La cicatrice

J’ai triché, car cette cicatrice n’est pas celle de la photo.
Cette cicatrice, si elle n’est plus sur mon corps, est toujours dans ma
tête.
Au plus intime de moi même, témoin douloureux de la naissance de ma fille.
Si banale.
Mais un an après, toujours béante pour mon esprit.
Une naissance presque idéale. Mais la peur. Peur de ne pas y arriver.
Peur que, comme pour l’aîné, l’obstétricien soit appelé en renfort. Peur
de me déchirer. Peur d’être à nouveau mère ? La sage-femme sent que je
me retiens, me propose de « m’aider ». Je sais ce qu’elle va faire, je lui
dis que j’accepte qu’elle me coupe. Une fois incisé, je pousse sans
crainte. Ma fille naît, je vais l’accueillir avec joie.
Une cicatrisation douloureuse. Le feu, durant une semaine. La vision de
ma chair à vif, torture. Les larmes. Mutilée, je suis mutilée. Pourtant,
une belle cicatrisation, d’après ma sage-femme.
Aujourd’hui, plus aucune trace de cette cicatrice. Mais dans mon esprit, si.
Moi aussi j’éteins les lumières avant tout rapport avec mon chéri. La
peur d’avoir mal, l’absence de plaisir. Un an après.
Je l’évite même.
Doit-on renoncer à être femme lorsque l’on devient mère ? Non, mais on
doit cicatriser. Et accepter que jamais rien ne sera comme avant.

Anonyme

Publicités

7 réflexions au sujet de « La cicatrice »

  1. dur dur :( moi aussi j’ai eu une épisio mais ça ne m’a pas spécialement traumatisé. c’est le fait d’accoucher tout court qui m’a marqué. ça fait seulement 1 semaine que je ne me crispe plus pendant les rapports. BB a 6 mois…. c’est pas facile de devenir mère. je te souhaite de trouver la solution à ce blocage.

    J'aime

  2. Merci pour ton témoignage. C’est douloureux de lire ce genre de récit et de voir tant de souffrance (pourtant à la suite d’un heureux événement, un jour unique, celui de la rencontre avec votre enfant).

    Sur 3 accouchements j’ai vécu 2 césariennes, mon compagnon m’a avouer être « rassuré » car un collègue à lui vivait de moment difficile avec sa femme, justement suite à une épisiotomie (1 an sans rapport, mauvaise cicatrisation, réopération de cette cicatrice…) mon homme est une personne très sensible, je sais que psychologiquement ça aurait pu faire des dégâts. Et je parle juste de LUI, pas de moi si j’avais du le subir.

    Je vous souhaite bonne continuation en espérant que vous puissiez retrouver une sexualité épanouissante.

    J'aime

  3. témoignage touchant, et je me retrouve dans ta douleur. Je n’ai pas vécu exactement la même chose, et je ne pourrai pas imaginer ta douleur, mais je comprend. BB a 5 mois et une semaine, un accouchement simple, pas de déchirure, en tout cas extérieurement.. je ne suis toujours pas à l’aise avec mon corps, j’évite mon compagnon pour ne pas éveiller son envie, mais peine perdue..
    courage, il nous en faut à toutes

    J'aime

  4. une cicatrice ici aussi. une naissance facile, mais un peu rapide. quelques fissures alors que l’expulsion restait a faire, une episio pour tenter de limiter les degats. une episio inefficace, parce que des dechirures quand meme, nombreuses, profondes. de gros saignements apres la naissance qui ont stresse le corps medical. plus d’une heure passee sans mon bebe tout neuf, le temps qu’on me recouse.
    au final j’ai decide de voir ca comme une plaie, et rien d’autre qu’une plaie. j’ai deja eu des sutures, je sais comment ca cicatrise, je sais que parfois je tolere mal les points. a J+2 j’ai donc demande un petit miroir, pour pouvoir surveiller que je cicatrise. pour pouvoir me focaliser sur l’aspect technique de la chose, mesurer l’evolution de la cicatrisation, pouvoir me rendre compte, apres quelques semaines, que finalement cette zone n’etait pas, n’etait plus si vilaine que ca.
    mais avant de pouvoir retrouver des rapports, ou meme un semblant de rapports, le chemin n’est pas facile. accepter que le corps a change, que le mental a change. finir par se demander si les sensations vont revenir, ou pas. en parler pendant la reeducation perineale, en parler pendant le suivi post accouchement. en parler avec la psy de la pmi.
    en parler avec le pere de mon enfant, sans honte, en esperant qu’il va comprendre. tout en sachant qu’on se connait depuis assez longtemps pour qu’il comprenne. ne pas forcer les choses, mais retrouver ma confiance grace a ses regards et ses caresses.
    force, patience et courage. aucune raison pour que tu n’y arrives pas.

    J'aime

  5. J’an entendu dire par ma sage femme, que masser sa cicatrice avec du Rescue des fleurs de Bach était très bénéfique; pas évident de se masser soi même à cet endroit, peut être que monsieur peut aider; ça vous apprendra peut être à réapprivoiser cette partie de toi x

    J'aime

  6. J’ai l’impression en lisant vos commentaires que je ne suis pas un cas unique : j ai accouché il y a 16 mois, je dois dans quelques jours me faire réopérer au niveau de l’épisio.
    Depuis l’accouchement, je ne peux pas rester debout tres longtemps.
    C’est depuis ce jour un marathon quotidien pour trouver le bon diagnostic : erreur de diagnostic, cause soi disant psychologique, etc..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s