presque totalement disparu aujourd’hui, Dieu merci), je n’avais plus goût en rien, rien que de sortir dans la rue était un effort insurmontable pour moi, j’avais l’impression que les gens ne me faisaient que me juger et penser que j’étais grosse. J’ai même eu quelques pensées suicidaires, mon humeur changeait tout le temps, j’ai fait la terrible expérience de la paralysie du sommeil, je pleurais tous les jours, et il n’y avait pas toujours de raison. Mais devant les gens, je faisais bonne figure, il n’y a que mon copain qui a su à quel point je souffrais, mais il ne savait pas quoi faire le pauvre… Je me rappelle encore le jour où j’ai fondu en larmes parce qu’il m’a dit qu’il aimerait mieux que je laisse cuire le riz plus longtemps, comme faisait sa mère… Je ne sais pas combien de kilos j’ai pris durant cette période, mais trop, bien trop … Et là, cet été, ça m’a fait tilt. Je me demandais ce qu’il avait bien pu se passer pour que je me mette subitement à être aussi malheureuse. Et cela coïncidait étrangement avec la prise de cette pilule, ou plutôt devrais-je dire de ce poison ! Je suis allée voir sur Internet, il y avait une liste d’effets indésirables longs comme mon bras dont : « déprime, dépression, pensées suicidaires, prise de poids, vergetures, troubles du sommeil, … ». Tiens donc, quel hasard … Et en parcourant des forum (surtout des forum anglais), j’ai vu que pas mal de filles avaient vu leur vie gâchée à cause de cette pilule.

Alors j’ai dit stop, je suis allée voir mon médecin, qui n’avait pas l’air si étonné que ça. Il m’a juste dit « ah oui ça ne te ressemble pas, normalement tu es plutôt joyeuse ». J’étais joyeuse, oui, il y a deux ans. Je donnerais n’importe quoi pour revenir à cette époque où je rigolais tout le temps, où je ne me prenais pas autant la tête. Mais c’est trop tard. Oui j’ai arrêté la pilule. Oui je vais mieux. Mais ce n’est pas encore ça … Bien sûr, je ne dis pas que tout est la faute de « médicament », il faut l’avoir en soi tout ça je pense … Mais je pense sincèrement qu’elle m’a bien poussée vers ce mal-être. Mais maintenant j’ose sortir dans la rue, j’ose même sortir seule, je pleure nettement moins. Mais si je m’aperçois dans le miroir d’un magasin, c’est toujours comme un coup de poignard qui me transperce.

Je m’en veux tellement. Je suis terriblement en colère contre moi-même de ne pas avoir réagi plus tôt, de ne m’être doutée de rien. Je suis terrifiée par l’idée de reprendre la pilule, même si je sais bien qu’elle ne me fera sûrement pas la même chose. Je n’y peux rien, j’ai peur, j’ai gâché tellement de mois… Pas envie que ça recommence. Et maintenant, mon poids est le point central de ma vie. Je ne pense quasiment plus qu’à ça, comme une égoïste. J’ai l’impression d’être un monstre à côté de mes amies toutes petites et fines. Je repense encore avec une immense nostalgie à ce jour où, après un énième régime, j’étais allée faire les magasins. J’avais essayé une jupe taille 38, et elle était trop grande ! Oui, trop grande ! Mais je ne m’en rendais pas compte, je suis allée chercher un pantalon noir, taille 44, comme d’habitude, et ce n’est qu’une fois chez moi que je me suis rendu compte qu’il y avait bien deux tailles en trop … Ça aussi, ça me fait peur : et si j’arrive à perdre du poids et que je me vois toujours aussi grosse qu’avant ? Je suis (bêtement) persuadée que tout va s’arranger dans ma vie si je mincis. Et si ça ne se passe pas comme ça, qu’est-ce que je vais faire ?

Publicités

19 réflexions au sujet de « Peu importe mon poids, je me vois grosse »

  1. Il y a des contraceptifs non hormonaux comme un stérilet au cuivre à la place.
    C’est vraiment une horreur pour certaines femmes la pilule. Je ne sais pas pourquoi rien d’autre n’est proposé.
    Moi aussi, la pillule m’avait énormément fait grossir par rétention d’eau surtout.

    J'aime

  2. Entièrement d’accord avec mouta, il y a d’autres méthodes contraceptives que la pilule. Bon, évidemment, je remets le lien vers le site du Dr Martin Winckler, et notamment cette page: http://www.martinwinckler.com/article.php3?id_article=393

    Même en tant qu’homme, je suis effaré du nombre de gynécos qui ne pensent et proposent que pilule quand on vient les voir pour une contraception, sans tenir compte des effets secondaires, de la vie de leur patiente (régularité des prises). Et je ne parle même pas de la méconnaissance de « l’arsenal contraceptif » dont on dispose!

    Courage pour te réapproprier une image apaisée de toi et ton corps.

    J'aime

  3. Un temoignage tres fort.. si je puis me permettre, je te dirais que si tu compte reperdre du poid, soit physiquement et psychologiquement suivis..car maigrir est avant tout psychologique..he oui.. tu le sais deja peut-etre..
    Ensuite..je suis peinée de voir combien tu souffre, combien le physique compte pour toi..ton corps fonctionne bien, en bonne santé semble-t-il.. il ne correspond pas aux criteres de la femme qui fait du 38?heu..et alors? Surtout à notre epoque où les normes physique s’agrandissent de part l’évolution naturelle, et la nourriture qu’on nous propose.. ta douleur semble bien encrée..cette douleur si irationnelle que de nombreuses femmes connaissent..encrée en nous comme notre voix..c’est avant tout sur cette douleur qu’il faut travailler.. peut-etre sais tu deja tout ça aussi..j’espere juste te donner un sourire et ouvrir une porte positive avec ce message.. bon courage :), bise

    J'aime

  4. sauf cas exceptionnel, pas de sterilet si pas d’enfant,aucun gynico dans mon entourage ne le fait, ni les medecins pouvant en poser

    etre bien dans sa tete et dans son corps, sans s’occuper du poids des copines et des magazines qui soulent les gens avec ce genre de chose qui fait vendre!!!!

    le bonheur n’est pas une question de poids ou de silhouette!! le regard de certaines personnes si elles n’ont que ca a faire!!!!
    je connais des jeunes femmes mincent sans aucun regime qui donnerait beaucoup pour avoir une ou deux tailles en plus

    bon courage et bises

    J'aime

  5. « sauf cas exceptionnel, pas de sterilet si pas d’enfant,aucun gynico dans mon entourage ne le fait, ni les medecins pouvant en poser »
    >> Faut se renseigner avant de dire qqch de totalement faux. Voir le lien de Martin Winckler entre autre. Seuls les médecins mal renseignés vont refuser.
    Depuis 2004 l’ANAES l’autorise. Beaucoup de femmes sans enfants en portent un.

    J'aime

  6. Très émue par votre texte, je vous dis juste « courage » et si je puis me permettre, acceptez vous un peu plus. Je sais que c’est énervant ce genre de conseils mais si vous aimez un peu votre corps, il vous le rendra, promis…
    Et je parle en connaissance de cause

    J'aime

  7. Je me permets de répondre à ton témoignage parce que je me suis sentie concernée. Les sautes d’humeur, les crises de larmes alors qu’on ne sais pas pourquoi, les idées noires. Ce sont là des symptômes qui réapparaissent épisodiquement, généralement en période de stress et que je pense pouvoir attribué – éventuellement – à la pilule !

    En tout cas, ne te vois pas comme trop grosse. Être ronde ne signifie pas être moche!!! Je suis passée d’un 42 à un 46/48 et bizarrement, je me sens mieux dans mon corps aujourd’hui. Peut-être est-ce du à la « maturité » (je n’ai que 22 ans bientôt 23) mais je crois qu’il faut laisser du temps au temps. Tu as l’air d’aller mieux et de remonter la pente, je ne doute pas que d’ici quelques mois, ton reflet dans le miroir ne te paraîtra plus aussi négatif.

    Je te souhaite bon courage pour la suite !

    Mathilde

    J'aime

  8. Ton article m’a beaucoup touchée car je me reconnais dans ce que tu dis. La nourriture a toujours été mon ennemi numéro un, la balance, mon ennemi numéro deux. Aujourd’hui je réalise que le seul ennemi c’est moi, à me torturer l’esprit. Après avoir perdu l’appétit, et du coup 30kg… je me suis remise à manger normalement et évidemment j’ai repris tout ce poids très vite, mais j’apprends à m’accepter comme je suis car dans tous les cas, que je pèse 49kg ou que j’en fasse le double, le miroir me renvoie toujours cette même masse graisseuse.
    S’aimer soi même, c’est un combat au quotidien… mais c’est un combat qui vaut la peine d’être mené !
    Je te souhaite énormément de courage, car je ne sais que trop bien à quel point il en faut.

    J'aime

    1. Bonjour,

      Je me suis également reconnue dans ton article, cette sensation d’être toujours trop grosse alors que c’est faux, se voir dans le miroir et ne pas s’aimer. Le poids était devenu mon obsession, j’ai été boulimique pendant 6 ans, 6 ans c’est long!! Tu ne vas plus manger avec des amis car tu ne manges pas tu te gaves et après tu cours te faire vomir et recommencer, c’est violent, c’est dur, c’est triste! Je me suis rendue compte que je comblée un vide et puis je me « vidais », après une crise j’étais totalement vide das tous les sens du terme, avec mes sentiments complétement annihilé. Et puis je me suis rendue compte que je ne faisais que fuir, pallier un manque plutôt que d’affronter mes peurs, mes angoisses et mes manques. Peut être que toi aussi c’est quelque chose comme ça, tu as des peurs ou des manques et tu te caches derrière ton poids, qui devient une obsession. C’est comme si ton corps, ton poids était quelque chose que tu pouvais maitriser, controler et c’est rassurant. Depuis que j’ai accepté mon histoire, que j’ai accepté d’admettre mes souffrances je ne suis plus boulimique et j’ai minci tranquillement, naturellement. Et puis j’ai eu un bébé, j’ai pris 16kg que je n’ai pas réussis à perdre tout de suite et je me suis rendue compte que ce corps que j’avais détesté finalement il n’était pas si mal que ça, et j’ai aussi réalisé que maintenant le plus important c’était mon petit père. Il me reste encore 2kg de ma grossesse et j’ai perdu les autres tranquillement sur 1an et demi, et finalement je les aime bien ces 2kg c’est le souvenir de ma grossesse, l’entrée dans mon corps de femme, alors qu’il fut un temps je me serais affamée pour les perdre ces 2 malheureux kilos!! Prends le temps d’accepté ton histoire, de t’accepter (je sais que c’est dur, j’ai mis presque 10 ans) et le reste suivra tout seul. En tout cas courage je sais que c’est dur!

      J'aime

  9. Un article d’un autre blog m’a orienté vers votre article.

    Je fais partie de ces gens dit « hors normes », j’ai toujours été plus grande que les autres.
    Jje suis une femme qui dépasse le mètre 80.

    Avant de tomber enceinte, je n’ai jamais su accepter mon corps (quant à l’aimer n’en parlont pas), et déjà je trouvais que mon poids était énorme.
    Je suis devenue maman et un an après avoir accouché, j’ai gardé un surplus en plus du surplus que j’avais déjà.

    Mais je suis devenue maman… Mon corps a donné la vie…
    Et là tout a changé, je n’aime toujours pas mon corps, mais je l’ai accepté.
    Et la grossesse m’y a aidé.

    J’espère que devenir maman un jour t’aidera à mieux appréhender ton corps, pas forcément l’aimer mais l’accepter et te dire que même s’il est un peu déformé, même s’il y a des kilos en trop, tu aura donné la vie !

    J'aime

  10. Comme Mika, je suis arrivée ici grâce au lien de Marie.

    Ton histoire est lourde à porter, écrire est un bon moyen de faire sortir les sentiments les plus profond, en plus ton style est super.

    S’aimer est une longue et difficile route semée d’embuches. Je ne parle pas forcément de kilos,c’est la blessure enfouie au plus profond de toi qui t’empêches de profiter de la vie. Tu n’as que 20 ans et la vie devant toi. Poses tes valises, recentre toi sur ton bonheur.

    Tu parles de ton homme, le mien m’a fait accepter mon histoire et ça a pris du temps, 5 ans. Aujourd’hui, je suis heureuse et je perds du poids doucement.

    On dit : « On reconnait le bonheur au bruit qu’il fait en claquant la porte! » Mais il ne tient qu’à toi de le trouver dés qu’il entre chez toi. Ton homme, ta famille, tes amies, ton chien,… t’apportent certainement beaucoup.

    Ouvre ton coeur et laisse entrer en toi cette bienveillance. Tu verras que tes kilos prendrons beaucoup moins de place dans ta vie et même dans tes pantalons.

    Courage,
    Je vais continuer à te suivre car je trouve ton blog vraiment sympa.
    Amandine

    J'aime

  11. Je suis la fille qui é crit cet article, merci pour tous vos commentaires, je viens juste de les voir, ça me touche beaucoup. J’ai entamé une thérapie, j’espère que ça portera ses fruits, ça devient vraiment pesant de se sentir toujours triste, toujours de trop, toujours, pfiou, tellement de choses … Mais à l’heure d’aujourd’hui, quand je regarde mon corps, je ne vois vraiment pas ce qui est à aimer, tout me dégoûte.

    J'aime

  12. Bonjour
    J’ai 17 ans, depuis que je suis petite j’ai toujours été juger sur mon physique car j’étais grosse et je suis petite ( 1m53). Il y’a un ans j’ai voulu prouver à moi et aux autres que je pouvais mincir . Je voulais surtout me plaire et plaire au autre car pour moi ça compte, mais sans que je réalise je suis devenue anorexique, je ne mangeais presque plus c’est à dire environ 600 calories par jour même moin des fois et je faisais presque tous les jours du sport pour brûler les calories que j’avais consommé en plus je me faisais vomir, j’était obsédée par le nombre de calories que je consommais et par tout ce qui pouvait me faire perdre du poids et plein d’autre chose, j’ai perdu 20 kg mais même après avoir perdu ces 20 kg je me trouvais encore grosse, sur les photos j’étais mince mais j’avais l’impression que c’était une autre personne. Ma soeur m’a attrappé en train de me faire vomir et elle l’a dit à ms mère qui m’a ensuite fait être suivi, je suis actuellement toujours suivi par des médecins et j’ai repris 3 kg, je me sens tellement mal dans ma peau, j’ai l’impression que je vais de nouveau être juger et que les personnes autour de moi ne me reconnaitrons pas .
    J’arrive pas à dormir car j’ai tendance à me dire que je suis grosse et moche tous les soirs et je pleurs car je regarde les photos de quand j’ai perdu mes 20 kg et j’ai l’impression d’être obèse maintenant . J’ai souvent pensé au suicide,mais je n’ai jamais rien tenté . Le pire c’est que pour moi le physique des autres ne compte pas c’est plutôt la personnalité pourtant mon physique m’obsède .

    J'aime

  13. Bonjour
    J’ai 17 ans, depuis que je suis petite j’ai toujours été juger sur mon physique car j’étais grosse et je suis petite ( 1m53). Il y’a un ans j’ai voulu prouver à moi et aux autres que je pouvais mincir . Je voulais surtout me plaire et plaire au autre car pour moi ça compte, mais sans que je réalise je suis devenue anorexique, je ne mangeais presque plus c’est à dire environ 600 calories par jour même moin des fois et je faisais presque tous les jours du sport pour brûler les calories que j’avais consommé en plus je me faisais vomir, j’était obsédée par le nombre de calories que je consommais et par tout ce qui pouvait me faire perdre du poids et plein d’autre chose, j’ai perdu 20 kg mais même après avoir perdu ces 20 kg je me trouvais encore grosse, sur les photos j’étais mince mais j’avais l’impression que c’était unze autre personne. Ma soeur m’a attrappé en train de me faire vomir et elle l’a dit à ms mère qui m’a ensuite fait être suivi, je suis actuellement toujours suivi par des médecins et j’ai repris 3 kg, je me sens tellement mal dans ma peau, j’ai l’impression que je vais de nouveau être juger et que les personnes autour de moi ne me reconnaitrons pas .
    J’arrive pas à dormir car j’ai tendance à me dire que je suis grosse et moche tous les soirs et je pleurs car je regarde les photos de quand j’ai perdu mes 20 kg et j’ai l’impression d’être obèse maintenant . J’ai souvent pensé au suicide,mais je n’ai jamais rien tenté . Le pire c’est que pour moi le physique des autres ne compte pas c’est plutôt la personnalité pourtant mon physique m’obsède .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s