Mon corps, mon combat contre les autres

Bonjour,

Ça y est après de longues heures d’hésitation j’ai décidé de me lancer et de me montrer telle que je suis ! Donc voici mon texte et mes photos pour le blog et merci pour cette belle idée:

Parfois, j’aimerais être un homme, pour ne pas subir le dictat du corps parfait ! Sur un homme une petite bouée ça rassure, ça réconforte, on aime s’y blottir … chez une femme ça perd tout son charme et pourtant …

Il y a peu, les canons de la beauté étaient bien en chair ; un bassin large était un signe d’extrême féminité (mais peut-être était-ce parce que à cette époque une femme était avant tout une mère ?!).

Mais à notre époque, c’est quoi être belle ?

 

Si c’est ressembler à ces mannequins longilignes, assexués, déformés par les logiciels de retouche photo que l’on voit dans les magazines, alors je ne veux pas être belle !

Si c’est être heureuse, avec et malgré son corps, alors je suis en train de le devenir …

 

Depuis longtemps j’essaie de vivre avec mon corps, ce corps que je traîne comme un fardeau dont il m’est impossible de me débarrasser. Mon histoire de désamour avec cette part de mon être a commencé très jeune, trop jeune sûrement, à une époque où le souci principal devrait être de trouver le moyen de convaincre ses parents de nous offrir un chien …

 

Tout d’abord il y a eu mes pieds mal formés à cause d’une croissance trop rapide ce qui m’a obligé à porter des chaussures orthopédiques, mes « chaussures d’handicapée » comme mes « camarades » disaient. Je me rappelle m’être faite frapper par un « grand » à cause de ça ! Cruauté éphémère qui laisse pourtant une trace indélébile …

 

 

Ensuite, il y a eu ma taille : 1m72 à 12 ans ça ne passe pas inaperçu (heureusement pour moi ma croissance s’est arrêtée là) !! Pas facile de plaire aux garçons quand on fait une tête de plus qu’eux et que commence doucement à pointer un mal être qui ne fera que grandir au fil du temps pour finir par occuper la place du moteur de ses décisions !

 

A 10 ans : très facile de me retrouver !

 

Puis vint le problème de la poitrine. Ce symbole actuel de la féminité, je l’ai espéré … pendant des mois … des années. Ce n’est qu’à 20 ans que j’ai enfin eu quelque chose qui me convenait, des seins bien ronds et fermes ; enfin je pouvais arrêter de penser à la « planche à repasser » et aux autres colibets !

 

A 16 ans

 

 

 

Il y a également mes chevilles (un de mes nombreux héritages de famille). Ces deux poteaux difformes mal dessinés, à peine différenciés de mes mollets, ces deux masses qui m’empêchent de porter les chaussures que j’aimerais, qui me donnent des jambes identiques à celles de ma grand-mère. Quand je les regarde j’ai l’impression d’être un cheval de trait au milieu de pur-sang arabes !

Mes poteaux télégraphiques !

 

 

 

Le temps passe et puis on part, on fuit, vers la ville, vers un monde peuplé d’anonymes où personne ne s’intéresse à son prochain, où personne ne connait son voisin.

 

Là je me sens à ma place loin des miens.

Mais les blessures profondes d’une enfance difficile son

t malgré tout là et vient alors le problème du surpoids qui s’aggrave à chaque contrariété, à chaque critique. Peu à peu chaque partie du corps se modifie au point qu’on ne se reconnait plus … et l’amour, le soutien d’un conjoint n’y changent rien : le problème est ailleurs, caché derrière un besoin de reconnaissance filiale qui ne vient pas malgré les tentatives.

 

C’est alors que se produit une chose inattendue, un petit être a décidé de s’immiscer dans notre vie. Petit à petit il grandit au sein de ce corps qu’on ne peut supporter et c’est là que se produit le plus grand changement : je suis enfin devenue femme, je suis devenue mère.

 

Mes seins que j’avais tant espérés portent les traces de ces mois d’allaitement, de ces moments partagés où pour la première fois j’ai senti que j’étais indispensable à quelqu’un. Peut importe leurs vergetures et leur relâchement : c’est la marque que j’ai nourri, protégé un petit miracle, ma chair, mon sang …

 

Mon ventre est vide à présent, marqué, flasque, tombant, mais c’est un mal nécessaire ; il a fallut faire de la place pour notre ange, pour qu’il grandisse pleinement pendant ma grossesse.

 

Les kilos qui 9 mois après mon accouchement refusent de partir sont les réserves que mon corps a faites pour que d’un petit haricot je fasse un magnifique petit homme.

 

Me voici donc maintenant …

 

J’étais (je suis encore parfois) une cible pour qui voulait me blesser : incapable de répondre aux brimades, les gens ne voyaient pas ma détresse. Si avec le temps je suis devenue associale c’est pour ne plus souffrir, ne plus être déçue (surtout par ceux que j’aime) !

Mais maintenant les choses changent ! Oui, maintenant je suis déterminée à gagner la guerre, ma guerre, et à vivre heureuse telle que je suis, envers et contre tous !

Chaque jour est pour moi un combat contre les moqueries d’un temps oublié, contre une société formatée qui stigmatise les rondeurs, contre une famille intolérante … mais je m’accroche parce que j’ai trouvé ma voie : j’ai maintenant deux hommes merveilleux dans ma vie !

Publicités

15 réflexions au sujet de « Mon corps, mon combat contre les autres »

  1. j’ai lu ton texte et ce qui m’a accrochée, c’est cette phrase-ci : »Si avec le temps je suis devenue associale c’est pour ne plus souffrir, ne plus être déçue (surtout par ceux que j’aime) ! »
    prend le temps de lire « l’homme qui voulait être heureux » de Laurent Gounelle et laisse-toi imprégner par les mots, ça ne te donnera pas la réponse à tout mais peut-être quelques pistes
    quant à ton corps actuelle, le grain de beauté sur le ventre en moins, je pourrais me reconnaitre, ne t’inquiète pas, les vergetures vont s’estomper pour devenir transparentes si tu te stabilise à ton poids actuel …

    J'aime

    1. Merci pour le conseil j’ai acheté le livre l’année dernière mais je n’ai pas encore trouvé le temps de le lire (un bébé ça occupe !) mais tu m’as donner envie de l’ouvrir ! les vergetures se sont déjà estompées et avec le temps je les vois beaucoup moins (il faut dire que je travaille sur moi même) et quant à mon poids j’espère quand même maigrir un peu :)

      J'aime

  2. moi aussi je ne supporte plus les remarque des gens…pas pour les même raison, en faite c’est juste que les français sont intolérent…
    chacun est mieux que l’autre !
    je préfère être seule aussi ou derrière mon écran avec mes « amies du net »

    J'aime

    1. C’est justement grâce à mes copinautes que j’arrive un peu mieux à m’apprécier, on a eu des parcours similaires, des blessures qu’on partage sans craindre la réaction des autres !
      C’est grâce à ça que j’ai eu la force de témoigner, parce que c’est aussi plus facile de dire les choses derrière un écran !
      J’espère que ma famille comprendra enfin ce que je ressens (j’ai diffusé mon témoignage auprès de mes proches, peut-être suis-je un peu maso ??!! )

      J'aime

  3. Hé j’ai le même ventre!! Un p’tit peu moins maintenant, j’ai un métier assez physique, mais du coup la peau pendouille et fait des plis juste au-dessus des cuisses. Avec ça, suite à deux allaitements, j’ai gagné des seins qui ne rentrent dans aucune taille: 95 c’est trop petit, 100 c’est trop grand, bonnet B c’est trop petit, bonnet C ça flotte… la galère!

    J'aime

    1. J’ai trop peur qu’il se mette à pendouiller parce que là j’ai encore la chance (????) d’avoir de la graisse pour tenir tout ça ! Il est quand même moins impressionnant qu’il y a quelques mois !!
      Moi aussi j’ai gagné des seins (pour le plus grand bonheur de mon mari je ne les ai pas perdus) et j’ai fini par trouver ce qui me convenait pour les tenir, essaie peut-être d’autres tailles, d’autres marques ? j’ai mis du temps avant de trouver mais c’est vrai que c’est galère de s’adapter à son nouveau corps !

      J'aime

  4. ton histoire me fait penser a la mienne j’ai 16 ans et je porte une chaussure orthopediques car j’ai un jambe plus petite que l’autre et la difference est de 5 cm ! quand j’étais petite j’y pretait pas du tout attention c’est en grandissant que j’ai commencé a remarqué l’impact surtout psychologique que sa a sur moi surtout du fait que j’étais vraiment differente des autres et le regard innocent que les petits on sur moi en me posant a chaque fois la question: pourquoi tu marche comme cela ont tendance a me ramener a la réalité ; moi qui aime etre feminine cette maladie est un lourd fardeau . j’ai meme penser a me suicider tellement sa me fesait mal…….ce qui appuyait ce sentiment de différence est surtout qu’aucun garcon jusqu’aujourd’hui m’a lancé un regard malgres tous les efforts que je fais pour etre coquette je reste l’étérnellle amie qu’ils ont parfois meme peur ou honte de parler avec je ne sais pas pour quoi …… j’essaie de rester optimiste pour ma famille car c’est principalement elle qui se bat pour que j’ai une enfance normale . j’esper un jour comme toi trouver l’homme qui me diras que je suis belle c’est tout ce que j’attend de la vie , sinon je te souhaite beaucoup de bonheur

    J'aime

    1. L’adolescence a été une période assez difficile pour moi et du coup je me suis surtout concentrée sur mes études, les garçons c’était par pour moi … et puis en partant de chez mes parents en prenant mon indépendance je me suis ouverte aux autres et j’ai eu mon vrai premier petit ami à 19 ans (d’ailleurs on s’est rencontré sur le net, ça facilite quand même pas mal les discutions quand on manque de confiance !) !! maintenant on est marié, on a un enfant et je me sens bien mieux ! il ne faut pas désespérer et se focaliser sur ces petites choses qui nous semblent tellement essentielles lorsque l’on a 16 ans. Je pense très sincèrement que l’amour vient à chacun en temps voulu et lorsque l’on s’y attend le moins ! Courage tu verras qu’une fois le lycée derrière toi les gens que tu croiseras n’auront rien à faire des apparences et des petits défauts; finalement ce sont eux qui font de nous ce que nous sommes, nous construisent et nous rendent plus forts ! Bonne chance à toi pour ta vie future qui sera j’en suis certaine pleine de joie et d’amour …

      J'aime

  5. merci pour ton conseil sa fait plaisir de lire ce genre de commentaire positif . je pense aussi que mon problème en plus de sa c’est ma sensibilité je suis trop sensible , du coup le regard des autres sur moi n’a pas été facile a supporté mais avec le temps ,très récement d’ailleurs j’ai compris qu’il fallait vivre au dépend de ces regards ; je vais suivre ton conseil me concentré sur mes études ; je pense que c’est le mieux a faire .merci encore !

    J'aime

  6. je suis arrivée ici par hasard, mais il parait que le hasard n’existe pas, ! je reviendrai lire car j’ai pas le temps, mais je suis tres interessée, j ai des complexes enormes, et ne suis pas prête à les montrer, et j’avoue que j’en suis desfois bête, ce blog est génial, car c’est vrai on est pas des monstres tout de meme, c’est nous qui s’imaginons des trucs finalement, car lorsque je vois les photos, je me dis mais elles sont pas moches ces filles meme si ya des vergetures, des cicatrices, je veux dire c’est pas affreux, le truc c’est que l’on voit tellement de belles actrices, chanteuses etc qu’on se compare, mais finalement, tout le monde a poil a des défauts, et je crois que ce blog va me redonner la patate, franchement, c’est super, j’espère etre bien dans ma peau maintenant, bon j’ai encore du travail, je viens juste de lire un peu, et je sais qu’on ote pas les blems comme cela, moi aussi on me dit oh que tu es blanche, en plus idem, cica aux pieds, et pis d’autres trucs, mais bon je me tais encore, j’espere me debloquée, merci,
    je me permet d’envoyer des bisous à tout le monde ici,
    bien amicalement,

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s