Ce satané reflet

Je n’ai jamais été fine ! Mais mon corps tout en rondeurs je l’avais apprivoisé…

Et pourtant…

Je n’ai jamais été, avant, au-delà du « surpoids »… j’ai toujours su que des femmes souffraient certainement plus que moi de leur corps, mais j’étais quand même en « surpoids »… et c’était déjà trop pour moi…

La grossesse, pour moi, était une partie idyllique de mon avenir… Mes problèmes de poids étaient bien loin derrière, mon hyper-sensibilité aux hormones n’avait pas encore été décelée… Une chance inouïe, celle de tomber enceinte dès le premier cycle d’essai ! Des bouleversements hormonaux naturels et propres à cet état…… mais peu m’importais, puisque j’allais donner naissance à un petit bout de nous… Le fruit de notre amour pouvait bien déformer un peu mon corps, il en valait la peine !

Et puis un arrêt de travail à 3 mois de grossesse, à cause de mon métier qui exigeait beaucoup trop de déplacements… Un été à la maison, un été très très chaud, l’un des plus chaud de ces dernières décennies… Un été enfermée dans la maison, avec la douceur de la climatisation… Et puis mes chères hormones… environ 18h de sommeil par jour… des fringales incontrôlables… un ennui exacerbé…

Le résultat ? A 6 mois de grossesse, ma balance m’annoncait +26kg !!! La panique m’envahit… l’atteinte d’ un point de non-retour… des kilos qui allaient être trop durs à perdre avec bébé à la maison, en plein hiver ( prévu pour décembre ) !

Une sonnette d’alarme sonnée chez mon gynéco, avec l’espoir qu’il m’oriente vers un diététicien, comme je ne connaissais aucuns médecins dans le coin… Le test du diabète ( négatif ) suivi de cette réponse, qui en choqua plus d’un : « rhooo c’est pas grave, vous perdrez bien tout ça un jour ou l’autre ! »…

La nutritionniste que j’ai trouvé par mes propres moyens était une spécialiste de la nutrition pendant la grossesse et l’allaitement… Aujourd’hui, je le sais, je dois beaucoup à cette jeune femme, qui pendant les 3 derniers mois de ma grossesse m’a aidé à limiter les dégâts, à apprendre à m’alimenter, à contrôler mes pulsions alimentaires, à analyser mon comportement… pour réussir à finir ma grossesse à + 30kg (soit environ 100kg… pour 1m60) !

Beaucoup ? OUI ! Cas isolé ? NON ! Insurmontable ? JE LE SAURAIS DANS LES MOIS QUI SUIVENT !

Ce que je n’avais pas mesuré, c’était les cicatrices que laisse une prise de poids très importante… Et là est ma tare aujourd’hui…

Les régimes ont été durs ( draconniens ), mais efficaces. Les périodes de privation laissaient libre court à quelques périodes de leste… La reprise d’activité avec une formation de reconversion, avec ce rythme, un peu soutenu, mais qui m’a sans aucuns doute permis de perdre mieux ( plus efficacement ) mon poids.

Je m’étais lancé un pari, que beaucoup ont jugé fou… lors de la commande de ma robe de mariée, je l’ai commandé 1 taille en dessous de celle qui m’allait à l’essayage… je n’avais donc pas le choix, il fallait que je perde assez de poids pour rentrer dedans… 8 mois après !!!

Ce qu’il faut savoir, c’est que ce poids que je visais été 5kg en dessous de mon poids d’avant grossesse… car avant de tomber enceinte j’avais déjà 10kg de trop à cause de la pilule reprise à la rencontre de mon mari…

J’ai mis 13 mois pour perdre les 30kg qui me séparaient de mon poids d’avant grossesse… Sans ma « diététicienne miracle », car nos revenus ne me permettaient plus d’assumer des rendez-vous non-remboursés… à cause de la perte de mon emploi.

J’ai donc pris les choses en main seule, mais bien après tout !

Les kilos restant, ont largement été perdus avant le fameux mariage !!! Tout le monde était ébailli par cette métamorphose, par cette volonté dont j’avais fait preuve… Mon mari m’a trouvé magnifique dans ma robe, « au-delà de tout ce qu’il aurait pu imaginé » d’après ses dires !

Et moi, tout ce que je voyais, c’était ce satané reflet dans le miroir… celui d’un corps bien trop abîmé par les kilos…celui d’ un ventre strié de vergetures indélébiles avec un petit tablier de peau recouvrant le haut de ma culotte… celui d’une poitrine alourdie ayant perdu sa fermeté… celui de ces fesses sans aucun arrondi… celui de ces cuisses diformes et larges… celui de ces vergetures derrière les mollets, marques indégniables de cette prise de poids excessive… Et puis cette blessure, faite au fer rouge, par une reflexion quelques mois après la naissance de mon fills, de la part de l’homme que j’aime, qui, sans le vouloir, avec sa logique d’homme, a dit tout haut ce qu’aucune femme n’est prête à entendre… il s’est, depuis, confondu en excuses, et j’ai bien compris qu’il ne pensait pas ce qu’il avait exprimé à haute voix, du moins pas comme ça… mais la blessure est toujours là, prête à se rouvrir…

Je suis aussi dans un esprit de défaite constant, par le simple fait que je suis entourée de femme qui n’ont aucuns problèmes avec l’aspect de leur corps… des nanas qui mangent ce qu’elles veulent quand elles veulent, et qui viennent se plaindre dès qu’un petit kilo est venu s’installer sur leurs fesses ! Des grossesse avec les kilos perdus dès la sortie de la maternité ! Des maris qui ne concoivent pas que le corps de leur femme puisse être déformé ou enrobé…

J’ai, depuis mon mariage, repris 6 kg… Mon combat n’est pas fini… je n’oublie pas ma victoire, mais je ne mérite pas encore de médaille !!!

Mon corps est mon pire ennemi aujourd’hui ! Le simple fait de le regarder dans un miroir est un supplice, le simple fait de monter sur une balance est une défaite… Je suis prisonnière des régimes, prisonnière de mon image… prisonnière de mon ressenti… Je suis hantée par les 15kg que je souhaiterais encore perdre… hantée par la perte de poids déjà atteinte , et puis par l’échec depuis…

 

 

Publicités

10 réflexions au sujet de « Ce satané reflet »

  1. 15 kg! Mais c’est rien! surtout après tout ceux que tu as perdus! Félicitations (je te rejoins dans quelques mois quand j aurais eu ma fille et j espère faire aussi bien que toi :) )

    J'aime

  2. ma loute,je te comprends.je fais le yoyo.j’avais perdu puis perte de taff,mec à la con quitté depuis.ennui,fringales etc…..15 à 20 kgs à perdre pas facile.j’espère y arriver aussi.
    gros bisous

    J'aime

  3. J’aurais pu écrire ce texte… Avant ma première grossesse, quelques rondeurs que je détestais, mais rien au delà du raisonnable. Une grossesse toute seule (conjoint qui travaille loin) et pan ! + 32kg en 9 mois… Et aujourd’hui je suis obèse.
    J’attend mon deuxième enfant mais bon sang que je fais attention… Je suis enceinte de 7 mois et je n’ai pris que 7kg. Je suis déterminée à entreprendre un long régime pour revenir au poids de mes 19 ans (âge de ma première grossesse), même si je sais très bien que je ne récupérerai jamais le ventre lisse (pas plat ! mais lisse) que j’avais à l’époque.

    J'aime

  4. Bonjour,
    merci pour ce partage. Vivre une situation non choisie, c’est dommage et triste…

    Je suis étonnée par ce passage : « de femme qui n’ont aucuns problèmes avec l’aspect de leur corps… des nanas qui mangent ce qu’elles veulent quand elles veulent, et qui viennent se plaindre dès qu’un petit kilo est venu s’installer sur leurs fesses !  »
    Et ce qui m’étonne c’est que je ne connais AUCUNE femme qui n’ait aucun problème avec l’aspect de son corps, et aussi que ces femmes qui se plaignent d’un kilo sur leurs fesses vivent, de leur coté, une souffrance comparable à la tienne… L’empathie les accompagnera tout autant que toi, il me semble.

    Prends soin de toi, belle suite de semaine :)

    J'aime

  5. Bonjour,

    j’ai aussi été interpellée par cette phrase. On dirait que tu critique les femmes qui mangent trop et grossissent, et se plaignent, comme si c’était entièrement leur faute et qu’elles ne pouvaient s’en prendre qu’à elle même… Ou alors je suis parano car j’espère que tu as compris que les troubles alimentaires existaient également hors grossesses, comme les pulsions et les mauvaises habitudes. Je te félicité de la force et la volonté que tu as eu, mais n’oublie jamais que ça ne fait pas de celles qui mangent trop et sont tristes de grossir des moins que rien car c’est plus compliqué de ça, ne l’oublie jamais malgré ton brave parcours.

    J'aime

  6. Bonjour à toutes et tout d’abord merci pour vos commentaires…
    Effectivement, je dois m’excuser de cette fameuse phrase, car elle prête à confusion…
    Je comprends tout à fait qu’elle puisse interpeler, mais ce que je voulais dire là dedans, c’était que je suis entourée de personnes qui connaissent ce que je vis et ce que j’ai vécu, et qui se sont permis de me dire que si j’avais eu ce combat à mener, c’est parce que je m’étais laissée aller dans 1 premier temps…car elles ( et c’est leurs dires pas les miens ), pour grossir, il faut qu’elles abusent vraiment beaucoup… Donc c’est que moi j’ai vraiment dû abuser plus que beaucoup !!! Je me suis évertué pendant un temps à leur faire comprendre qu’on étaient pas toutes faites du même bois, et que par conséquent, certaines n’ont pas besoin d’avoir 1 comportement abusif pour grossir… mais sans résultats…
    Pourquoi j’ai parlé de ça dans mon témoignage ?
    Parce que lorsque l’une d’entre elles se plaint, car elle est enceinte, qu’elle a dû s’acheter un pantalon en taille 38 voire pire, en taille 40, que j’essaie de dédramatiser pour elle, en lui disant qu’elle a un joli corps, qu’elle a aussi 1 joli ventre de femme enceinte, ben elle me répond que moi je peux voir ça comme ça car j’ai l’habitude des rondeurs, donc je suis forcément moins gênée, mais que elle, elle n’en a pas l’habitude donc ça la traumatise…
    Parce que j’ai entendu une autre amie, lui dire qu’elle ( la fille en question ci-dessus ) avait pris trop de gras sur les fesses, et que le seul moyen de perdre tout ça après ça serait de faire une petite session de régime D***n… que là j’ai trouvé ça un peu drastique pour si peu, que le simple fait de faire attention à son alimentation règlerait son problème…
    Parce que quand 1 de ces maris, s’insurge de voir à la TV une femme avec un ventre fripé et la peau lâche, que je lui explique que c’est le cas de beaucoup de femmes, suite à grossesse ou non, mais qui ont perdu du poids… ils ont du mal à y croire, qu’il faut que mon mari leur dise clairement que le cas de leur femme est + rare que le cas d’une femme au corps déformé…
    Parce que lorsque, au summum de mon poids ( le + haut ), je me suis entendu dire par une vendeuse de magasin de vêtement qu’elle n’avait pas de jean en taille 44/46, car « on ne peut pas penser à tout le monde, on a déjà du 34 c’est bien ! », je suis rentrée en larme chez moi et je me suis habillée avec mon vieux jogging pendant les 3 mois qui ont suivi car je n’osais plus aller dans les magasins…

    Mon propos était déplacé tel que je l’ai exprimé dans mon témoignage, car ces femmes dont je parle, je ne me permettrait jamais de leur dire qu’elles n’ont pas le droit de se plaindre, car chacun a ses propres complexes, et en aucuns cas je n’ai le droit de juger qu’un complexe est + justifié qu’un autre… peut être parce que suis aussi la cible de ces jugements et de ces critiques…

    Pour ce qui est des prises de poids en dehors du cas de la grossesse, oui, biensur j’en suis consciente… au début, quand j’ai écrit mon témoignage, je parlais de mon adolescence, où les problèmes de poids, et de comportements alimentaires ont rythmés mes jours et mes nuits…Mais j’ai décider de ne pas le laisser dans le texte, car il était du coup beaucoup trop long…
    certes, je n’avais jamais pris autant de poids que pendant ma grossesse, mais je n’ai jamais été sereine avec mon poids et mon comportement alimentaire…j’ai toujours eu des problèmes de poids, toujours à la recherche du régime miracle… jusqu’à ce qu’un médecin mette le doigts, après ma grossesse sur mon hyper-sensibilité aux hormones, et m’interdise formellement de reprendre 1 contraception hormonale pour limiter les dégâts… Et mon comportement alimentaire est très variable, encore aujourd’hui, en fonction de mes états d’esprits, mon médecin me dit souvent que je suis de celles qui « expriment leurs émotions à travers leur corps et non à travers des mots »…

    Encore merci de vos commentaires, vraiment, je suis contente d’avoir envoyé ce texte, qu’il ait été publié…

    J'aime

  7. « on ne peut pas penser à tout le monde, on a déjà du 34 c’est bien ! » OMG!!! Faut qu’elle sorte ailleurs que dans le monde de la mode; ce n’est du tout la réalité! C’est triste d’entendre de telle propos et de t’avoir fait culpabiliser pour un 44/46! Franchement, cette taille me manque^^

    Je comprend mieux, merci d’avoir pris le temps d’expliquer. Ces filles ont bien de la chance d’avoir un métabolisme aussi sympa mais sans être méchante, elles sont un peu ignorantes…

    En tout cas bravo pour ton témoignage, c’est très motivant!

    J'aime

  8. Je passe tous les jours sur le site pour voir s’il n’y a pas de nouveaux témoignages. Tu es la première à qui je laisse un message. Je n’ai pas le même parcours que toi : je suis célibataire, sans enfant et encore dans les études, et pourtant comme toi j’ai pris énormément de poids. Ca c’est fait doucement, je ne m’en suis pas rendu compte tt de suite, mais voilà, au bout de 3 ans, je me retrouve avec 15kg en trop. Je n’ai même plus le courage de faire les boutiques, même si j’ai bien envie de me racheter un jean, mais voilà, comme tu l’as dit, difficile de trouver un 44/46. Heureusement pour moi, j’ai une machine à coudre et quelques solides bases en couture, alors à l’occasion je me fais un p’tit haut (pas toujours réussi mais au moins je me fais plaisir). Et même aujourd’hui je n’assume pas mon corps, je me sens mieux dans ma peau maintenant qu’il y a encore quelques mois.

    J’espère que tu continueras à te battre, non pas contre tes kilos, mais contre la mauvaise image que tu as de toi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s