Mes seins, mon histoire

Merci pour cette initiative…peut-etre que nous,les femmes,les mères,nous arriveront a apprivoiser un peu nos imperfections…

Mes seins ont toujours representé beaucoup de choses pour moi.Petite,c’était un lieu rassurant,le giron de ma mère ou de ma mamie,un endroit chaud,doux et confortable ou je pouvais me blottir .
En primaire,j’ai commencé a me rendre compte que c’était beau;la notion de séduction m’était alors inconnue mais déjà,j’esperais avoir de gros seins plutot ronds,comme ma maman…
En entrant au collège avec un an d’avance,j’ai été confrontée au fait de ne pas etre encore « formée » quand la plupart des filles de ma classe l’étaient…elles portaient des soutien-gorges,pas moi…premières blessures narcissique.
A l’adolescence,enfin mes seins ont commencés a pousser…un peu.Moi qui revait d’une grosse poitrine a l’image maternelle,j’avais de petits seins,fermes et pleins mais a l’époque je ne m’en rendais pas compte,je voyais juste qu’ils tenaient dans une main-celle des differents garçons qui ont été ravis de vérifier leur taille-et surtout leur forme,en poire,légèrement écartés…rien a voir avec les jolis seins touts ronds des magazines.

Et puis je suis devenue mère.trois fois.Mes seins sont devenus plus gros,plus ronds,plus fermes encore durant mes grossesses.J’affichais fièrement un décolleté,promesse d’avenir puisqu’il annonçait la vie.
Et quand cette vie est arrivée,tant attendue,il m’a semblé naturel que ma poitrine désormais servirait a nourrir ces petits etres…Ils ne s’en sont pas privés,et malgré toutes les difficultés j’ai éprouvé beaucoup de satisfaction a allaiter.

Mais voilà qu’aujourd’hui,mes fils sont sevrés,et il n’y aura probablement plus d’autre grossesse.Mes seins sont vides-oui,comme ce ventre qui a porté la vie,mais j’ai réussi a accepter que mon ventre soit vide,et distendu,et abimé;Et puis il y a les abdos…Mais pour la poitrine,tous les exercices de musculation au monde ne me réhausseront plus jamais ces seins,que dans les heures sombres j’ai meme eu l’impression de voir atteindre mon nombril. Ces seins débiles me semblent aujourd’hui inutiles,et si inesthétiques…Mon mari prétend qu’il ne voit pas le problème,mais les seuls adjectifs qui me viennent lorsque j’essaie de les décrire sont négatifs:vides,mous,flasques,écartés…et ces aréoles qui ont pris un diamètre énorme…Ces seins,jadis accessoires de séduction puis nourriciers,aujourd’hui je les cache,je les dissimule derrière des soutien-gorges push-up.

Mais malgré tout,ces seins,mes seins de mère,je les aime un peu car ils sont a leur tour un refuge pour mes enfants,ces garçons plein de vie,grace a moi,grace a ma poitrine entre autre.Ces enfants que j’aime plus que tout au monde et pour qui je donnerai bien encore dix paires de seins s’il le fallait.

(lapovlucette)

Publicités

5 réflexions au sujet de « Mes seins, mon histoire »

  1. moi je les trouve jolis :) tu n’as pas de marque disgracieuse, ils sont juste moins haut qu’avant. dis-toi que ces nouveaux seins sont l’aboutissement de ta vie de maman. moi les miens sont criblés de veines et de vergetures :(

    J'aime

  2. On a les mêmes :D C’est terrible, j’ai l’impression d’avoir deux grosses bombes à eau qui se détendent et finiront par toucher… je sais pas quoi, encore plus bas, mais sur les côtés… Mais ils ont fait tellement… tellement ;)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s