Ma douleur

27 juillet 2009… Un accouchement rapide… Très rapide… Trop rapide… Une petite poupette qui, coincée dans mon bassin, est en souffrance fœtale… Une péridurale qui ne fonctionne pas, ça serait pas marrant sinon…3h du matin, un lundi de juillet… Un gynéco, pressé, appelé en urgence sinon , « c’est césarienne »… Il aurait mieux valu…

Un gros « aller on se dépêche je n’ai pas que ça à faire… »…

Evaluation de la situation et forceps… Gros forceps… Sans ménagements…

Une poussée, l’ultime, 5 heures après la première contraction minime… Trop forte la poussée… Les forceps finissent sur le carrelage alors que mon bébé arrive…

Un bébé qui tombe dans le baquet posé par terre et personne qui n’a pu la rattraper au vol…

Mon bébé qui est gris et qui ne pleure pas… Trop rapide… On nous la montre mais sans plus d’explications déjà on nous l’emmène… Peur, angoisse…

« On est passé à 2 doigts de la catastrophe ! » furent les premiers mots du praticien… Mais pas pour ma fille… Pour moi… « Vous vous êtes déchirées de haut en bas, la déchirure s’arrête à 2mm de l’anus… » Suivi du mémorable « Ah bah va falloir recoudre… » …

J’entends ma fille pleurer… Soulagement… Son père part auprès d’elle… 30 minutes… les plus longues de ma jeune vie… Recousue à vif… Muscle, chair, peau… Pas le temps de remettre de l’anesthésie et en même temps pourquoi faire étant donné que j’ai la péridurale…

Mais ma fille va bien, elle respire et n’a aucune séquelle…

Octobre 2009… Je ne retiens plus mes pets depuis mon accouchement… « Ça arrive et ça passera avec le temps… »… J’ai fini ma rééducation du périnée… Je souffre quand je suis dans certaines positions… Je souffre lors des rapports… C’est normal, ce sont les suites d’un accouchement…

Février 2010… Il n’y a plus que mes pets que je ne retiens plus… Cela m’arrive au boulot… 2 fois en peu de temps… l’humiliation… La galère pour rencontrer un gastro-entérologue et poursuivre le parcours médical… Examens… Mon intimité est devenu un sujet d’études, d’analyses…

Mai 2010… Après tout ce parcours, je suis diagnostiquée incontinente anale… Le terme est rude… A 23 ans… Grave hypotonie du sphincter externe… Plus de sensibilité et plus de retenue…

On ne veut pas y croire… On voit 3-4 experts en proctologie… tous le même discours… on n’envisage rien après minimum 2 ans de kiné stimulatrice (sonde électrique) à hauteur de 3-4 fois par semaine… Opération dangereuse qui peut avoir des séquelles…

Aout 2010 début de la rééducation… Retour d’une certaine sensibilité qui me permet de sentir la chose venir mais qui ne m’empêche pas d’avoir à courir aux WC dès ces premiers signes de « la descente »…

La peur… L’angoisse… La frustration…

On veut porter plainte contre le gynéco de haine… ça ne sert à rien tout le monde le dissuade ce sont des choses qui arrivent il n’y a pas eu erreur médicale…

On me propose des tampons anaux… Je vis avec des sous-vêtements de rechange dans mon sac à main… Un pantalon dans mon coffre de voiture… Le repérage des WC est ma première préoccupation quand j’arrive dans un lieu nouveau… Couper la parole aux gens à n’importe quel moment pour s’échapper aux toilettes en courant… Camoufler un bruit de pet quand on est en public… Ne plus pouvoir faire n’importe quoi dans l’intimité avec son homme…

On me demande de me mettre au régime car le poids sur mon muscle l’affaiblit et je risque une descente d’organes… ma prochaine grossesse si j’ai la chance d’en avoir se soldera en césarienne bien avant terme et je serai surement alitée pour éviter que le poids du bébé ne pèse sur mon muscle… Tout est donc décidé à l’avance… Pour mon bien…

« Un cas rare » selon les médecins et pour lequel on ne peut pas faire grand-chose… On apprend à vivre avec… On rencontre par hasard 2 personnes qui ont vécu similairement la même chose et qui nous disent toutes « et ça s’arrange pas avec l’âge même avec une opération… »

Octobre 2011 je refais un examen pour vérifier l’évolution du muscle après près d’un an et demie de rééducation : que dalle… ça a même empiré… On finit par se demander si ce n’est pas plutôt neurologique… Je vais donc faire l’examen pour lequel on m’annonce une place en Janvier… J’exige de parler au médecin… Il me rappelle et me demande quel est le problème étant donné que chaque cas est urgent… Je lui dis qu’après un accouchement difficile je me « chie dessus » à 25 ans… les mots sont lâchés… J’ai touché juste… J’ai rendez-vous le 28 octobre soit 15 jours après mon appel…

Dans la salle d’attente que des personnes âgées, je ne me sens pas à ma place… Le docteur me dit ne recevoir que très rarement des personnes aussi jeunes… Cet examen désagréable (une série d’aiguilles plantée bien là où il faut) déterminera que le problème est à la fois musculaire et neurologique (donc la rééducation ne peut rien faire…), la seule solution, l’opération…. La modulation des racines sacrées… Un boitier implanté au-dessus de la fesse sous la peau qui va prendre le relais de mes nerfs défaillants… A vie car si on l’enlève retour en arrière… Rien n’est gagné ça ne marche pas toujours… et si ça marche, il faut être clair je ne récupérerai jamais ce que j’avais « avant »…

J’ai 25 ans, le moral qui flanche de temps en temps mais ma fille va à merveille et me remplit de joies et de forces pour aller vers l’avenir et c‘est bien là le principal… Pas d’autre grossesse de prévue, ce serai trop dangereux…

LUMINOU

 

Publicités

16 réflexions au sujet de “Ma douleur”

  1. porte plainte!
    on nous martyrise,on nous mutile et nous la fermons car « ce n’est pas une erreur médicale »
    Si s’en est une!!!!
    je n’ai jamais osé franchir le pas mais je le regrette et maintenant c’est trop tard! (prescritption!!!)

    J'aime

  2. Je comprends ce que tu peux ressentir, moi aussi à 23 ans j’ai des incontinences car je suis atteinte de rectocolite hémorragique… C’est vraiment pas facile tout les jours et le moral est souvent en dents de scie. La réaction et les paroles des personnes présentes le jour de ton accouchement ne sont pas normales et je suis d’accord avec Lilie. Même si porter plainte est difficile, ces personnes ont gâchées ta vie, ils s’en foutent ils ne savent pas ce que c’est que de devoir porter des couches, moi je sais ce que c’est et je pense que ta colère doit être encore plus grande que la mienne. Je suis malade, c’est comme ça, c’est mon corps qui en à décidé ainsi et je ne peu en vouloir à personne sauf à mes boyaux, toi c’est une erreur médicale qui devrait être punie ! En tout cas je t’envoie pleins d’ondes positives, prends soin de toi et profite un max de ta petite filles ! Des bisous miss !

    J'aime

  3. J’ai vécu à peu près la même chose que vous, bien qu’ayant eu plus de chance car après les sutures de base (22 points!!) ils ont fait venir un chir proctologue pour le sphincter. Cela a sauvé le côté neuro mais niveau mécanique c’est foutu, y’a plus rien. Au bout de 2 ans j’ai entrepris une rééducation particulière, ( à Lyon) chez une Kine qui ne fait que ça. Pour moi, ça à été miraculeux, mais peut être que cette technique peut au moins vous améliorer.
    Demandez mon mail au modérateur si vous voulez me contacter. Je suis ok. Sinon, bon courage pour la suite! (je viens d’accoucher le mois dernier, ma grossesse s’est bien passée, je n’ai finalement pas été alitée et j’ai accouché par voie basse! (4points seulement!!) bonheur!

    J'aime

  4. C’est une honte… Je suis outrée, scandalisée, tu es vraiment tomber sur quelqu’un qui ne devrait pas être médecin. Je ne sais pas si il y a erreur médical mais ne serait ce que pour son attitude il mériterait un procés. Même si c difficile demande toi si le mettre en procés te ferais du bien…
    Bon courage à toi dans tes combats…

    J'aime

  5. Merci pour votre soutien… Oui il est possible que vous m’ayiez déjà lue je suis la jeune fille ayant déjà témoigné sur le baby-blog j’ai simplement remis à jour avec les nouvelles étapes de mon périple… J’ai rendez-vous avec le neuro-chirurgien le 16 février…

    J'aime

  6. Ma pauvre. Ton histoire m’émeut. Complètement phobique des problèmes rectaux, intestinaux et oesophagiens, je comprends ta baisse de moral, tes angoisses, tes inquiétudes. Je crois lire que ton chéri t’épaule bien et je suis ravie que ta petite fille se porte à merveille. Courage !!! Je te souhaite de trouver une solution pérenne et qui te rende ta vie. Gros bisous

    J'aime

  7. le pose peut-être une question bête, mais est-ce que la réaction du médecin lors de l’accouchement ne peut pas avoir de rapport avec ton problème qui est aussi neurologique ? Sinon, je suis de toute façon d’accord avec kmomille, il faut te renseigner pour porter plainte sans qu’il ne t’en coûte trop. Courage.

    J'aime

  8. Oui Guillaume, l’écartement par les forceps a contribué à mes lésions neurologiques… Porter plainte je ne m’en sens pas la force et je pense que ça sera en pure perte…

    J'aime

  9. il est honteux qu’on ai pu te traité comme ça, même si on laisse l’erreur médical de côté, le peu d’attention portée à ta personne et au fait que tu était dans une position psychologiquement fragile est vraiment horrible… je peux comprendre que porter plainte soit difficile pour toi parce que cela signifie qu’il faudra que tu expose se problème intime devant des avocats et des juges, mais peut-on laisser des gens qui exerce la médecine bousiller la vie de leur patient parce qu’ils sont pressés? Si ça se trouve le médecin en question ne se rend même pas compte du mal qu’il t’a fais et continue de gérer des accouchements difficiles comme le tien: à la va vite! Je pense que ce n’est pas seulement pour le mal physique qu’il a entrainé que tu devrais porter plainte c’est surtout pour le préjudice moral! je veux dire, qu’est-ce que c’est que cet accouchement??? c’est honteux vraiment!
    courage à toi!

    J'aime

  10. Je suis horrifiée par ton témoignage, j’ai accouché il y a peu et mon angoisse était de tombé sur un mauvais gynéco car j’avais déjà entendu des histoires terrifiantes. Pour que les femmes n’arrivent plus à la maternité dans la peur, mais dans la confiance, ces bouchers trop pressés ne devraient plus avoir le droit de pratiquer. Ce qui t’arrive est affreux et j’admire ton courage, et je pense que pour ta reconstruction et pour empêcher que cela n’arrive à d’autres femmes, tu devrais porter plainte. C’est un gynéco, il sait ce qu’il fait, bien sûr qu’il a fait une erreur et une grosse. Mais la décision t’appartient, si tu veux tourner la page et te concentrer sur ta famille et ta guérison, personne n’a le droit de te dire quoi faire, et ce sera déjà un gros travail.
    En tout cas, le plus important est que ton enfant aille bien, et j’espère que ton problème va s’améliorer, il doit exister des solutions, il faut toujours garder espoir.
    Je te souhaite bon courage, et te souhaite une belle vie.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s