Me faire enlever les seins

« Tu es la plus belle femme que je connaisse  » ces mots je les ai entendu quelquefois, prononcés par différents hommes. Alors oui objectivement je suis jolie, je le constate dans le regard des autres et je l’entends de la bouche des autres. J’ai une taille acceptable, je ne suis pas en surpoids, je n’ai pas de difformités ou de tares,

Oui mais voilà moi je me hais, je hais ce que je suis, je hais ce corps qui me pèse, que je traine au quotidien, ce corps qui m’empeche d’être moi, juste moi. Et en tout premier lieu ces seins..ces seins qui sont arrivés sans crier gare. Je me suis couchée un soir avec un corps d’enfant pour me reveiller avec un corps de femme pourvu de seins énormes, couverts de vergetures, douloureux, pesants et hideux…j’ai trimballé ces seins de l’adolescence à l’âge adulte en les détestant, je les frappais, je les mutilais, je les oppressais et ils étaient toujours là, je ne voyais qu’eux , je ne sentais qu’eux. J’ai attendu que le temps passe en espèrant que le temps, la perte de poids , les grossesses modifieraient le volume de ces seins. mais non rien n’y a fait, je suis passée par tous les poids et eux étaeint toujours là, mon tour de poitrine est 85 E, c’est une honte c’est ma honte.

J’ai 38 ans, deux enfants et j’ai enfin décidé de me les faire enlever. Cette décision a mûri, elle suscite des incompréhensions et même de la colère de la part de mon entourage et surtout de mon compagnon , parce que voilà en vrai mes seins sont gros mais ils sont beaux, les vergetures sont maintenant quais invisibles, ils sont en place et fermes , je sais tout cela mais cela ne suffit pas, cela ne me suffit pas.

Je me dis que sans ces seins j’arriverai sans doute mieux à accepter tout le reste, ces hanches trop larges, ce ventre légèrement mou, mes mains larges et calleuses, mon cul trop large et trop plat, enfin toutes ces choses qui font que j’évite les miroirs, que je me donne des coups , que je malaxe cette peau jusqu’à m’en faire mal, que je me fasse vomir tous les soirs parce que ce corps me pèse, ce corps me ronge, ce corps m’étouffe.

Je n’ai pas connu les accalmies des grossesses, oui j’ai été enceinte, oui j’ai donné la vie, mais je n’ai vu que corps qui enflait tous les jours, qui échappait à mon contrôle, la graisse qui s’installe, les plis qui se forment et une haine grandissante à son égard. J’ai toujours été en conflit avec ce corps, il est trop présent , il prend trop de place , il me rapelle à l’ordre , me fixe des limites…Alors je le coupe , je l’affame ou le gave, je le frappe, mais jamais ne le cajole.

Mais voilà cela je le tais , je le cache parce que vous comprenez les autres disent de moi que je suis une belle femme, et moi je dis merci.

DB.

Publicités

14 réflexions au sujet de « Me faire enlever les seins »

  1. Que de souffrances… Je compatis et me sens impuissante à la fois…

    Il est possible que tu acceptes mieux ton corps sans ces seins (réduction mammaire ou mastectomie ?) mais très humblement, je pense qu’il est fort probable que non… Parce que les raisons profondes qui font que tu détestes à ce point de beaux seins seront toujours là et qu’il est bien possible qu’elles s’expriment par le rejet violent d’une autre partie de ton anatomie.

    Comprendre ces raisons profondes qui te mettent en conflit avec ce corps et les mettre en mots serait probablement plus efficace. Enfin, je crois…

    Je t’embrasse et te souhaite de trouver la paix. Peut-être grâce à une chirurgie, comme un soulagement et un point de départ vers un mieux être ? Peut-être… Tiens-nous au courant :-D

    J'aime

    1. tu aime ton corps? tu es bien avec tes seins? ces bien pour toi ! ya des gents qui naimepas leur nez ,,, il font une chirurgie ! faus til quil voie un spy pour sa ! non ! chaque personne a son opinion! et oui moi aussi je vais faire sa parceque jen es mare! ces comme si un gros qui se sent mal a cause de son poid! ba moi et elle ses ces seins! et il y a beaucoup de femme qui on ce probleme!

      J'aime

  2. bonjour
    je me voi enormement dans votre texte . jai moi aussi fait une reduction mammaire car jai eu trois grossesse et jai pri une aille a chaque grossesse je fesai dnc un 100g. jai depui des forme grosse fesse grosse cuisse grosse hanche gros bide en gros de partout . je pouvai plus suporter cette lourde poitrine qui me pourrissai ma vie . mais maintenant que cette operation est passer je suporte plus le reste de mon corp je ne regrete pour rien au monde cette operation bien au contraire jai enfin de beau sein je les aime mais mes forme se voi encors plus dnc pour repondra a ta question meme si tu te fait enlever tes sein tu accepteras pas mieu ton corp . moi jai cru quan men levan des sein j’ariverais a maigrir car je serai mieu dans ma peau mais non jarrive pa a maigrir et cela me ronge la vie . plus je veu maigrir et plus je mange .
    apres moi je te conseil quand meem cette operation car le mal de dos est dans le passe et je peu enfin mettre des haut tres jolie
    voila jsp que mon commentaire taidera

    J'aime

  3. Je suis assez d’accord avec Sophie, je pense que derrière cette souffrance et cette haine dirigée contre ta poitrine se cache un trouble psy, quelques chose de l’ordre de la dysmorphophobie. Je te souhaite de trouver un soignant qui comprenne cette souffrance au mieux.

    J'aime

  4. Dysmorphophobie, rien que cela. Faudrait peut être en connaitre la définition et les symptômes avant de pathologiser des personnes qui n’en souffre très certainement pas.
    85E, c’est une taille importante, imposante, lourde pour le dos, pour le corps. Nous ne connaissons pas la taille (la grandeur) de DB, mais même pour une femme de taille moyenne, c’est une paire de seins qui en impose, aussi bien visuellement que physiquement.

    Nous ne connaissons pas son âge non plus, et j’imagine très bien comment ont pu la regarder certains hommes lors de son adolescence.

    Dysmorphophobie, et puis quoi encore?

    ‘Virta, étudiante en psychologie, M1.

    J'aime

  5. Je fais exactement la même taille, 85E. C’est une taille qui n’est pas encore énormissime, mais assez imposante pour que ce soit inratable au premier coup d’oeil. En plus les miens ont bien traîné pour grossir, j’ai cru qu’ils ne s’arrêteraient jamais d’enfler, à partir de onze ans je prenais un bonnet par an et je devais acheter des soutifs par wagons entiers. Un bonnet E, c’est assez pour avoir mal au dos dès la moindre petite fatigue de fin de journée.
    DB, peut-être as-tu juste besoin d’arriver à modeler ton corps d’une façon qui te conviendrait mieux. L’idéal serait de le faire en douceur. En ce qui me concerne, j’ai fini par arrêter de grossir et me décider à mincir une bonne fois pour toutes pour retrouver ma silhouette d’adolescente, et même si le corps n’a plus le même âge, ça y ressemble quand même diablement. Pour mes seins, j’ai la chance d’être assez grande, ça étale l’effet visuel; mais je porte des soutien-gorge très enveloppants, et des hauts à col roulé. Petit à petit, je négocie avec mon corps, on s’arrange si y’a moyen de moyenner; ok tes hanches sont larges, mais alors on va faire fondre les bras et le ventre; ok les seins sont en plein milieu, mais on va mettre des cols roulés et se maquiller les yeux au cas où ça détournerait les regards dans la bonne direction.
    J’ai aussi appris à me laisser convaincre. La seule période où j’étais parfaitement heureuse dans mon corps, c’était à la fin de mon adolescence, avant de perdre puis prendre trop de poids, lorsque mon petit ami me disait pourquoi mon corps était beau. J’avais fini par me laisser convaincre, et j’étais plutôt bien; les déformations qui ont suivies étaient dues à des histoires de santé. Maintenant, je pense que je vais bientôt revenir à ce stade où mon corps et moi, on s’aime bien.

    Quoi qu’il en soit: pèse lourdement tes décisions, mais si tu es bien certaine que c’est ce qu’il te faut pour te permette de te sentir mieux dans ton corps, alors opte pour la réduction mammaire. Si tu en es certaine. Ce serait inutile de garder une taille de bonnet qui t’encombre et te rend malheureuse.
    Si tu t’en sens le courage, tu peux essayer d’apprivoiser ton corps en le regardant dans la glace tous les jours. Tu pourrais t’y habituer, et dresser un ordre des priorités de ce que tu pourrais modifier pour t’y sentir mieux. Pour l’avoir fait, j’ai constaté qu’il est possible qu’en réalité, il n’y ait pas tant de choses à changer au final.

    Fais ce que tu sais bon pour toi :)

    J'aime

  6. Je suis un homme et vais seulement te parler en humain .

    Tu exprime un souffrance, qui a certainement des racines profondément encré en toi dont tu ignore ou as enfouis au plus profond de ta mémoire les causes .
    Je pense que l’ablation de tes seins ne résoudra rien si ce n’est ajouter une autre souffrance.
    Si tu as envie de diminuer ces souffrance , je suis sur que le meilleur moyen est d’en parler avec un , des professionnels qui t’aiderons a alléger ce poids qui pèse tant sur ta vie. N’ai pas peur , le plus dur est le premier , pas . N’hésite pas si la première rencontre n’est pas positive , insiste . Tu trouvera celui ou celle qui entendra cette douleur qui ne doit pas durer a te pourrir la vie .
    Aller courage .
    rien n’est inéluctable. rien n’est définitif.
    Nous ne sommes pas né pour souffrir .

    J'aime

  7. je reviens puisque depuis ce texte, je suis passée sur la table d’opération et j’ai demandé une réduction mammaire. Et je dois le dire je revis, ou je suis née enfin, je suis celle que je devinais enfermée derrière les seins qui étaient miens.
    Même si l’opération est récente puisqu’elle date de fin mars, je sui sûre de ne jamais regretter cette décision. je suis maintenant plus « harmonieuse », je mesure 1.68,je pèse 57kg, je porte du 36 même avec mes hanches que je qualifie de « larges » et j’ai un 85 c. Je ne suis pas parfaite , je n’ai jamais demandé à l’être, mais je suis à mes yeux maintenant acceptable. Plus de conflit, plus de dégoût face à la glace, plus de pleurs. Je suis en paix , comme si j’avais laissé derrière moi mon ancien corps avec toutes les souffrances qui étaient siennes, pour renaitre dans ce corps dont j’essaie de prendre soin et que je regarde avec une certaine forme de bienveillance.
    DB

    J'aime

  8. Bonjour,

    Je trouve que mes seins sont « en trop » depuis l’adolescence et j’ai maintenant 40 ans. Quelles démarches avez vous faitres depuis cet article ?

    J'aime

    1. Bonjour
      Comme je le disais , je suis passée sur sa table d’opération dans le cadre d’une réduction mammaire depuis la rédaction de cet article. J’ai pris contact avec un bon chirurgien qui a effectivement confirmé que ma poitrine était d’une taille excessive par rapport à ma morphologie. Et je dois dire que je ne regrette qu’une chose c’est de ne pas avoir entrepris cette démarche avant, je me serai épargnée bien des années de souffrance…

      J'aime

  9. Oh là là, je viens de lire tous les commentaires, tu as bien fait de passer enfin par là. Quant à moi, j’ai 60ans, j’ai un corps normal pour mon âge. Mais alors ses seins je n’en peux plus. Ils n’ont plus la même taille, ils m’arrivent au nombril, j’ai des gerçures sous les seins et c’est gênant et piquant. J’ai une grosse bosse dans le dos, je suis toujours penchée, je fais du 120D, je pense qu’ils pèsent 2kgs chacun.
    Je voudrais du B des oeufs sur le plat, afin de pouvoir acheter les vêtements qui me plaisent et non pas ceux dans lesquels je rentre.
    Que faire pour y parvenir ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s