Mon corps c’est moi

Je sais que ça à l’air con dit comme ça, mais il a fallu tellement d’années pour que le déclic se fasse dans ma tête. Mon corps, n’est pas le véhicule de mon esprit, il n’est pas mon ennemi, ni mon allier. Il n’a pas d’identité propre : c’est juste moi.

Je suis une victime de viols, avec un « s », sur dix ans, sept personnes sans liens entre elles autre que moi. Je suis aussi une victime de maltraitance, ceci explique cela. Dissociée de mon corps je n’ai pas compris que mes non devaient être entendus.

Ne me touchez pas, ne m’approchez pas, ne me parlez pas. Vos regards me brûlent la peau.

Mon corps en à chier, en plus de ce que les autres ont fait. Anorexie boulimie, scarifications, acné excoriée, alcool et drogues. Un jour j’ai péter les plombs, c’était trop, trop de douleur, trop de pression : hôpital psychiatrique. Les chaînes aux fenêtres, pas de rideau de douche (histoire de ne pas pouvoir se pendre avec), pas de siège de toilette (pour ne pas agresser le personnel). Médicaments, beaucoup de médicaments. Puis le déclic, mon corps c’est moi. J’ai pris du papier et j’ai écrit des lettres. J’ai rendu ce qu’on m’avait mis sur les épaules, il s’est passé ça – ça m’a fait ça – (et pour certains) si tu veux qu’on continue à se voir j’attends ça de toi. Réactions lâches en retour, quelques-unes étonnantes et bouleversantes. Je suis revenue à la vie civile.

Quelques années ont passé, sereines. Nous avons fait un enfant. Notre bébé est né chez lui, dans la douceur et le respect de nos corps. Je ne suis pas une petite chose fragile, je me suis rendue à moi-même.

J’aime mon corps, j’aime ces cicatrices, ces vergetures. J’aime mes seins qui me permettent de nourrir mon enfant. J’aime les rides qui commencent à apparaitre aux coins de mes yeux, marques des rires quotidiens avec les miens. Je suis fière de ma puissance.

Mon corps c’est mon histoire.

Mon corps c’est ma victoire.

 

Publicités

12 réflexions au sujet de « Mon corps c’est moi »

  1. Parcours très émouvant, touchée de voir que vous avez trouvé le chemin qui vous permette de vous respecter. Beaucoup de bonheur à vous et à votre famille! Meilleures pensées.

    J'aime

  2. Je suis egalement tres touchée par cet article, ainsi que tous les autres. Parcours incroyable, atypique, mais mon Dieu, quel courage…. Bravo. Votre enfant a de la chance, d’avoir une mère aussi forte. Bonne continuation de la part de toute l’equipe d’enjoy my tribu

    J'aime

  3. Waw… J’ai été extremement touché par ce texte, et par votre histoire tout simplement… Il y a peu de mots pour commenter! seulement une grande admiration pour votre courage… Une belle suite de vie à vous, votre enfant et votre famille :)

    J'aime

  4. Je suis tellement touchée par votre texte…
    Moi-même victime d’attouchements, ancienne boulimique, je me remets à peine de ces épreuves. Moi qui ai tant dénigré mon corps, fait 45 régimes qui n’ont fait que me dégoûter de moi-même, voulu être tout sauf moi, cette petite phrase : « Mon corps c’est moi »… m’aide énormément.
    Tout mon respect et mon admiration pour votre force de vie. Et merci pour la mienne.

    J'aime

  5. oh punaise la claque !!! j’a&dore cette façon d’écrire j’ai été victime de viols aussi et suivi de dépression ect … aujourd’hui j’ai 3 enfants mais je suis en thérapie car je n’arrive pas à m’accepter et je n’es pas confiance en moi.De vous lire me permet de me dire que je peux me relever de tout cela.Merci beaucoup

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s