Moi et mes prothèses PIP

En janvier 2002, lasse d’attendre de me sentir « finie » en tant que femme, je me suis fait refaire la poitrine qui était jusque là inexistante (ou presque !).

Une poitrine de taille normale et qui pourrait durer à vie selon les dire de mon chirurgien qui m’affirmait utiliser les meilleurs produits du marché.

Je suis donc passée raisonnablement d’un petit 85A à un 90B.

Fini les rembourages dans le soutien gorge ! A moi les jolis décolletés !

Rapidement cette poitrine est devenue la mienne, au point d’en oublier rapidement « l’ancienne ».

Les années ont passées, la vie a continué et j’ai eu 2 beaux enfants avec lesquels j’ai pu vivre 2 beaux allaitements harmonieux de 11 et 15 mois.

Ma poitrine en a perdu un peu de tonicité mais rien de dramatique ! Je voulais une poitrine, pas forcement un poitrine parfaite…

Tout allait bien finalement jusqu’il y a peu, jusqu’à ce qu’on me parle des fameuses prothèses PIP défectueuses et que j’apprenne que j’étais concernée.

Lundi dernier, j’ai fait en sorte de savoir si mes prothèses étaient intactes ou non en allant faire une mamographie et une échographie.

Le verdict est tombé: rupture de la prothèse droite et celle de gauche est très altérée.

J’attends que mon chirurgien me rappelle afin qu’on fixe un rendez vous pour retirer « ses bombes », j’ai peur pour ma santé et pour celle de mes enfants qui ont été allaités.

Je me sens coupable de m’être infligé ça pour des raisons esthétiques et je me sens trahie par ce corps que j’avais si bien adopté…

Christelle

 

Publicités

5 réflexions au sujet de « Moi et mes prothèses PIP »

  1. Tu n’es coupable de rien, et le seul qui t’a trahi c’est le fabricant, qui a voulu se goinfrer de toujours plus d’argent, au détriment de ta santé et de celle d’autres femmes.

    Courage pour cette (vraisemblable) nouvelle intervention chirurgicale et ce que tu vas traverser (les suites post-op).

    Mais dis-toi le encore et encore: tu n’es ni coupable (de quoi? d’avoir voulu te sentir mieux? c’est « mal » de se sentir bien?) et ton corps ne t’a pas trahi (de quoi? de t’avoir donné deux beaux enfants? d’avoir été abusé par un fabricant abusivement profiteur, au mépris de la santé de ses semblables?).

    J'aime

  2. Tu ne dois pas te sentir coupable… cette pression pour avoir une silhouette et un corps parfait est terrible. C’est difficile de s’aimer comme on est. Les coupables sont ceux qui t’ont mises en danger…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s